Communiqué : Non aux franchises médicales, à leur doublement !

Le communiqué en pdf

Non aux franchises médicales, à leur doublement !

Pas encore de ministre spécifiquement en charge de la santé dans le monstre ministériel de C. Vautrin, alliant santé et travail mais déjà un signal fort d’allégeance à Bercy, à la réduction des dépenses publiques de santé.

Après les annonces trompeuses du premier ministre à Dijon, recyclant des milliards pour la santé, déjà prévus dans la loi de programmation annuelle, c’est conjointement que le ministère des finances et celui de la santé, du travail et des solidarités ont annoncé ce lundi 22 janvier la mise en place du doublement des franchises médicales pour fin mars.

Comment concevoir que l’on demande 50 centimes en plus par boite de médicament au malade alors que les laboratoires pharmaceutiques arrosent leurs actionnaires, sans même assurer l’approvisionnement des médicaments indispensables les moins rentables ? Le gouvernement ferait mieux de reprendre le contrôle de la recherche et de la production, en allant vers un pôle public du médicament.

Comment accepter de payer un euro de plus les analyses médicales et les radios, alors que la finance gangrène ces secteurs à tel point que l’académie de médecine soulève des questions éthiques.

Et la franchise serait de 4 euros pour un transport sanitaire, alors que l’incurie des politiques gouvernementales entraîne des fermetures de services de proximité, éloigne la population des lieux de soins.

Tandis que les inégalités sociales de santé s’aggravent dans notre pays, il s’agit d’une mesure qui, comme tout forfait, pénaliserait davantage celles et ceux qui ont le moins, les étudiants, les précaires, les retraités à faible revenu. En freinant l’accès aux soins, elle laisse la maladie s’aggraver, un risque inacceptable humainement et source de dépenses supplémentaires.

Elle confirme la volonté gouvernementale de changer les principes de la protection sociale en France, d’oublier la devise de la Sécurité Sociale où chacun cotise selon ses revenus et reçoit selon ses besoins, pour aller vers une société du chacun pour soi, faisant fi de la solidarité, indissociablement liée à la liberté, à l’égalité, à la fraternité, la devise de notre République.

La Coordination Nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité s’oppose aux franchises médicales et à tous les restes à charge. Elle appelle le gouvernement à revenir sur cette mesure inique.

Dourdan : communiqué du comité suite à l’hommage et l’inauguration décidée par la mairie

Le comité de défense de l’hôpital de Dourdan n’était pas présent à la matinée organisée par le maire de
Dourdan et son adjointe à la santé, ce samedi 25 novembre.
Nous avions demandé de ne pas mêler la mémoire du docteur Turner au projet du maire de Dourdan
d’installer une IRM privée au détriment de l’hôpital public en face de la maison de santé.
Nous avions dénoncé le fait qu’un hommage au docteur Turner, le même jour que l’inauguration de l’IRM
privée serait une récupération politique honteuse et un manque de respect à ce médecin qui a œuvré pour une
santé publique accessible à tous et qui était l’initiateur de la maison de santé municipale en centre-ville.

La suite du communiqué

L’invitation de la mairie

Communiqué de la Coordination : droit à l’avortement : un droit à défendre !

Le communiqué en pdf

Droit à l’avortement : un droit à défendre !

Le 28 septembre est la journée internationale pour le droit à l’avortement. Pour la Coordination Nationale des Comités de défense des Hôpitaux et Maternités de proximité, c’est un droit à défendre.

Aux États Unis, la cour suprême a porté l’année dernière un coup décisif contre ce droit. En Europe, Malte et Andorre interdisent l’interruption volontaire de grossesse (IVG). En Hongrie, en Pologne, en Slovaquie, le droit à l’avortement est restreint et menacé. En Roumanie, en Italie, de nombreux médecins refusent de pratiquer des IVG.

Ce droit fondamental recule partout dans le monde, sous la pression des extrêmes droites.

En France, il faut une inscription réellement protectrice du droit à l’avortement dans la Constitution.

D’autant plus que l’effectivité réelle de ce droit recule avec la fermeture de maternités de proximité et de centres d’IVG, avec les pénuries médicamenteuses frappant les produits qui sont nécessaires aux IVG.

C’est aussi pour défendre les droits des femmes que la Coordination Nationale des Comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité invite à signer la pétition lancée avec Convergence Services Publics et la Convergence Rail et le soutien de multiples organisations associatives, syndicales et politiques pour que le Projet de loi de Financement de la Sécurité Sociale 2024 réponde aux besoins de la population, disponible sur https://www.convergence-sp.fr/petition-plfss-2024/. Sans moyens, le droit à l’IVG est fictif !

Elle appelle à participer aux rassemblements organisés en France le 28 septembre.
A Paris, la manifestation se déroulera à 18h30, Place de la République. Un meeting est organisé le 30 septembre à la Bourse du Travail, 85 rue Charlot (métro République)

Communiqué de la Coordination : un nouveau ministre, pourquoi ?

Le communiqué en pdf

Changement de ministre : pourquoi ?

Le changement de ministre de la santé est un aveu d’échec, une reconnaissance de la catastrophe sanitaire en cours. Mais la nomination d’Aurélien Rousseau en remplacement de François Braun ne sera que communication si la politique ne change pas, si Bercy ne desserre pas les cordons de la bourse, si la préférence reste donnée au secteur privé !

Ce que la population attend, c’est un hôpital public ouvert, dans la proximité, c’est de pouvoir trouver un médecin généraliste sans difficulté, c’est que l’on en finisse avec les dépassements d’honoraires et autres restes à charge.

Il faut garder les professionnels à l’hôpital public, en améliorant leur conditions de travail et de salaires, en redonnant sens à leur métier en privilégiant l’humain à la rentabilité. Il faut en former en grand nombre sans attendre !

Il faut créer un service public de soins de premier recours autour des centres de santé pour assurer une juste répartition des professionnels sur l’ensemble du territoire national, gagner du temps médical en permettant aux médecins de ne faire que de la médecine.

Le projet de loi de financement de la Sécurité Sociale qui sera présenté à l’automne par le gouvernement sera un test : un vrai changement, ce serait une augmentation conséquente du budget des hôpitaux, leur permettant de répondre aux besoins, ce serait en finir avec le désengagement de la Sécurité Sociale au profit des complémentaires inégalitaires. La Coordination Nationale des comités de défense des hôpitaux engage une grand campagne en ce sens.