Coordination : les fiches « formation »

FICHE FORMATION_0_présentation des fiches

FICHE FORMATION_1_Présentation de la Coordination

FICHE FORMATION_2_Démocratie-sanitaire

FICHE FORMATION_3_ politiques de santé

FICHE FORMATION_4_organisation de l’hôpital

FICHE FORMATION_5_Commission des Usagers

FICHE FORMATION_6_ Une privatisation rampante

Montluçon : compte-rendu de la réunion publique du 20 mars

Réunion-débat du Comité de Défense de l’Hôpital Public de Montluçon avec Christophe Prudhomme le 20 mars 2023

Le compte-rendu en pdf

Le CHDP avait décidé d’inviter Christophe Prudhomme, Président de l’Association des médecins urgentistes de France, à une réunion publique à Désertines (03) pour évoquer les problèmes généraux de la prise en charge de la santé dans le bassin montluçonnais et plus particulièrement la question de l’Hôpital Public.

135 personnes ont répondu à l’invitation que certains médias avaient relayée, dont La Montagne, voir article ci-joint, et la radio locale RJFM (lien joint).

Christophe Prudhomme avait, préalablement à la réunion publique, rencontré les représentants du personnel CGT de l’Hôpital Public et visité ensuite l’EPHPAD Courtais. Il a été frappé par le taux d’encadrement des soignants dans cet établissement (0,47 agent pour 1 résident) alors qu’il en faudrait 1 pour 1.

Au cours de cette réunion publique qui a duré plus de 2 heures, Pierrette Guichon, Présidente du CDHP, et Hiba Traaf, Cheffe de service en pédiatrie qui a récemment quitté ses fonctions pour exercer une mission humanitaire, sont intervenues. La première a rappelé les objectifs du Comité, membre de la Coordination Nationale, à savoir la défense de l’Hôpital Public, et son slogan « la santé n’est pas une marchandise ». La seconde a relaté la lutte des personnels et de la population avec le Collectif des Orphelins du Soin créé avec le concours essentiel du CDHP, la grande manifestation de 4 000 personnes à l’automne qui a permis un début de solution pour la pédiatrie au Centre Hospitalier, mais on est encore bien loin du compte.

Christophe Prudhomme a abordé l’ensemble des problèmes auxquels est confronté l’ensemble de la population en France et plus spécifiquement dans le bassin montluçonnais, les attaques contre l’Hôpital Public, la marchandisation de la santé, les déserts médicaux, la question des dépassements d’honoraires.

Tout a été passé en revue : la tarification à l’activité, le problème des médecins intérimaires, le manque cruel de personnels, de lits, la « concurrence déloyale » de la clinique privée, les récentes annonces à propos des maternités de moins de 1 000 accouchements/an qui sont menacées, le problème général des EHPAD qui devraient être plutôt à vocation de prise en charge médicale, donc avec les moyens nécessaires, plutôt qu’en simple résidence, le problème aigu des urgences, l’explosion des dépassements d’honoraires, la réflexion nécessaire pour faire face aux déserts médicaux et l’installation de jeunes médecins en Centres de santé…

De droite à gauche Pierrette Guichon, Christophe Prudhomme, Hiba Traaf

Il a particulièrement alerté les auditeurs à propos de la clinique privée du groupe Elsan. On sait qu’un certain nombre de pathologies ne peuvent être prises en charge par l’Hôpital Public par absence de services dédiés avec des médecins spécialistes, tels l’ophtalmologie, l’urologie et sont donc traitées à la clinique. Mais nombre d’autres actes sont réalisés à la clinique, qui pourraient l’être au Centre Hospitalier, telle la chirurgie orthopédique, et qui donnent lieu à des dépassements d’honoraires conséquents. Par ailleurs, Christophe Prudhomme a remarqué le nombre très élevé d’actes médicaux à caractère privé au sein de l’Hôpital Public, ce qui est complètement anormal.

Il a indiqué que le groupe Elsan a tendance à ne plus s’intéresser qu’à des cliniques de grande taille, bien supérieures à celle de Désertines, et que donc la population aurait tout intérêt à s’inquiéter de la disparition possible à moyen terme de la clinique dans le bassin montluçonnais, si ce groupe capitaliste la juge pas assez rentable et rémunératrice pour les actionnaires.

Il a plaidé pour la création d’un grand pôle public hospitalier à Montluçon qui rassemblerait l’ensemble des activités réalisées actuellement à la fois au sein de l’Hôpital Public et de la clinique privée. Cela a fait réagir dans la presse aussi bien le directeur de la clinique que le maire LR de Montluçon, Président du Comité de Surveillance du centre Hospitalier, plus enclin à défendre les intérêts privés que le Service Public.

Cette initiative du CDHP, très réussie, va permettre de « booster » son activité, qui est loin d’être en sommeil notamment avec la bataille pour la pédiatrie.

Remiremont : Un IRM privatisé aux portes de l’hôpital, le comité écrit au président du conseil de surveillance : le service public de santé ne peut laisser la main aux intérêts privés !

Monsieur le président

Dourdan : l’IRM accordée au privé !

Message du comité

Les contre-vérités de Mme Studer sont effarantes !
Nous y avons déjà répondu mais elle persiste et signe dans son article diffusé dans le journal communal du mois de juin.
Effectivement une IRM était la demande des radiologues de l’hôpital. Comme nous l’avons expliqué précédemment en 2019 l’ARS a elle-même demandé au directeur du CHSE de faire rédiger par les radiologues de l’hôpital un dossier pour l’installation de l’IRM avant mars 2020. En raison du covid, ce projet a dû être reporté.
Mme Studer justifie sa demande auprès de l’ARS en 2021 pour savoir si un dossier avait été déposé auprès d’elle car les radiologues de l’hôpital lui avaient demandé (mais en quelle année ? certainement pas pendant le projet médical 2021-2025 !). Elle déclare qu’elle était surprise qu’aucune démarche n’ait été effectué par l’hôpital malgré sa volonté d’y installer une IRM dans ses locaux.
Comment l’hôpital pouvait-il déposer un dossier auprès de l’ARS avant le vote du projet médical du 21 septembre 2021 ?
Mme Studer et l’ARS savaient que le projet médical 2021-2025 de l’hôpital comportait l’installation d’une IRM publique au sein des urgences qui devaient être agrandies pour l’occasion avec de grands travaux qui ont été budgétés et acceptés puisque le projet a été voté dans son ensemble le 21 septembre 2021 en présence de Mr De Carvalho, vice-président pour la ville de Dourdan et de Mr Galli pour l’ARS départementale. Mr De Carvalho a d’ailleurs lui-même (avec Mme Studer) compilé les projets des soignant.e.s pour une meilleure prise en considération de leurs besoins et donc de ceux des radiologues de l’hôpital qui souhaitaient une IRM comme déjà demandé en 2019.
Mme Studer nous l’affirme, cette idée de faire venir un centre de radiologie privé en centre-ville émane de la mairie. Mr De Carvalho l’a déjà confirmé lors de réunions municipales avec les élus d’opposition et c’est d’ailleurs pour cela que la ville va acheter un bâtiment départemental à 600 000 euros situé en face de la maison de santé pour le louer à Ramsay santé et cette proposition s’est faite avant le vote du 21 septembre 2021. D’ailleurs il était évident que la démarche venait de la ville de Dourdan car pourquoi un grand groupe privé du 92 aurait envie de venir s’installer dans une ville au sud-Essonne de 10 000 habitants ?
Donc c’est bien le maire lui-même avec son adjointe à la santé Mme Studer qui ont fait déposer à l’ARS la demande d’installation du groupe privé Ramsay santé faisant ainsi barrage au projet médical de l’hôpital.
Rappelons que l’hôpital a déposé, à l’ARS, sa demande d’installation de l’IRM publique en décembre 2021 donc complétement dans les délais impartis.
Pourquoi Mme Studer quand elle a demandé à l’ARS si un projet avait été déposé pour une IRM par l’hôpital et que l’ARS lui a répondu « NON », n’a-t-elle pas contacté la direction de l’hôpital pour savoir ce qu’il en était de son projet d’installation d’une IRM dans le service des urgences ?
Nous précisons que le dossier de demande d’autorisation d’installer une IRM à l’hôpital auprès de l’ARS a été faite par les mêmes radiologues qui avaient demandé à Mme Studer qu’une IRM soit installée à Dourdan.
Mme Studer évoque un partenariat public-privé avec l’hôpital et les médecins de ville pour la prise en charge de patients qui ne compterait pas de dépassement d’honoraire. Nous aimerions bien savoir quel groupe privé ne facture pas de dépassement d’honoraire sur une IRM ? en tout cas pas le groupe Ramsay santé d’Antony ! Nous aimerions également voir l’engagement écrit de Ramsay santé sur ce sujet.
Nous sommes d’accord qu’un centre de radiologie serait le bienvenu à Dourdan mais pourquoi la mairie n’a pas demandé à Ramsay santé de s’installer sans une IRM puisque ce matériel était inclus dans le projet médical de l’hôpital ? La réponse est simple une IRM rapporte beaucoup d’argent et donc Ramsay santé ne serait pas venu à Dourdan sans ce matériel.
Comment cette implantation d’IRM privée pourra t’elle favoriser l’attractivité de l’hôpital comme le clame Mme Studer ? c’est plutôt l’inverse ! les patients iront directement au centre de radiologie privé au lieu de l’hôpital. Le centre de radiologie privé aura certainement un scanner qui fera concurrence à celui de l’hôpital. Donc cela affaiblira le service de radiologie de l’hôpital car il y aura moins de patients. Moins de patients = moins d’argent = moins de moyens de fonctionnement = services supprimés à terme. (Rappelons que l’installation de l’IRM devait se trouver dans un bâtiment spécialement construit avec les urgences). Et puis qui fera le transfert de ces patients en centre-ville ? ce transfert nécessitera forcément une ambulance, à la charge de qui ?
De plus et surtout, comment imaginer que c’est dans l’intérêt d’un patient hospitalisé/aux urgences/en consultation de se faire transférer à 1 km de l’hôpital dans lequel il est déjà pour passer une IRM dans un centre de radiologie privé (avec probable dépassement d’honoraire) alors qu’il aurait pu la passer directement à l’hôpital sans risque vital et complication pour lui !!!!!
Mme Studer le dit avec aplomb ! « contrairement aux informations diffusées sans vérification, l’IRM ne sera pas dirigé par le groupe Ramsay santé mais par un groupement de radiologues qui travaillent avec des organismes privés-publics ». Alors pourquoi a-t-elle organisé avec Mr De Carvalho une visite à l’hôpital public de Dourdan puis directement à l’hôpital privé d’Antony, dirigé par Ramsay santé, entre des élus d’opposition, des médecins de l’hôpital de Dourdan et de ville et les radiologues d’Antony pour qu’ils voient comment ils travaillaient ? L’ARS elle-même nous parle de SCM radio qui est le centre privé qui a déposé le dossier pour l’IRM. SCM Radio est situé au même endroit que Ramsay santé dans l’hôpital privé à Antony au 25 avenue Providence, les 2 entités ont la même adresse et les mêmes locaux (voir liens ci-dessous*). Il faut arrêter de prendre les gens pour des idiots. La notion de grand groupe privé est importante car le groupe australien Ramsay Health Care qui détient 52% du capital de Ramsay santé France est connu, comme Korian, pour ses pratiques peu scrupuleuses avec son personnel et la gestion de ses patients qu’il considère respectivement comme de la main d’œuvre pour les uns et des clients profitables pour les autres.
Mme Studer poursuit, telle une VRP, nous ventant le travail d’équipe en harmonie entre le public et le privé ! Nous savons très bien que la réalité est tout autre et pour en attester du personnel de l’hôpital privé d’Antony le quitte pour se réfugier à l’hôpital public de Dourdan ou ailleurs. Et des patients paient à prix d’or leurs radios.
Mme Studer continue de mentir quand elle dit que l’IRM de l’hôpital devait être installer dans le service de chirurgie ambulatoire qui aurait entrainé sa fermeture. C’est FAUX ! Dans le projet médical 2021-2025 du CHSE, cet appareil devait être situé dans de nouveaux locaux avec l\’agrandissement des urgences (zone d’accueil et de soins + lits d’hospitalisation des urgences). Les travaux d’extension et de rénovation des urgences et l’installation de l’IRM sont donc intimement liés à l’hôpital de Dourdan. La surface des travaux est de 800 m2, la date de livraison étant fixée à 2023. Pour le vérifier il n’y a qu’à consulter le projet médical sur le site du CHSE.
Le maire de Dourdan avec son adjointe à la santé nous explique tranquillement qu’ils se « battent d’arrache-pied pour l’accès aux soins des dourdannais » alors qu’ils privilégient Ramsay santé plutôt que notre hôpital.
Pourquoi laisser un groupe privé saborder le projet médical d’un hôpital de sa ville, de son département et de sa région quand le projet médical avec l’installation d’une IRM a été budgété et consolidé par l’ARS mais surtout voté à la majorité le 21 septembre 2021 ???

En conclusion :
Non seulement cette IRM privée fera perdre de la patientèle à l’hôpital et de l’attractivité qui mettra en péril des services comme celui de la radiologie mais surtout elle sera préjudiciable pour les patients en urgence vitale. Il faudra un transport en ambulance pour emmener les patients au centre-ville chez Ramsay santé. Nous sommes également inquiets pour la maison de santé de Dourdan située en face des futurs locaux de Ramsay santé…. D’ailleurs un grand nombre de médecins de ville sont contre cette IRM privée et ont refusé de se rendre à la visite de l’hôpital privé d’Antony organisé par le maire de Dourdan. Tout comme les radiologues de l’hôpital.

Nous, le comité de défense de l’hôpital de Dourdan, nous luttons réellement pour les dourdannais et le personnel afin de sauvegarder tous les services et l’accès aux soins pour tous.
Nous nous mobiliserons contre cette installation d’IRM privée chez Ramsay santé et nous nous réservons le droit d’une requête au tribunal administratif.
Merci par avance de signer notre pétition :
*liens vers SCM Radio et Ramsay santé à la même adresse que l’hôpital privé d’Antony :