Marmande : le point sur la mobilisation

Ce que la mobilisation des usagers avec notre association a permis de faire bouger !
et la mobilisation qu’il faut opérer pour aller plus loin dans l’urgence pour l’accès aux soins !
La délégation de l’association a rencontré le docteur Maillard chef du Samu 47 en présence du directeur M Meyer et du Docteur Regulateur du 15 salle Petrovitch a l’hôpital de Marmande
Ceci comme convenu pour suivre l’évolution des choses comme s’y était engagé le docteur Maillard en 2021 . D’autre part une rencontre avec les médecins du territoire sera organisée un soir prochainement après le travail pour notamment préparer l’inauguration des nouveaux locaux de la MMG ( toujours pas officialisée par l’ARS)
Aujourd’hui il y a 17 médecins dont la moitié titulaires les autres à temps partiels
L’organisation du travail en filière de soins a permis d’améliorer l’accueil et l’orientation des patients dans un contexte de crise de la démographie médicale.
D’autre part l’agrément pour avoir des internes a été de nouveau obtenu . Désormais l’hôpital dispose au total de 11 internes dont 2 aux urgences .
Les locaux d’hébergement selon le direction sont en cours de travaux de réparation pour être décents
Il reste que des grands travaux pour avoir des logements réhabilités sont indispensables a insisté l’association mais aussi pour la régularisation des PADHUE qui reste d’actualité pour faciliter les conditions d’exercices de ces médecins hors UE .
L’association portait l’exigence de moyens pour la formation des infirmières et aides soignantes notamment de l’hôpital et par candidatures libres ce qui nécessite des engagements financiers de l’Etat.( actuellement il y a une trentaine de place libres pour la formation d’aide soignant(e)s) Idem pour l’aide aux centres de santé ( médecins salariés) du Marmandais et du Tonneinquais et Miramontais pour faciliter l’accès aux soins du plus grand nombre avec des antennes délocalisées à Clairac, le Mas meilhan etc
La demande d’une suspension ( moratoire jusqu’à la fin du désert médical) des poursuites de la CPAM a l’égard des professionnels de santé qui dépasseraient le quota d’actes ( prescrits par les médecins) alors que nous sommes dans un désert médical .
Il manque environ une cinquante de médecins généralistes et spécialistes et autant d’infirmières sur l’aire de santé du marmandais et ce sont au minimum 5000 patients recensés par VGA qui n’ont pas de médecin traitant .
L’association demande une coordination coopération jumelage dans la nouvelle Aquitaine avec les endroits largement dotés au dessus de la moyenne nationale pour l’hiver notamment dans les maisons de santé inoccupées
L’association a renouvelé l’exigence à l’égard de l’Etat de la reprise du déficit de 6 millions et de suspendre la taxe sur la masse salariales de 3,5 millions annuel pour aider L’hôpital à respirer… et répondre aux urgences à tous les étages . Rappelons que le manque de médecins sur le territoire et de services de santé suffisamment dotés concentre les malades sur l’hôpital
L’Etat a la responsabilité d’aider au financement complémentaire indispensable les départements pour l’APA pour l’aide médicale à domicile et toute la chaîne des services. La question des transports se trouve aussi posée
Quand aux travaux sur l’hôpital où tout est à l’étroit 27 lits ont été ces dernières années transformés pour compléter le service d’urgence HAD , ambulatoire …
Une étude est en cour pour évaluer l’ampleur des travaux réglementaires à réaliser.
Pour l’association il faut parvenir à obtenir un hôpital de plein exercice à Marmande
On nous annonce qu’il faut attendre 10 ans , 15 ans au mieux pour avoir des médecins en nombre suffisants ( or l’Etat ne donne pas les moyens aux universités et la discrimination au concours d’entrée est toujours aussi drastique)
Nous disons « on ne peut attendre 10 ans » il faut des dispositifs d’urgences à tous les niveaux pour l’accès aux soins!
L’appel à la mobilisation pour répondre aux besoins d’accès aux soins lancé par l’association a été annoncé à la presse
Le 14 juin des témoignages de patients d’usagers de soignants de professionnels de santé de soignants engagés syndicaux d’élus seront organisés devant l’hôpital ( se faire connaître)
Cette démarche fait suite à l’interpellation que nous avons faite auprès de la conseillère spéciale santé du Président de la république le 6 novembre dernier

Bagnères de Bigorre : le soutien de la Coordination

Le communiqué en pdf

MANIFESTATION À BAGNÈRES DE BIGORRE LE 16 MAI

La Coordination Nationale des Comités de Défense des Hôpitaux et Maternités de Proximité apporte tout son soutien à l’association de défense de l’hôpital de Bagnères de Bigorre SAUVONS L’HÔPITAL B2B et à tous les habitants de cette zone montagneuse des Hautes Pyrénées avec une population vieillissante et une importante fréquentation touristique. Ils se mobilisent le 16 mai contre la fermeture des urgences, une manifestation en blanc pour que les blouses blanches restent à Bagnères. En effet, après la fermeture la nuit, les jours de fermeture diurne de ce service s’accumulent alors même que le personnel des urgences de Tarbes s’épuise du fait de la surcharge de travail, d’autant plus que déjà, la fermeture des urgences de la clinique privée de l’Ormeau avait dégradé la situation.

Pourtant, en fin d’année, le préfet accompagné de l’ARS avait garanti la pérennité du service des urgences de Bagnères de Bigorre avec pour objectif à plus long terme d’aboutir à la réouverture la nuit.

Le 16 mai, une délégation de l’association est reçue par l’ARS et la sous-préfète. Des solutions doivent être trouvées, face à cette situation symptomatique de la crise de l’hôpital public en France nécessitant un plan d’urgence !

Douarnenez : communiqué du comité

Vous avez dit « Hôpital de Proximité » ?

Le Comité pour la Défense de l’Hôpital et le Droit à la Santé exprime son soutien à la mission de prévention et de promotion de la santé du Centre Hospitalier Michel Mazeas de Douarnenez et à son offre en médecine et en consultations de spécialistes qu’il souhaite voir s’élargir.
Cependant, en tant que membre de la Coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité, créée en 2004, il ne peut se satisfaire du label « Hôpital de proximité » attribué depuis le ministère de Marisol Touraine à certains centres hospitaliers (dont celui de Douarnenez), voire aux hôpitaux locaux. La Coordination nationale préconise l’existence d’un Site Hospitalier Territorial de Proximité (ou Hôpital de niveau 1), fonctionnant en réseau avec les Hôpitaux de niveau 2 et 3 et permettant aux habitants du bassin de population environnant d’accéder aux soins urgents dans les 30 minutes.

Ce Site doit comporter notamment une maternité de niveau 1, un centre d’IVG et de planning familial, un service d’urgences et un SMUR, un service de chirurgie, un service de soins intensifs et de réanimation.
Le label « Hôpital de proximité », tel que défini et utilisé par le Ministère de la Santé, entérine en fait la fermeture de services essentiels à la population avoisinante,  (notamment la maternité et la chirurgie supprimées à Douarnenez), le manque de moyens humains et financiers, la continuation des fermetures de services, les concentrations hospitalières, et le développement dans le même temps des hôpitaux privés.

Bernay : lettre ouverte du comité

Un comité de suivi de transformation initié par l’ARS et la direction pour le CH de Bernay a été réuni : la présidente de l’association y a été conviée avec un syndicaliste départemental.

Un comité de sauvetage nous annonce t’on alors que n’y sont prononcés que mensonges et illusions et que se cache ,derrière un discours optimiste !, une fermeture prochaine de notre chirurgie H24,7J/7 , une privatisation à 50 % de l’imagerie médicale, une fermeture de la cuisine locale …

Lettre ouverte aux élus Avril 2024

Sarlat : l’activité du comité

Janvier

Pour défendre notre hôpital public, nous faisions signer des pétitions avec succès certes, nous sommes passés à l’affichage sur nos voitures, sur nos boites aux lettres mais surtout les vitrines, aux caisses des commerçants, des véhicules d’artisans du LOGO

Le tract du 22 janvier

*devant la dégradation de ce service public de santé dont notre population a tant besoin (2ème département le plus âgé de France)

-nous avons pu faire imprimer la carte jointe pour que tous les soignants, tous les personnels sachent que nous les soutenons et remercions de leur ténacité

Cette carte a été proposée et signée dans les pharmacies, à la sortie des écoles, sur les marchés, et chez les artisans…

Un soutien a aussi été demandé aux communes

-nous avons aussi décidé de rencontrer des acteurs de l’économie sarladaise

*nous avons aussi déployé 2 banderoles sur des lieux prives pour quelles ne soient pas enlevées (jointe)

Le communiqué du 18 mars

* 25 mars 2024 : FR24 internationale britannique était présente à Sarlat

Membres de la délégation : Association des Citoyens Contre les Déserts Médicaux(Belves) et des membres du Comité

Nous avons demandé audience, nous avons été reçus par un cadre de l’administration, avons lu la déclaration jointe

Les journalistes présentes ont pu dialoguer avec des patients et leurs familles, moment très riche

L’intervention

Nous avons demandé audience à Madame la Sous-préfète (lettre Madame la Sous-Prefete 22 03 2024)

*nous avons été reçus le mardi 16 avril 2024

Délégation composée : 2 membres de la CPTS, 1 représentante de l’ACCDM qui avait son écharpe élue de Siorac et 3 membres du comité

Ces 6 membres de 30 ans à 78 ans ont pu chacun évoqué leurs préoccupations !

Cette unité pour CRIER notre besoin « D’UN HÖPITAL PUBLIC ET D’UNE MATERNITE à SARLAT EST VITAL » a été remarquée

Nous lui avons remis cartes et signatures des entreprises (la liste des entreprises sera diffusée jeudi dans le journal local)

L’article de l’Essor (avec son aimable autorisation)

Nous communiquerons aussi la liste des mairies soutenant la lutte

*avons reçu une journaliste de FR5 pour le Magazine de la Santé

*diffusons sur facebook