Aubenas : alerte sur l’avenir de l’hôpital

Le comité d’Aubenas, suite aux fermetures provisoires répétées de services de l’hôpital, lance un message d’alerte à la population sur les dangers qui planent sur l’avenir de l’hôpital.

Ce journal sera distribué mardi après midi devant l’hôpital.

Aubenas journal mai 2024

Le bureau a également décidé de lancer un processus unitaire pour mettre l’hôpital sous protection de la population.

Il interpellera aussi les élus nationaux du secteur pour leur demander d’agir auprès de l’ARS pour améliorer la situation.

Montargis : campagne contre les restes à charge en santé

Le Collectif Montargois « Notre santé, notre hôpital on y tient » débute sa campagne contre les dépassements d’honoraires médicaux et les restes à charge.

Deux points de rencontres hebdomadaires seront organisés jusqu’à l’été dans l’agglomération montargoise et dans les principales communes de l’Est du Loiret pour questionner les habitants sur leurs difficultés d’accès aux soins et discuter des moyens de rendre notre système de santé et de protection sociale plus égalitaire et solidaire.

La privatisation et la cherté des soins ne répondent à aucune nécessité économique et sociale. Redonnons à la Sécurité sociale les moyens d’assurer à chacune et chacun le droit à vivre en bonne santé et de parer aux accidents de la vie. Le Programme National de la Résistance, publié en mai 1944, il y a tous justes 80 ans, avait relevé ce défi dans un pays alors en ruine.

Les membres du Collectif seront présents le 23 mai sur le marché de Courtenay,  le 24 mai devant l’entrée du centre hospitalier d’Amilly, le 29 mai  devant la CPAM de Montargis, le 31 mai sur le marché de Chatillon-Coligny.

Les initiatives suivantes seront communiquées sur notre page Facebook : https://www.facebook.com/CollectifSoutienCHAM

Le tract-questionnaire

Marmande : le point sur la mobilisation

Ce que la mobilisation des usagers avec notre association a permis de faire bouger !
et la mobilisation qu’il faut opérer pour aller plus loin dans l’urgence pour l’accès aux soins !
La délégation de l’association a rencontré le docteur Maillard chef du Samu 47 en présence du directeur M Meyer et du Docteur Regulateur du 15 salle Petrovitch a l’hôpital de Marmande
Ceci comme convenu pour suivre l’évolution des choses comme s’y était engagé le docteur Maillard en 2021 . D’autre part une rencontre avec les médecins du territoire sera organisée un soir prochainement après le travail pour notamment préparer l’inauguration des nouveaux locaux de la MMG ( toujours pas officialisée par l’ARS)
Aujourd’hui il y a 17 médecins dont la moitié titulaires les autres à temps partiels
L’organisation du travail en filière de soins a permis d’améliorer l’accueil et l’orientation des patients dans un contexte de crise de la démographie médicale.
D’autre part l’agrément pour avoir des internes a été de nouveau obtenu . Désormais l’hôpital dispose au total de 11 internes dont 2 aux urgences .
Les locaux d’hébergement selon le direction sont en cours de travaux de réparation pour être décents
Il reste que des grands travaux pour avoir des logements réhabilités sont indispensables a insisté l’association mais aussi pour la régularisation des PADHUE qui reste d’actualité pour faciliter les conditions d’exercices de ces médecins hors UE .
L’association portait l’exigence de moyens pour la formation des infirmières et aides soignantes notamment de l’hôpital et par candidatures libres ce qui nécessite des engagements financiers de l’Etat.( actuellement il y a une trentaine de place libres pour la formation d’aide soignant(e)s) Idem pour l’aide aux centres de santé ( médecins salariés) du Marmandais et du Tonneinquais et Miramontais pour faciliter l’accès aux soins du plus grand nombre avec des antennes délocalisées à Clairac, le Mas meilhan etc
La demande d’une suspension ( moratoire jusqu’à la fin du désert médical) des poursuites de la CPAM a l’égard des professionnels de santé qui dépasseraient le quota d’actes ( prescrits par les médecins) alors que nous sommes dans un désert médical .
Il manque environ une cinquante de médecins généralistes et spécialistes et autant d’infirmières sur l’aire de santé du marmandais et ce sont au minimum 5000 patients recensés par VGA qui n’ont pas de médecin traitant .
L’association demande une coordination coopération jumelage dans la nouvelle Aquitaine avec les endroits largement dotés au dessus de la moyenne nationale pour l’hiver notamment dans les maisons de santé inoccupées
L’association a renouvelé l’exigence à l’égard de l’Etat de la reprise du déficit de 6 millions et de suspendre la taxe sur la masse salariales de 3,5 millions annuel pour aider L’hôpital à respirer… et répondre aux urgences à tous les étages . Rappelons que le manque de médecins sur le territoire et de services de santé suffisamment dotés concentre les malades sur l’hôpital
L’Etat a la responsabilité d’aider au financement complémentaire indispensable les départements pour l’APA pour l’aide médicale à domicile et toute la chaîne des services. La question des transports se trouve aussi posée
Quand aux travaux sur l’hôpital où tout est à l’étroit 27 lits ont été ces dernières années transformés pour compléter le service d’urgence HAD , ambulatoire …
Une étude est en cour pour évaluer l’ampleur des travaux réglementaires à réaliser.
Pour l’association il faut parvenir à obtenir un hôpital de plein exercice à Marmande
On nous annonce qu’il faut attendre 10 ans , 15 ans au mieux pour avoir des médecins en nombre suffisants ( or l’Etat ne donne pas les moyens aux universités et la discrimination au concours d’entrée est toujours aussi drastique)
Nous disons « on ne peut attendre 10 ans » il faut des dispositifs d’urgences à tous les niveaux pour l’accès aux soins!
L’appel à la mobilisation pour répondre aux besoins d’accès aux soins lancé par l’association a été annoncé à la presse
Le 14 juin des témoignages de patients d’usagers de soignants de professionnels de santé de soignants engagés syndicaux d’élus seront organisés devant l’hôpital ( se faire connaître)
Cette démarche fait suite à l’interpellation que nous avons faite auprès de la conseillère spéciale santé du Président de la république le 6 novembre dernier

Ruffec : bilans de vision déremboursés

Le comité écrit au directeur de l’hôpital

Suite à une information affichée dans la salle d’attente des consultations externes à l’hôpital et aux témoignages de plusieurs personnes venues consulter, le comité a découvert que les consultations « bilan de vision » pratiquées dans les murs de l’hôpital par un optométriste en lien télé-transmission avec le cabinet ophtalmologique privé de Soyaux (50 Kms), étaient déremboursées depuis le mois de Mars 2024 au motif qu’il n’y a pas d’ophtalmologue sur place !!!
Dans le même temps, les consultations de spécialistes autres se font de plus en plus rares.
Une fois de plus, la population est prise entre deux feux : soit se déplacer loin (au mieux 50 Kms) pour avoir des soins pris en charge (et encore, sans prendre en compte les délais de rdv hors norme), soit accepter des soins non remboursés voire renoncer à se soigner !!!

La lettre

 

Pétition contre les restes à charge

Halte aux inégalités de santé

La pétition en ligne

Le communiqué de présentation

la pétition papier en pdf

Si, bien sur le texte ne peut être modifié, il est tout à fait possible d’identifier les organisations dans l’action, localement et nationalement. Dans ce but, voilà des maquettes modifiables :
Maquette en odt     maquette en doc