Feurs : le point sur les actions du comité

Le comité fait un point depuis l’annonce de la Fermeture des Urgences, du SMUR, de l’UHCD de l’Hôpital de Feurs dans la presse du 24 Mars, mettant en avant l’application de la loi Rist.

Rappel : le projet Médical du CHF a été présenté dans la presse le 15 Mars 2023 : rien n’a été évoqué concernant de telles décisions, ni à l’Assemblée générale du CDSCHF le même jour, où étaient présents Mr Edmond MACKOWIAK, directeur du CHF, Dr Luc MILLOT,  président de la CME (Commission Médicale d’Établissement), Mr Claude MONDESERT, coprésident du Conseil de Surveillance du CHF.

 

Le Comité a réagi aussi dans l’urgence, en mettant en place une mobilisation débutée avec le

Rassemblement du 25 Mars devant l’Hôpital,  1200 personnes environs dont de nombreux élus qui se sont positionnés pour le maintien des urgences. Présence de la presse. CF article de presse du 26 mars.

 

Rassemblement quotidien à 18h devant l’Hôpital, jusqu’au lundi 3 Avril. 
Présence des usagers, Foréziens et villages alentours, du Comité, de représentants de personnel du site de Feurs et bien-sûr l’équipe des professionnels des urgences.
Ceux-ci sont scandalisés et dénoncent la méthode illégale de mise en application de cette fermeture, de manière brutale et violente à leur encontre  inconsidérés, non respectés, avec maltraitance psychologique.
La direction a imposé ses décisions, sans concertation des instances et des personnels: un « Tsunami  » pour les équipes, prises en traître.L’information de fermeture à partir du 4 avril a été donnée le 27 Mars par le Médecin responsable du pôle d’urgences, sans annonce officielle de la direction qui n’a pas rencontré l’équipe.
La direction se sert du « Plan Blanc » toujours en application, alors qu’il n’existe plus de crise sanitaire et se cache derrière la loi Rist, mise en avant en prétexte.

 

Rassemblement devant l’Hôpital le samedi 1er Avril et le dimanche 2 Avril, toute la journée, pour constater la procédure de fermeture brutale, non préparée auprès des usagers et les conséquences pour ceux se présentant aux urgences, non informés. Ainsi que les médecins des urgences, informés par mail le 1er avril sur la procédure de fermeture des 6 lits d’UHCD (Unité d’Hospitalisation de Courte Durée), de l’accueil des urgences, du SMUR. Un poisson assassin aux multiples arêtes !

 

Rassemblement à la Croix de Mission à 7h, lundi 3 Avril : plus de 100 manifestants avec couvertures de survie, symbole de l’abandon de notre territoire à accéder aux urgences, au SMUR, perte de chance d’une prise en charge rapide et sécuritaire.
Le territoire du Forez est coupé en deux : Feurs et les communes environnantes dont plusieurs des Monts du Lyonnais mais aussi de la région de Noirétable, rattachées à l’Hôpital de Feurs pour accéder aux urgences et aux soins hospitaliers sont considérés comme un sous territoire. La sécurité sanitaire pour cette population ne pose pas question même si la durée d’accès aux soins s’allonge, cette considération ne pèse pas dans la balance des décideurs.

Le cortège s’est rendu ensuite devant la mairie de Feurs, encore endormie mais dont les voix des manifestants se sont faites entendre et

départ pour Rassemblement à l’Hôpital de Montbrison pour le Conseil de Surveillance exceptionnel à 9h
Seuls, les représentants de personnel et le Dr Olivier Nicolas, président du Comité ont pu être écoutés 5mn à la demande de la Sous-Préfecture, alors que les usagers n’étaient pas autorisés à rentrer. Les forces de gendarmerie, en nombre,  se sont opposées à l’entrée de la salle. Le mécontentement s’est sans doute exprimé au-delà des murs. Presse écrite, télévisée étaient présentes.

Ce conseil de Surveillance avait pour objet la loi Rist, prétexte à la fermeture des urgences.

 

Ce lundi 3 Avril 2023, une motion a été votée au Conseil : pour ou contre la proposition de garder 3 lignes de garde à Montbrison et aucune à Feurs, soit la fermeture totale de l’accueil des urgences jour-nuit sur Feurs.
La motion a été votée avec 9 voix pour : dont 5 élus ayant voix délibérative, représentant des Collectivités Territoriales
Mr Christophe BAZILE : Coprésident du Conseil de surveillance, maire de Montbrison, Mr Claude MONDESERT : coprésident du Conseil de Surveillance : 2e Conseiller Municipal, représentant la mairie de Feurs, Mr Marc ARCHER, maire de St Cyprien, représentant la Communauté d’Agglomération Loire-Forez, Mr Gérard MONCELLON, maire de Néronde, représentant la Communauté de Communes Forez -Est, Me Marianne DARFEUILLE, représentant le Conseil Départemental de la Loire.
dont 5 voies de personnalités qualifiées, dont les deux Représentants d’Usagers : Mr Leroux, (représentant UDAF), Me Sylvie DESSERTINE ( représentante association Vie Libre).
4 contre (deux médecins du CHF, 2 représentants de personnel) et une abstention. Article de presse en PJ

Le même jour, le ministre de la Santé , Mr François BRAUN annonce « aucune fermeture d’urgences en France en Avril » : celles de Feurs sont déjà fermées, comme d’autres en France.

 

Durant ces rassemblements réguliers, les usagers, le Comité, nous avons exprimé notre soutien aux équipes, celles-ci même qui ont œuvré largement pendant la crise sanitaire mais surtout depuis des années assurant une prise en charge de qualité, avec humanité, en lien avec les équipes de soins des services de l’Hôpital, voire du CHU et des professionnels de santé en ville.

 

Le rassemblement de 18h lundi 3 Avril, jour de fermeture complète des Urgences a été particulièrement chargé d’émotions fortes : les équipes des urgences, toutes fonctions confondues  effondrées suite à cette perte brutale de leur travail, effective ce jour même, ne sachant quel est leur devenir professionnel.

Elles se sont exprimées face au public présent.Elles ont dit leur grande tristesse et leur désarroi, le cœur brisé de devoir abandonner leur travail, fruit d’années d’investissement professionnel auprès de la population Forézienne et ses environs, de ne plus pouvoir participer à cette offre de soins pour les usagers, pour les soigner, les sauver parfois  d’une issue fatale.

Ce bel outil Hôpital voué à la destruction, nous refusons de le voir disparaître. Nous continuons notre mobilisation, les responsables doivent entendre les conséquences de telles décisions pour assurer la sécurité sanitaire des usagers de notre territoire.
La santé est un droit pour tous, nous le rappelons. Nous nous opposons à la politique de Santé qui génère le NON SOIN et le renoncement aux soins.
Merci à vous tous pour votre présence, votre soutien aux équipes, votre implication depuis le 25 Mars pour maintenir notre Hôpital.

Vous serez informés prochainement de notre nouvelle mobilisation de grande envergure et de son organisation pour porter la voix des usagers et leurs besoins de Santé sur notre territoire qui passe par l’Hôpital Public.

Pour information : 10 859 pétitions en ligne et 5448 version papier, soit un total de 16 307 pétitions signées : les usagers commentent même des pétitions et sont consternés par cette annonce.

 

Dr Olivier Nicolas, président du Comité de Défense et de Soutien du CHF, les membres du Comité.