'MESSAGE  DU COMITE DE DEFENSE

DE L'HOPITAL INTERCOMMUNAL DE CASTELSARRASIN/MOISSAC

 

Les menaces qui pèsent sur les petits hôpitaux et leur personnel se sont  confirmées depuis la publication du rapport Larcher.  Celui-ci sera la base de la nouvelle loi sur la Santé qui amènera une coopération intensifiée entre hôpitaux publics et cliniques privées avec une désertification hospitalière certaine.

Aussi, le Comité de Défense de l'hôpital intercommunal Castelsarrasin/Moissac, composé des élus locaux, dont le maire, Jean-Paul Nunzi,  president du CHIC, vice-président de l'APVF, de praticiens hospitaliers, du syndicat des personnels CGT- de l'association  de médecins libéraux SOS Hôpital, de l'association des Usagers, soutient, comme il l'a déjà fait à de nombreuses occasions ces dernières années, l'essentiel des revendications portées par la Coordination Nationale aujourd'hui 20 mai 2008.

 Il tient à affirmer la nécessité qu'il y a  à conserver, d'une manière générale partout en France et pour ce que le concerne à MOISSAC,  bassin de vie du Tarn-et-Garonne à forte population rurale - , un établissement hospitalier à échelle humaine déjà doté d'équipements modernes et de personnels spécialisés reconnus et appréciés par la profession et notamment :

-         Un service des Urgences regroupées en  Pôle départemental travaillant en partenariat avec le Centre Hospitalier  de Montauban ( 26 médecins urgentistes impliqués sur les 2 sites) ; ce qui a permis une coopération très riche entre établissements  en terme de pratiques et de sociologie. Une expérience exemplaire au niveau national conduite par  le Dr Pierre  Mardegan,

-         Un service de radiologie moderne (échographie, mamographie, tables de radiographie numérisées, scanner 16barettes et une équipe de radiologie complète avec notamment 2 praticiens radiologues)

-         un service de chirurgie viscérale avec 2 chirurgiens qualifiés en chirurgie viscérale (il n'y en a pas d'autres dans le secteur hospitalier public dans le département), ainsi qu'un service de chirurgie orthopédique avec 2  jeunes chirurgiens, anciens chefs de clinique de l'AP-HP, dont les activités sont en constante progression notamment en chirurgie réglée( chirurgie prothétique de la hanche, du genou, chirurgie de l'épaule etc.).

-         un service de médecine générale avec des médecins référents en gériatrie et soins palliatifs ainsi que 2 cardiologues et un infectiologue.

-         Un service de soins de suite en pleine évolution et qui doit atteindre une capacité de 72 lits à court terme

-         Un EHPAD pour lequel une convention tripartite vient d'être renouvelée avec des perspectives d'amélioration importantes pour les 5 ans à venir

-         Un service d'hospitalisation à domicile unique dans la région en voie de développement.

L'ensemble de ce dispositif, mis en place après la fermeture douloureuse de la maternité en 2003, a permis à l'hôpital de Moissac de maintenir une activité normale malgré la mise en place de la T2A, de créer de nouveaux services, de programmer   la construction de structures consacrées aux personnes âgées, à Moissac et sur la zone intercommunale.

Il  répond ainsi, par la qualité et la proximité,  aux souhaits de la population  et des élus de posséder sur cette partie du département, un système d'hospitalisation de qualité.

L'aménagement du territoire en cours risque de modifier considérablement la vie de nos concitoyens malades. Aussi, nous continuerons à défendre le maintien des structures hospitalières nécessaires et en bonne santé ; à cette fin, le Comité de Défense de l'hôpital de Castelsarrasin/Moissac interpellera les médecins traitants afin que chacun, à tous les niveaux, prenne conscience des enjeux lors de  l'orientation des patients,  participant ainsi à une mobilisation générale.

Nous ne manquerons pas d'informer la population en temps voulu, de les alerter face aux faux arguments que l'on nous sert, comme l'affirmation que proximité ne rime pas avec sécurité, affirmation qu'aucune étude sérieuse ne vient confirmer. Les hôpitaux de proximité sont soumis aux mêmes règles de sécurité que les grosses structures hospitalières et dans bien des cas l'éloignement représente un risque supplémentaire.

On se sert du manque de structures pour accueillir les personnes âgées,  pour fermer et  transformer nos lits de chirurgie, au lieu de créer de nouvelles structures adaptées  avec les moyens que les soins aux personnes âgées nécessitent .-

Dans un hôpital de proximité on sait gérer l'urgence , on sait transférer quand cela est nécessaire et les soins sont de qualité.

Dans notre hôpital on soigne avec compétence et humanité .Le personnel est très impliqué et  attaché à ce service public hospitalier. C'est ainsi qu'il n'a pas hésité à abandonner 4 jours de RTT pour permettre un retour à l'équilibre financier .

Nous ne voulons pas que ces efforts soient vains.

Soutenus par les usagers, par nos élus , par les praticiens hospitaliers et les syndicats , nous ferons  tout, avec l'aide de la coordination nationale et  l'APVF(association des petites villes de France), pour garder notre hôpital  .