CONCARNEAU
Concarneau

HÔPITAL. GROGNE AUTOUR DES PROBLÈMES D'EFFECTIFS

Dénonçant des absences de remplacements dans plusieurs services, une soixantaine d'agents du centre hospitalier ont débrayé hier.

Le mouvement de grogne était parti du personnel des maisons de retraite, où « il n'y a plus de remplacements depuis des semaines » selon les salariés. Il a finalement gagné d'autres services de l'hôpital du Porzou. Hier, en début d'après-midi, une soixantaine d'infirmières et aides-soignants des résidences pour personnes âgées, du service alcoologie et du moyen séjour se sont rassemblés dans le hall du bâtiment d'accueil. Une mobilisation historique aux dires de Jean-Paul Sénéchal, de Sud-Santé. Le délégué syndical a dressé un tableau de la situation qui a poussé à ce débrayage d'une heure. Même s'il reconnaît des efforts, un poste de nuit vient d'être accordé au service alcoologie, Jean-Paul Sénéchal exhorte la direction du centre hospitalier de intercommunal de Cornouaille (CHIC) à « s'occuper de Concarneau », notamment en mettant en place des effectifs supplémentaires.

Et d'évoquer « les problèmes de remplacements dans les maisons de retraite, le non-respect des temps partiels, l'état du matériel, particulièrement des lits des résidences pour personnes âgées, la pression sur le personnel.... » Des conditions de travail qu'il assimile à « de la maltraitance institutionnelle ». Concrètement, le personnel mobilisé hier demande un poste d'infirmière en moyen séjour et en ce qui concerne les maisons de retraite, le même nombre d'agents qu'à Quimper. En attendant d'obtenir satisfaction, la reconduction du mouvement a déjà été votée. Un nouveau débrayage est annoncé jeudi prochain, de 14 h à 15 h.

Cinq infirmières de décembre à septembre

Jointe hier après-midi, la direction des ressources humaines du Chic a considéré que le mouvement « était inégalement suivi de 13 h à 14 h ». L'heure suivante, marquée par une plus forte mobilisation n'a, selon Anne-cécile Pichard, « pas fait l'objet d'un préavis ». La DRH reconnaît « des soucis de remplacements indéniables » en raison de l'affectation du personnel non titulaire sur des longs arrêts. Pour les résoudre, Mme Pichard a annoncé l'affectation « de cinq infirmières, du 3 décembre au 30 septembre 2009, sur le pool personnes âgées de l'établissement concarnois ». Dans le cadre d'une mise à plat des effectifs, entamée depuis plusieurs semaines, la DRH va organiser une rencontre le 4 décembre au Porzou. Quant aux problèmes de matériel mis en avant par le personnel, elle précise que « l'intégralité des lits de la résidence les Brisants ont été remplacés, que ce remplacement s'effectue progressivement à Avel Mor et que l'effort sera poursuivi aux Embruns ».

Jean-Paul Sénéchal, du syndicat Sud-Santé, a exposé les revendications du personnel en présence d'une soixantaine de salariés.