CONCARNEAU

URGENCES DE NUIT. LE COMITÉ NE DÉSARME PA
S
Blocage du conseil d'administration jeudi, action en justice à suivre, le comité de défense continue son combat.

Les défenseurs de l'hôpital de Concarneau ne lâchent rien. Jeudi, ils seront à Quimper pour bloquer, une nouvelle fois, le conseil d'administration de l'hôpital (*). « Un blocage qui sera systématique » jusqu'à obtention « de la réouverture des urgences de nuit par les autorités qui les ont fermées », soulignaient hier les membres du comité de défense. Si « pour les autorités (la fermeture) est entérinée », le comité de défense ne l'entend pas de cette oreille. Et devrait, à nouveau, ester en justice contre la décision de fermeture pour laquelle « l'arrêté n'a toujours pas été communiqué ».

« Baisser la pression »
Hier, lors d'une une réunion de concertation sur les urgences à la préfecture de Quimper, la fermeture du service de nuit a été confirmée. « Le préfet a souligné qu'il s'agissait d'une réunion de concertation et qu'aucune décision n'était arrêtée sauf à Concarneau », note Jean-Paul Sénéchal, seul membre du comité de défense à y assister. Mais pour ce dernier, cette réunion n'avait qu'un objectif : « Ramener le calme et faire croire qu'il existe une concertation ». « Après la victoire de Carhaix, il fallait faire baisser la pression », constatent les membres du comité. Une réunion au cours de laquelle Antoine Perrin aurait confirmé l'expérimentation de la continuité des soins dans le département et justifié la décision prise pour l'hôpital concarnois par un problème de santé publique.

Le 15 assèche les urgences
La santé du public, c'est bien ce qui inquiète les membres du comité. D'autant que, selon eux, « la régulation du 15 à tendance à éviter Concarneau et à orienter les patients vers Quimper ». « Différents témoignages recueillis ces derniers jours vont dans ce sens. Le 15 est en train d'assécher les urgences de Concarneau ». Présents tous les soirs, à la fermeture, les opposants ont ouvert un cahier d'observation. « Ce qui ressort, c'est qu'entre 19 h et 20 h, entre deux et cinq personnes sont refoulées ». Une petite équipe qui, avec une fermeture différée à 21 h, appelle les sympathisants à venir pour 21 h. * Pour un covoiturage, le rendez-vous est fixé jeudi, à 15 h 30, parking de la gare SNCF Contact Daniel Coden, 5, rue Vulcain à Concarneau. Tél, 02.98.97.36.91, mél, defendre-hopitalcc@hotmail.fr