Ambert le 26 Novembre: Une Mobilisation exemplaire !

Plus de 3000 manifestants ont bravé la neige et le froid et ont ainsi montré leur détermination à s’opposer à la fermeture de la maternité de la sous-préfecture en 2006. Une délégation de la Coordination Nationale était présente (Alain FAUCONNIER et Pierre CHEVALLIER) ainsi que le président du Comité de Défense de l’hôpital de Saint-Affrique (François HABUDA).

Comme à St Affrique, toute la population s’est fortement mobilisée, commerçants (l’opération ville morte a été un total succès), paysans ( les tracteurs " filtraient " les entrées de la ville), ouvriers ( les sections syndicales des entreprises du secteurs, voire de Clermont-Ferrand, étaient venues avec leurs banderoles, enfants des écoles maternelles, primaires, collèges et lycée, personnes âgées, personnel hospitalier en blouses blanches mimant le SAMU rural, élus de tous bords ont montré à l’ARH que pas plus dans le Livradois que dans le Rouergue la population ne pouvait accepter d’être abandonnée et mise en danger par la fermeture de l’hôpital .

La fermeture de la maternité d’Ambert mettrait 25 000 personnes à plus de 45 minutes d’un autre hôpital dans une région de montagne souvent enneigée. Seuls des technocrates bien au chaud dans leur bureaux parisiens et bien éloignés des problèmes de la maternité peuvent concevoir de laisser naître 200 enfants par an dans de telles conditions !.

Il s’agit d’un problème de solidarité nationale. Comme dans les banlieues, le monde rural nécessite une prise en charge spécifique (ne serait-ce pour éviter de surpeupler encore un peu plus les banlieues !)

Alain Fauconnier , président de la coordination nationale a souligné le caractère exemplaire et emblématique du combat d’Ambert. Mr Aulagnier maire UDF d’Ambert a assuré ses concitoyens de sa détermination à ne rien céder à l’ARH et a affirmé fortement qu’unis les habitants d’Ambert se battraient de façon déterminée. Mr Chassaigne, député communiste a prévenu que le combat n’était qu’à son commencement et que les ambertois sauraient également se déplacer et manifester ailleurs si la situation l’exigeait. Tous ont bien conscience que si aujourd’hui la maternité ferme, demain ce sera la chirurgie et après demain tout l’hôpital !

Le combat d’Ambert est celui de tous les citoyens qui refusent la fracture sociale et la fracture rurale.

Contre la vision technocratique de la santé, les Français doivent dire NON et se mobiliser contre cette injustice contraire à la devise de la République