Ambert : mobilisation pour le SMUR et les urgences

C’est très rapide, les responsables syndicaux sont convoqués jeudi à 16 h 30 pour, apparemment, les informés du devenir de notre service  des urgences et du SMUR.

DEHBA, CDDSP et CGT ont prévu de se retrouver au rond point de l’hôpital à 16 h avec nos banderoles pour informer la population de ce qui se trame dans son dos

.Le courrier du député André Chassaigne

Marmande rassemblé pour ses urgences

Après un 1er succès du rassemblement devant l’hôpital, nouveau appel au rassemblement vendredi 15 octobre 17h ou sont invités à venir devant l’Hopital À Frescki Député et Moga Senateur en vue leur demander de prendre en compte les demandes précises !
L’appel commun à la mobilisation du collectif « Marmande Urgences » et des personnels des urgences a été entendu avec la participation de près de 200 personnes personnels hospitaliers médecins citoyens élus ,syndicats gilets jaunes..collectif de La Réole .
On notait également la présence de plusieurs maires des communes concernées comme Meilhan ( vice présidente VGA à la santé ) Duras , Bouglon, Grezet,  Cavagnan… de conseillers départementaux du territoire, Duras Seyches, landes et forêt de Gascogne et la présence de Mr le Maire de Marmande qui a annoncé et présenté le courrier qu’il a adressé à l’ARS régionaleL .
Au nom du collectif Michel Ceruti a proposé un nouveau rassemblement plus fort encore pour faire entendre le message jusqu’au ministère et chez le 1er Ministre qui avait déclaré en juillet dernier être attentif à la problématique. En vain pour l’instant .
Le député Frescki et le Sénateur Moga sont invités à venir prendre en compte les exigences formulées localement. Il s’agit d’entendre les propositions formulées par le chef des urgences Laurent Maillard qui a démissionné dernièrement pour ne pas avoir été entendu !
Il n’y a plus de médecins urgentistes en poste sur 13 (sauf 1 en arrêt maladie depuis juin ) le service ne fonctionne qu’avec les médecins intérimaires et quelques médecins agenais. Et à compter du 26 octobre il n’y a plus non plus de médecins urgentistes intérimaires sur le planning . Et la plane le retour au mode dégradé avec un seul médecin. Tous le monde considère cela comme inacceptable
Le docteur Laurent Maillard ne veut plus non plus revenir à un service dégradé comme celui pratiqué cet été avec un seul médecin et des urgences détournés sur les hôpitaux de la région . En lieu et place il propose un mode « dégradé allégé » avec deux médecins urgentistes intérimaires pour assurer le service SMUR et l’accueil sur place avec filtrage sur place . Pour y parvenir il conviendrait d’orienter les patients « évalués bobologie » sous forme de filtrage vers la médecine de ville et laisser exclusivement au sein de l’hôpital les urgences réelles comme le rappelle Wiliam Kuras du service des urgences . Une réunion du conseil de l’ordre (selon des bruits) doit avoir lieu prochainement pour en discuter .
Cette situation pour dépasser la pression qui met en péril patients et médecins .
Ce sont des mesures d’urgences pour relâcher la pression existante sur les urgentistes et faciliter ainsi le retour de médecins urgentistes ou d’embauches pour sécuriser l’avenir
Parallèlement le collectif porte l’exigence régionalement et au nationalement d’une dotation de 2 à 3 nouveaux médecins en postes d’urgentistes .(
Selon les informations données par le docteur Maillard 2 a 3 médecins seraient intéressés si la pression était allégée.)
Dans tous les il y a un nouvel appel qui a été lancé pour faire grandir encore le mouvement vendredi prochain 15 octobre 17 h devant l’hôpital !
Tous les citoyens sont concernés par cet appel!
La participation de chacun(e) est engagée chacun compte pour un(e) pour faire bouger les choses avec le 26 octobre!
Une lettre ouverte sera envoyée au premier ministre Jean CASTEX en exigeant d’être pris au sérieux!
Et de demander aux parlementaires du territoire Frescki et Moga d’être présents vendredi prochain pour prendre en compte les exigences concrètes .
proximité de plein exercice.
Le collectif « hôpital urgences » poursuit la pétition ( voir sur le groupe) pour que les moyens soient affectés à la hauteur des besoins 9500 signatures papiers et 25 délibérations de conseils municipaux ont été collectées depuis deux ans .
Tous les vendredis jusqu’à l’obtention de résultats le collectif impulsera la mobilisation.
La santé même si elle a un coût elle n’a pas de prix !
Notre collectif a rejoint la coordination nationale des comités de défenses des hôpitaux et maternités de proximité pour donner plus de forces au mouvement en vue d’être entendu
Nous sommes 80000 personnes concernées sur le territoire pour sauvegarder notre hôpital de proximité chicmt !

Luçon le 24 septembre

La mobilisation pour les urgences et le SMUR 24h/24 et 7 jours par semaine se poursuit.

Témoignage d’une adhérente de L’ADSP lors du rassemblement hebdomadaire du 24 septembre :

Sa voisine tombée subitement dans le coma chez elle n’a pas pu bénéficier du SMUR , indisponible à ce moment là. À l’arrivée des sapeurs-pompiers, elle était décédée.

Guingamp : le comité communique

La CME (commission médical d’établissement) s’est réunis mardi soir Pour évoquer avec le chargé de mission Mr Rosetti l’avenir de l’hôpital de Guingamp.
Le comité n’y était pas présent mais dès mercredi matin nous avons été mis au courant, des propos qui avait été échangé lors de cette réunion confirmant la fermeture de la maternité et de la chirurgie.
Sur notre territoire, le GHT regroupe les centres hospitaliers de Lannion-Trestel, de Guingamp et de Saint-Brieuc, ce dernier étant désigné « hôpital pivot ». Cette réorganisation engendre sur notre secteur différents impacts comme la suppression de lits dans les hôpitaux de Guingamp, de Lannion et de Bégard, par le développement des services ambulatoires, la centralisation des soins spécifiques vers l’hôpital pivot, la fermeture d’un plateau technique sur Guingamp – le service obstétrique-maternité – l’éloignement et la dégradation de l’offre de soin rendant difficile l’accès au soin pour tous et l’accompagnement, la dégradation des conditions de travail des agents hospitaliers, avec notamment le non remplacement des départs à la retraite, la dégradation de l’attractivité du territoire fragilisant l’installation de nouvelles entreprises et de nouvelles familles, le découragement de l’installation future de médecins généralistes dans nos communes qui souffrent déjà de la désertification médicale.
Nous nous devons de nous battre contre la casse  la casse du service public hospitalier pour que l’offre de soin prenne en compte la réalité des besoins de la population qui vit sur notre territoire, exiger que l’ARS mette à disposition des hôpitaux les moyens financiers, techniques et humains nécessaires, refuser de cautionner un tel plan de « relance » de l’hôpital et de réorganisation des structures d’aides telles que prévues par les instances décisionnaires, demander le blocage de ce plan et le maintien des lits et des postes nécessaires afin de garantir l’accessibilité des soins pour tous, refuser la déshumanisation des services de santé.
La maternité de Guingamp est remise en question ! Sur les 3 hôpitaux qu’il y a dans l’ouest du département – St Brieuc, Lannion, Guingamp – c’est Guingamp le plus petit et c’est lui qui va passer à la casserole. Si la maternité de Guingamp est fermée, le plateau technique – chirurgie, anesthésie –  tombe aussi, et que deviendrons les urgences. Le candidat Macron avait dit qu’il fallait moins de 20 minutes pour se rendre dans une maternité, et sans le plateau de Guingamp, ce n’est plus respecté et pourtant, ce sont plus de 500 accouchements qui se font sur Guingamp.

On n’est plus sur la mutualisation, c’est une fusion-absorption ; On voit des soins spécifiques qui s’en vont sur Plérin (hôpital privé) ; On ne les a plus en proximité et il y a urgence à arrêter cette casse.Il est possible de faire autrement.

Urgences, SMUR et luttes : le point au 25 juillet

Sisteron ne veut pas de la fermeture des urgences la nuit

Partout en France

Nice : la grève se poursuit au CHU – l’article et la vidéo d’Azur TV du 23 juillet
Clermont Ferrand : coup de chaud aux urgences du CHU Montpied – l’article de Radio Scoop du 23 juillet
Redon : les urgences rejoignent à leur tour la grève illimitée le 25 juillet – www.sante.cgt.fr et l’article d’Ouest France du 25 juillet
Nantes : grève aux urgences.Des moyens supplémentaires jugés insuffisants – Presse Océan le 23 juillet
Mont de Marsan : des gilets jaunes au soutien des personnels des urgences – Sud Ouest du 24 juillet
Millau : 100% du personnel des urgences en grève – Aveyron Digital News du 25 juillet

Gironde : grève annoncée à l’hôpital psychiatrique de Cadillac le 31 juillet – Actu.fr du 24 juillet

Articles généraux

Urgences : la crise partie pour durer tout l’été – Public Sénat le 15 juillet
Urgences : la grève se poursuit, plus de 200 services touchés – article du Nouvel Obs du 23 juillet
le communiqué de l’AMUF du 19 juillet
La CGT appelle à l’action les salarié.e.s des établissements privés et publics de santé et d’action sociale le 11 septembre 2019.- le tract

Pétition

Pour la réouverture et le maintien des urgences de nuit à Sisteron