Luçon : 19ème rassemblement pour des urgences et un SMUR 24h/24


Évelyne Deluze, Présidente de l’ADSP s’adresse au plus de 100 habitants et élu.es du pays de Luçon rassemblées pour la dix neuvième semaine consécutive devant les Urgences et le SMUR de l’hôpital : une exigence ouverture 24/24 et 7jours/7.
Le conseiller départemental présent a annoncé une réunion lundi entre le directeur de l’ARS, le Préfet du département et le Président du Conseil départemental.
Jean-Luc Landas venu apporter une nouvelle fois le soutien de la Coordination Nationale a dénoncé l’absence de la participation de l’ADSP et des syndicats à cette réunion comme aux précédentes. À rapprocher de la « méthode  » suivie à Mayenne.

Luçon le 24 septembre

La mobilisation pour les urgences et le SMUR 24h/24 et 7 jours par semaine se poursuit.

Témoignage d’une adhérente de L’ADSP lors du rassemblement hebdomadaire du 24 septembre :

Sa voisine tombée subitement dans le coma chez elle n’a pas pu bénéficier du SMUR , indisponible à ce moment là. À l’arrivée des sapeurs-pompiers, elle était décédée.

Soutien à l’action du comité de Granville auprès du tribunal administratif

Le Comité de Défense des Usagers de Granville-Avranches, les médecins et la population se mobilisent pour la défense d’une ligne de SMUR secondaire que l’ARS a décidé de supprimer.
Une telle décision, en ce qu’elle éloigne les habitants des lieux et moyens de prise en charge de l’urgence, est de nature à générer des morts et des séquelles que les autorités sanitaires devraient se faire un devoir d’éviter.
La coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité soutient le comité de Granville-Avranches dans sa démarche de recours hiérarchique auprès de la Ministre, qui vise à obtenir l’annulation de la décision de supprimer cette ligne SMUR.

Le tribunal de Caen vient de donner raison au comité des usagers de l’hôpital de Granville

Par ordonnance, émise ce mercredi 3 février, le juge des référés suspend la fermeture de la ligne du SMUR secondaire de
l’hôpital de Granville. Devant l’autisme de l’ARS il a fallu que ce soit la justice qui reconnaisse qu’il pouvait y avoir risque de mise en danger de la vie de patients : c’est un précédent important pour Granville et pour tous les comités qui se battent pour cette même raison.