Luçon toujours mobilisé pour ses urgences et son SMUR

Encore une fois 130 personnes rassemblées pour exiger le maintien des urgences et du Smur 7j7 et 24h24. Devant la mobilisation de la population à l’appel des associations et des élu.es, la direction et l’ARS avait bricolé une solution en incorporant un médecin généraliste aux Urgences en lieu et place du deuxième médecin urgentiste. Débuté lundi matin à 8h00, ce château de cartes s’est effondré  à midi, La médecin généraliste était complètement dépassée. On ne peut lui en vouloir, cette « solution «  avait été dénoncée la semaine précédente par Jean-Luc landas, venu apporter une nouvelle fois le soutien de la Coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité .de la ville.  Les médecins urgentistes et les médecins généralistes ne soignent pas les mêmes malades. Une nouvelle organisation devrait être proposée la semaine prochaine. Il reste que, si un seul médecin urgentiste est présent, il ne pourra pas à la fois prendre en charge les malades admis aux Urgences et partir en SMUR chercher un autre patient victime d’un infarctus, d’un AVC, d’un accident grave ou encore d’une détresse respiratoire grave.

Dominique Bonin, maire de Luçon a annoncé la possibilité que deux médecins généralistes de La Rochelle pourraient venir renforcer le secteur libéral de la ville ce qui serait une bonne nouvelle pour les patients sans médecin traitant . Yvette Bulteau a fait part des propositions de l’ ADSP du Pays de Luçon : organiser de nouveau les rassemblements devant le service d’urgence du centre hospitalier de Luçon afin que le personnel puisse participer et qu’ils puissent , à leur poste de travail, entendre les applaudissements de soutien des manifestant.es.

Rendez-vous est pris pour vendredi prochain 17 septembre à 18h00. 

A Luçon, la mobilisation continue.

200 personnes ce vendredi au rassemblement devant l’hôpital de Luçon pour exiger le maintien du SMUR et des urgences 24heures/24 et 7 jours /7, toujours de très nombreux élu.es des municipalités de la communauté de commune et des conseillers départementaux. Toutes et tous ont bien compris que le député LREM qui a déclaré la semaine précédente soutenir les revendications des manifestant.es soutient l’hôpital de Luçon comme la corde soutient le pendu : à l’Assemblée il vote toutes les lois qui sont responsables de la situation catastrophique de l’hôpital public, en particulier les objectifs nationaux des dépenses de l’ Assurance-Maladie ( ONDAM ) et la récente loi instituant un forfait de 18 euros pour toutes les personnes dont la consultation aux urgences n’est pas suivie d’une hospitalisation. Ses propos ne sont que pure démagogie.
L’ADSP a profité de l’occasion pour, comme la semaine dernière, faire signer la pétition initiée par notre Coordination Nationale contre cette mesure établissant une nouvelle barrière financière à l’accès aux soins: http://coordination-defense-sante.org/

Rendez-vous est donné pour un nouveau rassemblement vendredi 27 novembre à 18h00.

Luçon : la mobilisation pour les urgences et le SMUR ne faiblit pas !

La mobilisation ne faiblit pas : 300 personnes rassemblées pour la dixième semaine consécutive ce vendredi 13, de nombreux élu.es maires de la communauté de communes, le conseiller départemental et le député ( LREM ) de la circonscription, des membres du personnel du centre hospitalier.
Le maire de Luçon a regretté le désistement de FR3 qui devait « couvrir » l’ évènement et qui s’est désisté la veille au prétexte que la direction du Centre hospitalier départemental de Vendée a refusé une interview ! Curieuse conception de l’ éthique journalistique de la part de la rédaction en chef de FR3: au lieu de faire part à ses éditeurs de ce refus, elle prive de parole celles et ceux qui se battent pour l’ouverture 24/24 et 365j/365 des urgences et du SMUR de Luçon.
Après les prises de parole d’Évelyne Deluze, du Président de l’ Association des patients sans médecins, et de Jean-luc Landas représentant la Coordination Nationale des Comités de Défense des Hôpitaux et Maternités de Proximité, le député LREM de la circonscription s’est présenté en défenseur de l’hôpital de Luçon en vantant les décisions gouvernementales de ces dernières années rejetant la responsabilité de la situation à la fois sur les gouvernants précédents, les rigidités administratives, et proposant encore une fois de réorganiser les hôpitaux de faire examiner à l’ Assemblée l’obligation pour les futurs médecins hospitaliers à débuter leur carrière dans les hôpitaux de proximité.
Il fut facile de lui rétorquer que :
1/ M. Castex , Véran et consorts ne sont pas des perdreaux de l’ année. M.Castex a mis en place la tarification à l’activité qui asphyxie les hôpitaux et notamment les hôpitaux de proximité. M Véran, député a voté toutes les mesures d’austérité et de diminution des lits d’hôpitaux
2/ les hôpitaux se réorganisent à la demande des gouvernements depuis de nombreuses années mais réorganiser la pénurie de moyens et de personnel, c’est mission impossible
3/ nombres de jeunes médecins se détournent de la carrière hospitalière, que déshabiller les grands centres hospitaliers pour habiller les hôpitaux de proximité n’est pas une solution .

Plusieurs manifestantes ont témoigné des conséquences de la fermeture du service d’endoscopie digestive et de services d’hospitalisation sur la qualité de la prise en charge, l’éloignement des patients de leur famille.

Un nouveau rassemblement aura lieu le vendredi 20 août à 18 heures devant les urgences du Centre Hospitalier.