Nord Essonne : Communiqué de presse et appel à manifestation le SAMEDI 17 NOVEMBRE 2018 – 10H00 à Juvisy sur Orge, Observatoire Camille Flammarion

Le plan Santé de septembre 2018
«Aucun hôpital de proximité ne fermera » a répété Mme la Ministre de la santé sur les ondes cet été.
Pendant ce temps-là, la fermeture de services publics se poursuit inéluctablement, comme annoncé précédemment : les hôpitaux de Juvisy, Longjumeau et Orsay, à l’horizon 2021/22 pour le premier et 2023/24 pour les deux autres. De qui se moque-t-on ?
Le plan Santé de septembre 2018 se concentre sur la réorganisation de la médecine libérale mais le grand absent est l’hôpital public ;
– la politique des groupements hospitaliers de territoire (GHT) est confirmée sans ancrage dans la réalité territoriale et les besoins sanitaires des populations concernées ;
– Le rapprochement public/privé s’accentue puisque E. Macron a annoncé que le privé siégerait désormais dans les instances des GHT.
– l’austérité demeure : les 400 millions alloués en plus ne compenseront pas les deux milliards d’euros d’économies annoncés dans le rapport annuel de la CNAM qui anticipe le budget de la Sécurité sociale, ceci alors que les besoins de santé augmentent du fait des naissances et de la longévité.
Certes, la suppression de la T2A serait une bonne nouvelle en soi même si elle est partielle ; mais si elle doit être remplacée par des évaluations constantes des actes pratiqués, il est à craindre que d’autres dérives ne surgissent…
– C’est la part belle faite aux hôpitaux et cliniques privés et à leurs dépassements d’honoraires, ce qui entérine le transfert du public vers le privé au détriment de la Sécurité sociale.
– Enfin, rien ou presque, à par quelques paroles lénifiantes, pour les personnels hospitaliers: aucune prise en compte des surcharges de travail auxquelles ces personnels sont exposés ; aucune amériolation de leurs conditions de travail ; aucune embauche annoncée.
– Nous exigeons le maintien et la réhabilitation de nos hôpitaux publics de proximité : Juvisy, Longjumeau et Orsay !
– Nous interpellons M. le Président de la République et sa Ministre de la Santé sur le DESASTRE SANITAIRE en particulier le manque de médecins de ville en Essonne qui va être accentué par la fermeture annoncée des hôpitaux publics Joffre, Dupuytren etc ;
– Nous appelons à une grande manifestation le samedi 17 novembre à Juvisy sur orge (10h devant l’Observatoire C. Flammarion) pour sauver nos hôpitaux publics de proximité et protester contre la désertification médicale mise en œuvre en Essonne.
Le Comité de défense des hôpitaux du Nord Essonne, le 8 octobre 2018

Appel pour la réunion publique le jeudi 17 mai à 19H30 à Fontenay sous Bois

Soutien aux cheminots en lutte

Soutien aux luttes services publics, protection sociale, actif-ve-s, retraité-e-s, …

Avec Attac, Union locale CGT, Solidaires Fontenay, Sud Education 94, PCF, Ensemble !, EELV, la Convergence de défense et de développement des services publics, des citoyen.ne.s

L’appel

Créteil : compte-rendu de la réunion de la coordination du 12 avril 2018

La Coordination s’est réunie ce jour comme annoncée, afin de concrétiser les actions décidées lors de la table ronde à l’Hôtel
du Département du 30 mars dernier. Nous avons convenu les points suivants:

* Faciliter l’expression des syndicalistes de P.Brousse dans un communiqué défendant la nécessité du maintien des deux services dans un projet collaboratif. Des contacts ont été pris, et il faudrait pouvoir avoir rapidement ces communiqués ou mieux un communiqué commun.
* Faciliter une initiative commune entre P.Brousse et H.Mondor vers la mi-mai, pour avancer dans une démarche commune syndicale, et si necessaire rencontrer le Pr D.Samuel. Nous savons, que la CTE du GHU de P.Brousse sera informée sur la situation du service hépatique, la semaine prochaine.
* Sortir au plus vite la Tribune, en cours d’écriture, afin qu’elle soit publiée, soit avec les signatures représentatives de
Parlementaires, Élu-e-s, syndicalistes, usagers, soit celle plus générique de la Coordination, en rappelant la diversité de sa
composition.
* Aller au devant des malades, en recueillant le témoignages de patients greffés à Mondor et/ou en attente de greffe. Nous
accompagnerons ces témoignages de ceux d’associations de malades que nous devons rencontrer.
* Élaborer rapidement un courrier sensibilisant les Maires et Conseils Municipaux, Conseillers départementaux et régionaux, au Plan Régional de Santé et à la nécessité d’exiger quatre services (et non 3) dans le PRS, lors de voeux ou délibération pris à ce sujet.
Nous serons présents le 2 mai, à la rencontre organisée par l’ÉLUE à la santé du Département.
* Demander par courrier, la mise en place de la table ronde que nous avions obtenu lors de la rencontre avec le cabinet de la Ministre, et que le DG de l’AP-HP ne veut toujours pas réunir. Si nous n’avons aucune réponse favorable à cette demande d’ici la mi-mai, nous avons retenu le principe d’un rassemblement devant la Préfecture en demandant à être reçu par le Préfet en présence de l’ARS. Ce rassemblement pourrait avoir lieu le 31 mai à 12h. Il sera précédé d’un communiqué de presse.
* Redemander, enfin, un rendez-vous avec la Ministre de la santé, début juin, si rien n’aura bougé favorablement à notre projet, d’ici là.

Le tempo est donc donné, afin de ne laisser aucun répit au DG de l’AP-HP qui, selon certaines indiscrétions, serait entrain de rédiger un projet de démantèlement de l’AP-HP et de remise en cause du statut hospitalier des personnels pour la Ministre, qu’il souhaiterait voir inscrire dans le cadre de la prochaine loi sur l’Hôpital.
Dans le même temps nous avons été informés du départ de Mme Orio et celui de Mme Noguera. Enfin, ce vendredi 13/4, une Commission technique d’établissement centrale se réunira à l’AP-HP, rue Victoria, où le DG fera connaître son Plan social pour éponger son déficit de 200 millions d’euros de 2017, et celui à venir de 2018, au regard de la baisse du tarif hospitalier journalier.

Nous serons présents lors de prochaine Assemblée générale des personnels de Mondor, dans le HALL, si celle-ci est confirmée.

Créteil : OÙ VA L’HÔPITAL MONDOR SUR CRÉTEIL ET DANS LE VAL-DE-MARNE ?

COMMUNIQUE DE LA COORDINATION DE VIGILANCE DU GHU H.MONDOR/A.CHENEVIER

Créteil, le 28 Janvier 2018

Jeudi 25 janvier, lors de notre débat public, nous posions la question: « _OÙ VA L’HÔPITAL MONDOR SUR CRÉTEIL ET DANS LE VAL-DE-MARNE ?»

_. Des témoignages donnés par les personnels médicaux et paramédicaux présents, des syndicats comme des élu-e-s, la réponse est claire : _L’HÔPITAL VA TRÈS MAL AVEC M.MARTIN HIRSCH, LE DIRECTEUR GÉNÉRAL DE L’ASSISTANCE PUBLIQUE-HÔPITAUX DE PARIS._

Et pourtant, à la lecture des propos du Pr Samuel, doyen de la Faculté de médecine du Kremlin Bicêtre, comme ceux du Pr Dubois-Randé, doyen de celle de Créteil, nous pouvons nous réjouir d’avoir, dans le département, deux services d’hépatologie d’excellence, avec des équipes capables touTEs deux de faire des greffes dans d’excellentes conditions.

Alors la question reste entière, après avoir rencontré le 18 janvier le Ministère de la santé, puis l’Agence régionale de santé (ARS) d’Île de France le 22 janvier : POURQUOI FERMER LE SERVICE DE MONDOR ?

Ceci d’autant qu’aucune des deux institutions n’a eu sur son bureau un quelconque projet de fermeture, aucune étude d’impact.
Mieux encore, l’ARS affirmait dans un document public, il y a encore quelques mois, la nécessité d’avoir 4 voire 5 services de greffe hépatique dans notre région. Quant à penser que la fermeture d’un service, même en mutualisant les moyens, ferait des économies, personne n’y croit.

Alors une autre question reste entière : si ce n’est ni l’ARS, ni le Ministère de la santé : QUI DÉCIDE DE LA POLITIQUE DE SANTÉ POUR RÉPONDRE AUX BESOINS GRANDISSANTS DE LA POPULATION EN HÉPATOLOGIE, COMME L’INDIQUENT DIFFÉRENTES ENQUÊTES ÉPIDÉMIOLOGIQUES ?

Vendredi 26 janvier à la faculté de Médecine de Mondor, à l’invitation de son Doyen, après un hommage appuyé au Pr Alain
Rahmouni dont la disparition brutale a meurtri la communauté hospitalière, nous avons ensemble, élu-e-s, communauté médicale, non médicale et universitaire rassemblée, Intersyndicale CFDT-CGT-SUD santé, citoyens et politiques, uni-e-s au sein de la Coordination de vigilance du GHU, nous avons decide, dans un même combat, de ne rien lâcher :

ENSEMBLE NOUS GARDERONS LA TRANSPLANTATION HEPATIQUE DE MONDOR.

Le 8 février, Mme Buzyn recevra l’ensemble des parlementaires du Val-de-Marne, accompagnés par une délégation de la Coordination, avec toutes ses composantes, personnels médicaux et non-médicaux, élu-e-s et syndicats. Ils présenteront , UN VRAI PROJET de transplantation hépatique, pour toutes les équipes de Mondor, pour le futur bâtiment RBI, pour la recherche et l’enseignement, …. autour du MALADE !

CONTACT : DR FABIEN COHEN, 0607285022,

PORTE-PAROLE DE LA COORDINATION DE VIGILANCE DU GHU H.MONDOR/A.CHENEVIER