Bulletin semaine 44



Bulletin semaine 43




Le bulletin de la semaine 39

La semaine dernière a de nouveau été marquée par des rassemblements ou des manifestations dans tout la pays. Des points nouveaux : comme à Tours où soignant.es et Sapeurs Pompiers ont agi ensemble pour défendre les services publics empêchés par l’austérité gouvernementale, la participation trop faible encore de citoyen.nes qui pourtant soutiennent à 95% selon les sondages le mouvement des hospitaliers, la mobilisation d’autres services hospitaliers que les urgences dans de nombreux hôpitaux, la reprise de l’action dans les EHPAD. Le blabla de Mme Buszin ne fait guère illusion.

Soyons attentifs à cette heureuse évolution et prenons,avec nos comités, toute notre part, nous les citoyen.nes , dans la revendication de moyens humains ( technicien.nes,aide-soignant.es, infirmier.es, kinésithérapeutes, médecins) et matériel pour nos hôpitaux publics de proximité ou de référence ( centre hospitaliers régionaux ou universitaires) pour garantir une réelle égalité de l’accès aux soins sur tout le territoire.

Le bulletin

Infos semaine 35

A l’hôpital tous les personnels manquent : médecins mais aussi personnels para médicaux, agents… Il est temps de prendre ce problème en compte notamment en améliorant les conditions de travail et en revalorisant les salaires. Les infirmiers-ères sont les plus mal rémunérés des pays de l’OCDE et pourtant nous en avons tous besoin !

Infos semaine 35 du 26 au 30 août 2019

Infos semaine 34

UN MONDE A DEUX VITESSES

Les personnels des Urgences en grève continuent de réclamer les moyens nécessaires pour améliorer au plus tôt et de façon pérenne la sécurité et la rapidité de la prise en charge des patients qui s’adressent à eux.

De son côté, le ministère fait seulement état « de mesures nouvelles pour la rentrée ».

Leur perception respective de l’Urgence est radicalement différente. Chez les soignants, qui risquent d’être inquiétés en cas de décès, elle découle de considérations sanitaires et constitue un problème immédiat et quotidien.

Pour la ministre, la direction de l’offre de soins, les directeurs d’ARS, qui ne risquent pas d’être personnellement mis en cause, elle correspond à des préoccupations financières dont l’échéance est annuelle.

Entre les deux, les directeurs d’hôpitaux composent avec les directives des uns et les attentes des autres en fonction du contexte local et de leurs sensibilités personnelles.

Les usagers ont compris.

Ce n’est pas parce que les personnels des Urgences sont en grève qu’ils attendent, c’est parce qu’ils attendent que les personnels des Urgences sont en grève.

Ils attendent que les services d’Urgences :

– soient confirmés dans leurs missions actuelles,

– soient dotés des moyens en matériel et en personnel leur permettant de les assurer pleinement, de jour comme de nuit, de façon uniforme pour l’ensemble de la population nationale.

Le bulletin