Pays de Guingamp : manifestation le 25 mai

Manifestation le 25 mai de la gare de Paimpol à 11h au centre de périnatalité, suite à l’annonce de la fermeture de l’hébergement de nuit de la maison périnatale de Paimpol.

Le communiqué de presse explicatif

Le comité a aussi demandé à la directrice du Cabinet du conseil communautaire Claire Vidament et au président  du même conseil Vincent Le Meaux si ce point pouvait être mis à l’ordre du jour, du conseil communautaire du 21 mai à Grâces, et si une motion en soutien à la la maison périnatale de Paimpol lors de ce conseil pouvait être voté.

 

Morlaix : plus de cent personnes au débat à Plourin lès Morlaix

Avec plus de cent participants, le débat public organisé hier samedi 4 mai à Plourin lès Morlaix, par le comité de défense de l’hôpital public en Pays de Morlaix, a connu un indéniable succès.

Non seulement en raison de la participation, mais aussi de son contenu et de la qualité des invités.

Merci beaucoup encore à Françoise Nay, Paul Cesbron et Christophe Prud’homme, professionnels engagés, passionnants et passionnés, à Yves Jardin du comité de défense de Douarnenez et infatigable militant de la Coordination nationale dont il est l’un des membres du CA.

Merci aussi à tous les participants qui ont assuré le succès de l’initiative et aux intervenants dans ce débat par la pertinence de
leur propos et le partage de leurs expériences

L’article du Télégramme

Morlaix : 700 personnes manifestent pour l’hôpital

La manifestation du 27 avril 2019 pour l’hôpital, à l’appel de l’intersyndicale,  a rassemblé environ 700 personnes à Morlaix.

Les usagers étaient très présents et le comité de défense de Morlaix particulièrement bien représenté,

L’article de Ouest France

 

Douarnenez : le soutien du comité à la lutte des personnels de l’EHPAD de la baie d’Audierne

La Coordination nationale des Comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité, et le Comité des Usagers de l’Hôpital de Douarnenez qui en est membre, tiennent à exprimer leur total soutien au personnel de l’EHPAD d’Audierne en lutte contre la suppression de 11 jours par an de RTT, avant une fusion avec l’EHPAD de Pont-Croix. Ces jours de repos sont une nécessité pour des personnels qui font un travail difficile , physiquement et aussi moralement, car amenés contre leur gré à des formes de maltraitance envers les résident-e-s par manque de personnel. Ces conditions de travail ne peuvent qu’avoir des conséquences néfastes pour les résident-e-s. La Coordination nationale et le  Comité des Usagers demandent que tous les moyens humains, matériels et financiers nécessaires soient accordés à l’EHPAD d’Audierne (comme à tous les EHPAD), pour une bonne prise en charge des résident-e-s. Ils demandent que la mesure de suppression de journées de RTT soit définitivement abandonnée. Ils appellent à participer au rassemblement de soutien prévu devant l’EHPAD d’Audierne, aujourd’hui 16 janvier de 11h à 12 h.

La pétition pour défendre l’EHPAD de la baie d’Audierne

Douarnenez le 1er décembre

Environ 200 à 250 personnes au rassemblement pour le rétablissement du SMUR et la défense de l’hôpital ce samedi après midi à Douarnenez à l’appel du Comité de défense des usagers et de la CGT. Quelques gilets jaunes mais aussi des élus locaux du territoire desservi par l’établissement.

Guingamp : l’action du 1er décembre et le point sur la situation

L’annonce de la mobilisation dans Ouest France et l’interview d’Hélène Derrien : « Guningamp n’est pas seul »
« Sans écrit fin janvier, on ferme » : l’article du Télégramme
500 personnes dans la rue pour un écrit : l’article d’Ouest France
« Belle manifestation pour la défense de la maternité » – Article d’Actu.fr – 01 12 18

Le discours lu par une sage femme


On lâche toujours rien, on a encore un rendez vous téléphonique avec maitre Hermann d’ici une quinzaine de jours, nous espérons toujours une réponse avant de devoir attaqué par un référé en suspension. de toutes façon les deux ans ne sont qu’un sursis, il faudra continuer pendant ces deux ans, à mobiliser.

Nuit et Hopital de Guingamp : En ce qui concerne les agents de nuit, en grève depuis juillet, ils ont rencontrés les élus qui interviennent au conseil de surveillance, mme Le Houerou (présidente du conseil) et le maire de Pabu, la direction ne
veut plus écouter les revendications des personnels de nuit qui ne veulent tout simplement pas, changer leur organisation, pour des semaines d’astreinte déguisé non rémunéré,des trames illégale de travail, le non respect des organisations personnel des agents,… l’absence de dialogue sociale avec la direction qui mettra en application au premier avril (bonne blague !)sans l’accord du personnel.

les autres problèmes de l’hôpital :
* restructuration de services,
* suppression d’emplois
* fermeture de lits ( chirurgie, pneumologie…)
* fermeture de service (ex : soin de suite post chir) alors qu’il manque plus de 140 lits de rééducation sur le GHT, fermeture de la cuisine et de la lingerie résident en cours…
* engorgement des patients aux urgences (conséquence des fermetures de lits d’hospitalisation)
* sorties précipités des patients (non stabilisé pour certains)
* non remplacement des arrêts maladie
* absence de médecin du travail
* accumulation de 56 000 heures supplémentaires non rémunéré
* manque de personnel dans les EHPAD (malgré une enquête CHSCT, les conclusions sont le déficit et trop important il n’y aura pas d’investissement, résultat : matériel vétustes, locaux quasi insalubre, température des locaux 40 degré l’été non pris en compte, souffrance du personnel…)
* intensification des glissements de tache
* charge psychologique et physique du personnel importants
* maltraitance institutionnalisé



LE CH DE BÉGARD

En effet, suite à la FERMETURE DE LITS (23 lits service d’admissions et 10 lits service soins prolongés) il est de plus en plus difficile pour les familles de faire hospitaliser leurs proches à la Fondation Bon Sauveur.

* Les UNITÉS DE SOINS SONT SATURÉES, l’unité de soins sans consentement, Sainte Camille, a un taux d’occupation de 100,46% sur l’année 2017 et l’unité d’admissions libres, Keravel, de 153,25%.Chose incroyable, décision a été prise que cette unité passe de 37 lits à 14 lits en 2018…
* La durée moyenne d’hospitalisation ne cesse de diminuer pour libérer de la place dans les unités et répondre aux demandes d’hospitalisations, cela occasionne régulièrement des ré-hospitalisations de PATIENTS N’ÉTANT PAS SUFFISAMMENT STABILISÉS.
* Accueil de patient sur des lits de camp,
* les soignants ont le sentiment de ne plus pouvoir prendre en soin convenablement les personnes accueillies,
* de ce fait les soignants se trouvent en souffrance,
* plusieurs salariés quittent leur travail en pleurs,
* le recrutement de psychiatre une difficulté insoluble,
* les arrêts de travail sont en constante augmentation.

Alors que nous vivons dans une région où le taux de suicide est supérieur à 47,7% à la moyenne nationale, où il y a 2,4 décès/jour en Bretagne par suicide, où le TAUX D’HOSPITALISATIONS POUR TENTATIVE DE SUICIDE DANS LES CÔTES D’ARMOR EST LE PLUS ÉLEVÉ DE BRETAGNE ( 23,7 hospitalisations pour 10000 hommes et 33,3 hospitalisations pour 10000 femmes),où la capacité d’accueil est de 73 lits pour 100000 habitants contre 100 lits pour 100000 habitants pour
la moyenne nationale, il semble évident que la Bretagne est sous dotée.

SERVICE DE SOIN À DOMICILE
Leur difficultés :
– La non application de la Convention collective : pas de journée supplémentaire de congé donnée aux salariés modulés
intervenant dans les cas d’urgence, pas de proposition d’augmentation d’heures au contrat pour le personnel éligible, pas de mise en place des heures d’expression, pas d’astreintes, perte d’usages….
– Des EMPLOIS PRÉCAIRES peu ou pas de temps complet pour les intervenants de terrain, emplois trop pénibles . A quand une réelle prise en compte de la pénibilité?
-SECTEUR RECONNU À RISQUES PROFESSIONNELS : il devance même le BTP. (risques routiers importants, travailleur isolé, journée coupée,amplitude importante, logements insalubres, habitat non adapté et conditions de travail difficiles et mal évaluées, violence d’usagers….
-RÉMUNÉRATION INSUFFISANTE liée au temps au temps de travail mais aussi à des taux horaires bas… et à des indemnités kilométriques non réelles….
-Formation insuffisante qui pénalise et fragilise le personnel …..
-PLANNING CHANGEANT souvent, au dernier moment…. avec une pressurisation via l’outil télégestion…
-Congés difficiles à planifier voir non pris et perdus pour des salariés….
– DIFFICULTÉ DE RECRUTEMENT, arrêt de travail non remplacé et ÉPUISEMENT DES SALARIÉS, MAJORATION DES AGRESSIONS DE PERSONNEL.…

Tout est lié : on sent rend compte du fait de la particularité de notre comité. Les difficultés du Ch de Bégard influe sur les patients qu’on retrouve à l’hôpital, les soins à domicile souffre des retours trop rapide à
domicile, les EHPADS envoient certain patient pour souffler…Et encore je n’aborde pas la pénurie de médecin traitant qui nous pend au nez, dans les cinq à dix ans avenir dans le bassin.