Dole : le journal du comité

« Un mode nouveau en matière sanitaire et sociale ? Oui, c’est possible à condition de ne pas reprendre les recettes qui ont conduit à l’asphyxie des hôpitaux et à la désertification médicale. ». Ainsi commence l’édito du journal du comité de défense des hôpitaux publics de Dole dans lequel on trouvera aussi un hommage au Docteur Loupiac, un retour sur l’AG du comité, une invitation à construire ensemble un projet départemental de santé, un récit des actions du comité, un témoignage sur les services de chirurgie, un autre sur les raisons de l’engagement pour l’hôpital, le soutien de maires et des brèves.

Le bulletin d’information

Besançon : une réunion pour créer un comité de mobilisation pour la santé publique

Avec la participation de Michel Antony (comité de Lure, CA de la Coordination Nationale)

Le compte-rendu de Michel :

Une bonne quarantaine de présent-e-s. Forte délégation communiste ou proches puisque c’étaient eux les appelants à la suite d’une lettre d’invitation d’Évelyne Ternant (merci à elle pour cette initiative)
Pour les syndicats étaient surtout présents des membres de Sud-Solidaire et de la CGT particulièrement CGT-Retraités
Partis : Ensemble, PCF, Groupement de gauche bisontine, LFI, NPA…
Associations : CIH (2 personnes) et Coordination nationale
des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité (CN) (2)
à part les 2 de la CN qui venaient de Haute Saône, tous de Besançon ou de son aire urbaine

Comme je ne sais pas qui a reçu l’invitation et que moi même j’ai dû la redemander, je ne peux pas dire si c’est un succès ou non. Mais cela a le mérite d’exister ; c’est un succès en tout cas pour le secteur bisontin et environs.

D’emblée donc un problème : l’objectif écrit et annoncé étant un regroupement régional pour contrer l’ARS, ma seule présence au nom de la CN n’était pas suffisante pour le permettre, ni la volonté d’Évelyne. C’est pourquoi il a été décidé par défaut et avec raison :
1- de créer un groupe restreint de 4 personnes bisontines pour faire communiqué et tract annonçant la manif du 16 et  y appelant, et pour proposer une autre date (le 18 juin salle de la Malcombe) pour permettre à toutes celles et à tous ceux qui veulent y participer de créer le comité, sans oublier d’y convier également les Gilets jaunes
2- ce Comité sera bisontin et se nommera Comité (bisontin) pour la  santé publique (ou quelque chose d’approchant)

Sur mes interventions (et d’autres) le choix de mettre en avant toute la santé et pas seulement l’hôpital a été retenu.
Le choix de s’adresser aux individus-usagers-citoyens pour la création a également été retenu, j’ai notamment mis en garde sur la difficulté parfois des cartels d’organisations.
L’idée d’être ouvert à toute initiative convergente locale a également été retenue : la CN a été très souvent évoquée et nos exemples de coordination, mobilisations et informations mis en avant. Mais il n’y a pas d’hostilité non plus vis à vis du Comité National de Santé publique que LFI a soutenu et que j’ai explicité ; le Comité parisien de ce nouvel ensemble a d’ailleurs décidé d’adhérer autant à la CN qu’à la Convergence nationale des collectifs de défense du service public.

Sur le constat, je ne m’arrête pas, il n’y a pas de conflits : tous évoquent l’ancienneté de la destruction de nos services publics, la privatisation, les fermetures inadmissibles, etc… Sur la méfiance vis à vis des propositions  gouvernementales et du Ségur, même constat. Sur la nécessité d’actions convergentes et sur la nécessité de s’ouvrir à d’autres, idem.

Bonne réunion, bel effort pour monter quelque chose malgré de petites piques sans conséquences entre organisations et surtout belle volonté d’ouverture.

J’ai donné mon accord de soutien, et celui de la Coordination pour l’information et si besoin venir aider occasionnellement

J’ai rappelé que l’étape ultérieure, s’ouvrir aux autres collectifs régionaux, sera plus difficile car le localisme (au moins pour les débuts) était majoritaire dans la réunion par rapport à la nécessité de converger prioritairement face à l’ARS et donc régionalement. Je rejoins Évelyne et d’autres pour noter l’importance de créer un contre pouvoir démocratique contre l’ARS, en s’appuyant sur notre forte action régionale contre le PRS d’il y a 2 ans.

L’appel issu de cette réunion

Prochaine réunion prévue le 18 juin à 18 h à la salle de la Malcombe à Besançon

Saint-Claude : le combat continue

Si l’on regarde tous les moyens de notre hôpital il y a 5 ans , quand nous avions encore une chirurgie conventionnelle ACTIVE, un personnel qualifié, c’était :

– Matériel : quatre respirateurs dans les salles de bloc ,un respirateur en salle de réveil , un respirateur en UHCD (unité d’hospitalisation de courte durée), un respirateur en SMUR, un respirateur aux urgences.

– Personnel : Un infirmier anesthésiste diplômé d’Etat (IADE) , un infirmier de bloc opératoire diplômé d’Etat (IBODE) ,des infirmières spécialisées UHCD capables de prendre en charge des patients intubés. Quinze personnes et deux médecins anesthésistes par jour.

Face à la crise actuelle, avec tous ces moyens , nous aurions pu prendre en charge au moins quatre patients sous respirateurs en zone de réveil du bloc , zone isolée et protégeant le personnel. Avec un service dédié en sortie de réanimation en chirurgie (personnels , locaux et matériel dédié).

Voila pourquoi notre combat se poursuit et se poursuivra demain pour la réouverture de nos trois services majeurs , maternité, pédiatrie et chirurgie conventionnelle qui nous fait gravement défaut aujourd’hui.