Communiqué de la Coordination : la Nièvre, un département sans maternité ?

Le communiqué en pdf

La Nièvre : un département sans maternité ?

Malgré les nombreuses mobilisations locales d’usagers, de personnels et d’élus locaux, et les interventions répétées de représentants de la Coordination nationale tant à Château-Chinon, Nevers, Decize, qu’à Clamecy… la désertification sanitaire s’accroît et atteint un paroxysme. Partout en France on a réduit les services de santé et particulièrement les maternités qui sont passées de 1500 à 500 environ des années 1970 à aujourd’hui : les 2/3 !!!

Dans la Nièvre toutes les maternités du département ont été progressivement fermées (Clamecy 2008, Decize 2010, Cosne-sur-Loire 2018) hormis celle de Nevers.

Dans cette maternité, alors que le nombre d’accouchements a augmenté, les sage-femmes ont vu leur nombre divisé par deux depuis 2018. Celles qui restent n’en peuvent plus et sont en grande difficulté.

Cela a conduit à quelques jours de quasi fermeture de cette maternité en avril. En l’absence de mesures fortes que nous demandons, cette situation pourrait se renouveler et perdurer : la Nièvre deviendrait un département sans maternité !

Quand on sait les dégâts causés localement par les fermetures : multiplication des déplacements dangereux, coûteux, anti écologiques et cause supplémentaire de stress, naissances sur la route, reprise de la mortalité périnatale…

Et quand on sait les dégâts causés pour les sites de regroupements : plus de patients avec toujours moins de personnels, burn-out et absentéisme et départs de ceux-ci, files d’attentes, perte de la convivialité et de l’humanité dans l’accueil…

Alors on peut dire qu’on touche le fond d’une politique scandaleuse et nocive qui perdure depuis au moins trente ans.

Si l’on veut sauver Nevers, la Nièvre et tout notre territoire national, un plan d’urgence s’impose évidemment : il faut en finir avec les budgets de misère, procéder à un recrutement massif de personnels et fournir les moyens de formations adéquats, mieux répartir les personnels en fonction des besoins. Avec ses partenaires la CN s’y emploie et saura le dire haut et fort au nouveau gouvernement avant l’été et lors du débat à l’automne sur le budget de la Sécurité Sociale.

Dole : rassemblement pour dénoncer la fermeture de la chirurgie conventionnelle.

150 personnes rassemblées devant la Sous Préfecture pour dénoncer la fermeture de la chirurgie conventionnelle ce 1er avril à Dole pour exiger un moratoire sur toutes les fermetures de service, le retour de la chirurgie et des lits et postes supprimés ces dernières années.Avec le comité de défense de l’Hôpital, la CgT du Chs Pasteur, des élu.es, des citoyens indignés par les premiers témoignages des dysfonctionnements constaté s avec notamment des jeunes (8 ans et 16 ans qui attendent une dizaine d’heures un diagnostic pour savoir s’ils seront opérés). L’agence régionale de santé, le gouvernement refusent d’entendre ceux qui se sont exprimés unanimement pour le MAINTIEN de la chirurgie conventionnelle à l’Hôpital Pasteur de DOLE . Auprès de M.Borgeot, sous préfet qui nous a reçus nous avons posé les questions de :
– démocratie , quand les élus représentant plus de 70 00 habitants (92 communes), et le conseil régional, ne sont pas entendus ;
– sécurité, quand 800 patients en urgences parfois vitales seront transférés à Besançon avec une perte de chances pour ceux qui ne supporteront ni délai, ni transfert .
Sans compter le démantèlement des équipes de soins (un gâchis humain) et les menaces pour d’autres services dans la foulée.