Sisteron : 7ème Rassemblement le 12 Août

Retrouvons nous nombreux demain pour le
7ÈME RASSEMBLEMENT
LUNDI 12 AOÛT 2019 ENTRE 19H30 ET 21H30
DEVANT LES URGENCES DE L’HÔPITAL DE SISTERON
POUR EXIGER LA RÉOUVERTURE DES URGENCES DE NUIT (20H30 À 8H30)

Ensuite, il nous est apparu intéressant de LIVRER UNE ANALYSE DE LA SITUATION ET DES COMPORTEMENTS ET PRATIQUES de certains ACTEURS DU SECTEUR DE LA SANTÉ (Gouvernement Macron-Philippe, Ministère de la Santé, ARS dont celle de Paca) et DE LA VIE POLITIQUE (Parlementaires,
Collectivités) DE NOTRE DÉPARTEMENT afin d’apporter des éléments de meilleure compréhension sur ce qui se joue actuellement sur le 04 autour des Services Publics (et au niveau hexagonal) et de permettre aux Populations de ne plus subir les politiques décidées à Bruxelles et Paris et de LES CONFORTER DANS LEUR ENVIE DE REPRENDRE EN MAIN LEUR AVENIR.

En commençant par la SÉANCE D’HYPNOTHÉRAPIE COLLECTIVE ORGANISÉE PAR LA DÉPUTÉE FONTAINE-DOMEIZEL à l’hôpital de Sisteron (rebaptisée « Table Ronde ») le 26 juillet dernier (voir articles Provence 19-07-27 & HPI 19-08-02 en pièces jointes), qui LUI A TRÈS CERTAINEMENT FAIT BEAUCOUP DE BIEN (cette dernière la qualifiant très humblement de « constructive et utile »), mais concrètement qui n’a apporté AUCUNE AMÉLIORATION NOTABLE NI POUR LES URGENCES DE SISTERON (pas plus que pour celles de Manosque et Digne), NI POUR LES CITOYENNES ET CITOYENS EN BESOIN DE PRISE EN CHARGE PAR CE SERVICE ENTRE 20H30 ET 8H30 (rappel: plus de 4.000 personnes ont été accueillies sur ce créneau horaire en 2018, soit 30% du nombre total des passages aux Urgences).

A part le « PLEURNICHAGE » COLLECTIF COMPASSIONNEL D’UNE PARTIE DES PARTICIPANTS (députée, Pt Conseil Départemental, ARS, préfecture, directeur du CHICAS, ..) à cette table ronde, À LAQUELLE LA DÉPUTÉE AVAIT BIEN PRIS SOIN DE NE PAS CONVIER LES ASSOCIATIONS ET COLLECTIFS CITOYENS, sur la pénurie de médecins (dont un urgentiste à Sisteron) et le constat de l’incapacité (ou de l’empêchement) des autorités sanitaires (direction CHICAS, ARS et Préfecture) a réagir et a anticiper de telles situations, CETTE RÉUNION N’AURA ÉTÉ QU’UN BAVARDAGE INUTILE.

Et cela malgré l’annonce par l’ARS en fin de réunion, de L’ATTRIBUTION D’UN « BAKCHICH » POUR LES 3 SERVICES D’URGENCE DU 04 (50.000€ pour Sisteron et 20.000 et quelques € pour Manosque et Digne) qui tout bêtement correspondait au pourcentage par hôpital des 70 millions d’€ (M€) que Buzyn a débloqués (en catastrophe pour tenter d’endiguer le mouvement de contestation qui a gagné plus de 220 Services d’Urgence) pour toutes les Urgences de l’hexagone.

L’annonce de ce SAUPOUDRAGE, qui comme dans toute mauvaise pièce de théâtre de Boulevard, devait à priori être le « happy end », à fait « pschitt ». Jusqu’au directeur du CHICAS qui reconnaissait avec courage (car l’ARS épluche tous les propos de ses « collaborateurs »), qu’il ne solutionnerait pas le problème de Sisteron, car c’est UN PROBLÈME D’EFFECTIF ET DONC HUMAIN.

 

Et donc, après ce « COUP DE BLUFF MANQUÉ » de la députée (inspirée certainement par son mentor « joueur de poker » et à l’occasion ministre de l’intérieur) qui visait à GOMMER SA TOTALE INEXISTENCE SUR UN DOSSIER AUSSI IMPORTANT que celui de l’Accès aux Soins et à la Santé de proximité sur notre Territoire Bas Alpin, RIEN N’A CHANGÉ ET RIEN NE DEVRAIT CHANGER avec:
– LA DÉPUTÉE qui tentera de continuer à PRIVILÉGIER SON « BUSINESS PLAN POLITIQUE » et son rôle de « MAGNÉTOPHONE DE LA MACRONIE », plutôt que de revenir à celui bien plus digne et respectueux des valeurs de la République de REPRÉSENTANTE DU PEUPLE ET PORTEUSE DE SES ATTENTES ET REVENDICATIONS,

– LA MINISTRE de la Santé Buzyn qui tentera de continuer À IGNORER SUPERBEMENT LES DEMANDES DE RENCONTRES avec les Collectifs de Défense des Services Publics et de la Santé, les syndicats, les Elu(e)s,

– L’ARS qui tentera de continuer À DIRE, CE N’EST PAS DE NOTRE FAUTE « si le numérus-clausus est insuffisant », même si elle ne s’est jamais manifestée en ce sens et « ce n’est pas non plus notre faute si on ferme des structures hospitalières et des postes, c’est lié au contexte général dont on a hérité », même si elle a contribué avec un grand zèle à son instauration,

– LE PRÉFET DU 04 qui tentera de continuer À NOUS FAIRE CROIRE QU’IL N’A RIEN À VOIR AVEC CE SECTEUR DE LA SANTÉ alors qu’il est responsable de la Sécurité Sanitaire des Populations sur son Territoire,

– LA DIRECTION DU CHICAS qui tentera de continuer à vouloir NOUS FAIRE CROIRE QU’ELLE CHERCHE D’ARRACHE-PIED UN MÉDECIN URGENTISTE alors qu’elle ne s’en préoccupe, à priori, que depuis l’arrivée de l’arrêt de travail du médecin-urgentiste au service RH (Ressources Humaines). Service qui entre parenthèse a pour mission prioritaire d’anticiper la réponse aux besoins Humains du CHICAS, dans le cadre de la Gestion Prévisionnelle des Emplois, des Qualifications et des Compétences.

Cette APPARENTE INCAPACITÉ de l’ARS-Paca et des directions d’établissements hospitaliers, dont celles sur le 04 des CH de Manosque & Digne, du CHICAS, des hôpitaux locaux dont ceux de Banon et Forcalquier, des EHPAD, … à:
– anticiper des PROBLÈMES D’EFFECTIFS alors qu’ils ont connaissance très à l’avance des départs (mutations, retraites, ….),

– gérer des BUDGETS EN PERPÉTUELLE RÉDUCTION (économie de 1 milliard d’€ par an entre 2018 et 2022 pour le seul hôpital Public) et des RÉSULTATS FINANCIERS MIS EN DÉFICIT PAR LES CHOIX POLITIQUES DU MINISTÈRE (suppression de 20.000 lits et de 22.000 postes d’ici 2022),

NE RELÈVE DE LEUR PART NI D’UN AMATEURISME, NI D’UNE INCOMPÉTENCE.

C’est tout simplement une STRATÉGIE MACHIAVÉLIQUE ET SCHIZOPHRÈNE visant à utiliser systématiquement DEUX ARGUMENTS INDUITS directement par les CHOIX ET POLITIQUES DU MINISTÈRE DE LA SANTÉ:
– le 1er c’est: ON NE PEUT PAS RECRUTER car on manque de personnels en médical et paramédical.

Simplement que cette PÉNURIE EST ORGANISÉE depuis plus de 10 ans grâce à un « numérus clausus » des études de Santé très largement inférieur aux besoins et fixé annuellement PAR LE ….. MINISTÈRE DE LA SANTÉ.

Et donc À PARTIR DE CET ARGUMENT FALLACIEUX les ARS (dont celle de

Paca) et les directions d’établissements (dont celles des CH Digne & Manosque, des hôpitaux locaux et EHPAD de Banon, Forcalquier, Valensole, Seyne les Alpes, Riez, ….) décident unilatéralement de NE PAS OUVRIR UN SERVICE DE RÉA À MANOSQUE, de FERMER UN SSR (Soins de Suite et de Réadaptation) À BANON, de FERMER LES URGENCES DE NUIT À SISTERON, … et donc de fermer, ou ne pas ouvrir, tout ou partie d’une structure, d’un service, d’un hôpital, …) sur le 04,

– le 2ème c’est: IL Y A UN DÉFICIT FINANCIER ET/OU UN MANQUE DE RÉSULTATS et il faut que tout soit mis en oeuvre pour un …… retour à l’équilibre financier et un …… accroissement de l’activité.

Simplement que ce DÉFICIT FINANCIER ET/OU CE MANQUE DE RÉSULTATS SONT GÉNÉRÉS PAR LES CHOIX ET POLITIQUES DU MINISTÈRE DE LA SANTÉ tels que la T2A, le recours aux emprunts (souvent toxiques sur le secteur bancaire privé) ou aux PPP[5], pour financer la construction et/ou la rénovation d’un établissement ou d’une structure, l’achat de nouveau matériel, … et que l’ARS impose son « placebo » préféré: le « CONTRAT DE RETOUR À L’ÉQUILIBRE FINANCIER » (CREF) qui débouche systématiquement sur des SUPPRESSIONS DE POSTES et des FERMETURES DE SERVICES (ou partie de Service), D’HÔPITAL, D’EHPAD, ….

Et ainsi, avec ces 2 arguments fallacieux le ministère de la Santé et son « bras armé » l’ARS-Paca, sans oublier leurs courtisans (voir liste ci-dessus), pensent FAIRE « AVALER LA PILULE » DE POLITIQUE ULTRALIBÉRALE DE LA « MACRONIE » visant à DÉMANTELER TOUS LES SERVICES PUBLICS DONT CELUI DE L’HÔPITAL PUBLIC AU PROFIT DU PRIVÉ LUCRATIF.

Mais c’est oublier l’histoire du PEUPLE Bas Alpin qui a su résister, s’insurger, se révolter (1851, Résistance en 39-45) contre

TOUTE DÉCISION QUI CONTREVENAIT À SON INTÉRÊT ET À CELUI DE LA NATION.

Et C’EST CE QUI EST EN TRAIN DE SE CONSTRUIRE TRÈS SOLIDEMENT autour des dossiers sur:  l’interdiction par l’ARS-Paca, non argumentée, d’ouvrir un SERVICE DE RÉANIMATION DANS L’HÔPITAL DE MANOSQUE malgré une perte induite de 20 vies par an; la FUSION DE TOUS LES HÔPITAUX ET EHPAD DU 04, la TRANSFORMATION DE L’HÔPITAL DE BANON EN EHPAD et la FRAGILISATION DE CELUI DE FORCALQUIER, la FERMETURE DES URGENCES DE SISTERON ENTRE 20H30 ET 8H30 et les MISES EN DIFFICULTÉ DES URGENCES DE MANOSQUE & DIGNE, …. car le PEUPLE DU 04 mesure bien que tout cela DÉGRADE FORTEMENT LES CONDITIONS DE VIE des Citoyennes et Citoyens tout en METTANT EN DANGER LES POPULATIONS ET NOTRE TERRITOIRE RURAL BAS ALPIN.

Amitiés et à demain soir à Sisteron.

Pour le Collectif « Contre les Fusions des hôpitaux du 04 et en Défense des Services Publics

 

 

Bulletin semaine 32

Dans un référé paru fin juin, la Cour des comptes souligne l’opacité financière des cliniques privées, les choix faits pour privilégier les actes rentables, la participation financière demandée aux patients (dépassement d’honoraires, facturation des chambres individuelles), l’absence de contrôle par les ARS … Elle indique que « En revanche, la situation des médecins en clinique est globalement de plus en plus favorable. » La ministre n’a pas daigné répondre à la Cour des Comptes dans les deux mois avant publication de ce référé comme la loi ‘y autorise.

Les laissera-t-on encore longtemps assécher l’hôpital public, privant de l’accès aux soins de nombreuses populations ?

Le bulletin

Concarneau : Quizz hôpital de proximité

Ce samedi 10 août, le comité de Concarneau était sur le marché de Nevez. Le quizz sur l’hôpital de proximité a un gros succès.

QUIZ
 Hôpital de proximité

Est situé à :

󠅉 30 minutes           󠅉 45 minutes   󠅉        1 heure            plus d’1 heure

Quels services doit-on y trouver ?

󠅉 Urgences 24H sur 24 avec SMUR 24H sur 24

󠅉 Médecine (hospitalisation)

󠅉 Petite Chirurgie

󠅉 Chirurgie spécialisée

󠅉 Maternité de niveau 1

󠅉 Maternité de niveau 2

󠅉 Maternité de niveau 3

󠅉 Centre IVG

󠅉 Permanence d’accès aux soins de santé (pour les personnes en situation de précarité)

󠅉 Radiologie avec scanner

󠅉 Laboratoire

󠅉 Consultations spécialisées : OPH, ORL, Orthopédie, Rhumatologie, Néphrologie, Pneumologie, Nutrition-obésité, Hépato Gastro-Entérologie, Endocrinologie, Addictologie, Cardiologie, Dermatologie, Médecine interne, Médecine du sport, Gériatrie, Consultation mémoire, Chirurgie digestive, Hématologie, Médecine physique et de réadaptation (rayer ce qui ne vous paraît pas nécessaire)

󠅉 Service de soins de suite et de réadaptation

󠅉 Autres : ……………………………………………………………………………………

Nom Prénom * : ……………………………………………………………………………

Āge : ………………

Ville : ……………………………………….

Région : ……………………………………

*facultatif

Comité de défense de l’Hôpital de Concarneau
defendre-hopitalcc@hotmail.fr

Quiz hôpital proximité

Bulletin semaine 31

Encore plus de 200 services d’urgences en grève, des fermetures de lits, des personnels épuisés par les mauvaises conditions de travail et par les fortes chaleurs, des bébés qui naissent dans le camion des pompiers ou dans la voiture de leurs parents, des attentes insupportables dans les couloirs des urgences mais, malgré ça, la Loi « ma santé 2022 » est passée comme une lettre à la poste, validant, entre autres, la transformation d’hôpitaux de proximité qui répondaient jusque-là aux besoins des populations en coquilles vides. A part la suppression du numerus clausus, aucune véritable mesure pour lutter de façon durable contre les déserts médicaux : pas un mot sur les centres de santé, rien sur un engagement à servir à l’issue des études médicales…

Alors, nous devons continuer à batailler partout, comme à Sisteron, à Creil, à Sarlat, plus que jamais, face à ce pouvoir qui brade des pans entiers de la santé au privé, NE LACHONS RIEN !

Le bulletin

Bulletin semaine 30

Ils osent tout…
Depuis des années les pénuries de médicaments se multiplient mettant en danger un nombre important de patients : les laboratoires pharmaceutiques préfèrent produire et vendre dans certains pays pour un profit maximal.
Mme Buzyn souhaite « agir sur l’ensemble du circuit du médicament pour prévenir plus efficacement les pénuries ». Nous rappelons à Mme la Ministre qu’il ne s’agit pas de gérer la pénurie mais de mettre en cause le système qui en est à l’origine.

L’edito et le bulletin

Morlaix : Lettre à la directrice du centre hospitalier du Pays de Morlaix

Madame la directrice.

Selon des informations que nous avons recueillies, certains services du CHPM seront fermés durant la période estivale pour tout ou partie, voire déjà placés dans cette situation en raison d’un manque de moyen et en particulier d’effectif de praticiens hospitaliers.

Au nom de mon organisation et des usagers que nous représentons, je tiens à vous faire part de ma surprise et de mon inquiétude si ces informations s’avéraient confirmées.

Les services de Médecine Pluridisciplinaires : moins 9 lits, la Pneumologie : moins 14 lits, la Pédiatrie : moins 4 lits.

Chirurgie 2 : fermeture de 6 lits définitifs; ce service n’aura plus qu’une capacité de 20 lits.

Médecine ambulatoire : moins 3 places.

Les services de Médecine 1 et 2 n’auront plus qu’une capacité de 27 lits à eux deux ?

L’hospitalisation de jour en Réhabilitation Respiratoire perdra 5 places.

Ce qui fera au total une fermeture de 41 lits.

Cela continue par la fermeture dans 4 unités d’hospitalisation de jour de Pédopsychiatrie, à Morlaix de 2 unités, au Folgoët 1 unité et à Carhaix 1 unité. Le nombre de jours ouvrés fermés sera au total de 5 mois sur 12 pour l’année 2019.

Je tiens à vous affirmer notre profonde inquiétude face à des situations que l’on rencontre tous les ans et dans des proportions toujours plus importantes.

Les usagers sont ainsi confrontés à une baisse drastique de l’offre de soins en Pays de Morlaix pendant cette période.

Nous nous interrogeons sur le sort des patients durant cette période, et sur les conséquences de la situation qui pourrait conduire, dans certains cas, à une mise en danger des patients.

Pour ces raisons, je vous demande au nom du Comité de Défense des Usagers de l’Hôpital Public en Pays de Morlaix, de prendre toute mesure pour assurer le remplacement des praticiens pendant leurs congés annuels, et d’agir pour obtenir les moyens financiers qui permettraient d’éviter une telle situation, dans l’intérêt de la population toute entière.

Je vous saurais gré de bien vouloir me tenir informée des développements relatifs à cette affaire.

Dans cette attente, je vous prie d’agréer, Madame la directrice, l’assurance de ma considération distinguée.

Madame Martine CARN.

Copie à : Madame Le Brun Agnès, Présidente du conseil de surveillance

Madame Sandrine Le Feur, Députée.

Monsieur Jean-Luc Fichet, Sénateur.

Lettre ouverte à la presse.

La lettre