Communiqué de la Coordination Nationale pour maintenir, rouvrir et développer toutes les maternités

POUR MAINTENIR, ROUVRIR ET DÉVELOPPER TOUTES LES MATERNITÉS

Les 22 et 23 mars, se tenaient au Blanc « les états généraux des maters en colère ».

Après une première rencontre à Bernay en février (acte1), ce sont cette fois-ci près de 20 délégations, venues de toute la France, qui ont débattu et réfléchi aux conditions d’une alternative face à la politique destructrice responsable de la fermeture des maternités et souvent de leurs centres IVG associés (acte 2).

Rappelons que 37% d’entre elles ont disparu entre 1996 et 2016, les deux tiers depuis les années 1970 (d’environ 1 400 à moins de 500 aujourd’hui). Le gouvernement actuel a déjà à son actif les fermetures de Die, Bernay, Le Blanc, Oloron, Saint-Claude, Cosne sur Loire …La liste devrait encore tristement s’allonger, le plan « Ma santé 2022 » de Mme Buzyn prévoyant la transformation de 300 à 400 hôpitaux en hôpitaux dits malencontreusement « de proximité » c’est à dire vidés de leur Maternité, de leur Chirurgie et de leurs Urgences !

Une riposte d’ampleur est donc plus que jamais nécessaire !

Les Comités et la Coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité, présents au Blanc, ont décidé de poursuivre ensemble les mobilisations au niveau local et national.

Ils ont adopté un Manifeste pour les maternités que nous joignons à ce communiqué et qui a été signé en quelques heures par une cinquantaine de comités et associations.

La Coordination nationale appelle à diffuser, signer et faire signer ce manifeste. Elle appelle à amplifier les mobilisations pour que les établissements hospitaliers dotés de tous les services nécessaires, Urgences, SMUR, Maternité, Chirurgie, plateaux techniques, laboratoires…, et coordonnés avec des Centres de santé, soient répartis sur l’ensemble du territoire pour répondre aux besoins de santé des personnes et stopper toutes les réductions dans l’accès aux soins.

L’acte 3 des maternités aura lieu le samedi 27 avril lors de nos 31èmes rencontres à Saint Vallier (71).

Une journée nationale d’action décentralisée est également prévue le samedi 15 juin

Toutes les initiatives seront bonnes pour se faire entendre

Bref, le 15 juin, faisons du bruit partout pour la réouverture des maternités, pour le maintien d’hôpitaux territoriaux de plein exercice, pour l’accès aux soins pour toutes et tous partout !!!

Un rendez-vous sera demandé à la Ministre de la santé dans la semaine qui suit

Le communiqué

Le Manifeste – 09 04 19

Signez le manifeste

Infos semaine 14 du 1er au 5 Avril 2019

« Il aura fallu un déjeuner à l’Elysée avec des élus des Hauts-de-France pour qu’Emmanuel Macron se penche sur le dossier. Le Président a demandé au préfet de l’Oise de réexaminer le cas de la maternité de Creil, transférée en janvier dernier. » Egora.fr – 02 avril 2019

S’il fallait, à l’heure du « Grand débat » faire la preuve qu’il n’y a plus de vie démocratique dans notre pays, c’est indéniablement réussi.

Les arguments des élus, des personnels et des usagers en faveur du maintien de la maternité de Creil sont restés lettre morte. Leurs multiples protestations ont été constamment ignorées. Les écrits adressés à la ministre de la Santé n’ont soulevé comme écho que la décision de fermeture et de transfert. Pendant des mois et des mois l’Agence Régionale de Santé, la Direction Générale de l’Offre de Soins, la ministre de la Santé n’ont pas daigné accorder la moindre considération aux acteurs du terrain et à leurs demandes.

Et ce triste scénario se reproduit partout, avec partout le même mépris des usagers et des territoires, exclus des décisions qui les concernent, et le même recul des services publics de santé. L’arbitraire et le fait du prince sont devenus la règle. C’est précisément ce qui caractérise l’absence de démocratie et nous ne pouvons en aucun cas nous en satisfaire.

Bulletin de la semaine 14

Infos semaine 13 du 25 au 29 Mars 2019

SEMAINE EUROPÉNNE D’ACTION CONTRE LA MARCHANDISATION DE LA SANTÉ


 

2 AVRIL : MANIFESTATION A BRUXELLES :

Le 2 avril, manifestation à Bruxelles

RUFFEC – 16

 Jeudi 4 Avril et Vendredi 5 Avril 2019
En lien avec la semaine européenne « Notre santé n’est pas à vendre »
Contre la marchandisation des soins Pour l’accès aux soins partout pour toutes et tous
La Caravane de notre association sera présente

 http://coordination-defense-sante.org/wp-content/uploads/2019/03/RuffecCaravane-Avril-2019.pdf

 

SARLAT – 24

Notre comité a décidé de s’engager dans l’initiative lancée par le réseau européen de la santé et dans la lutte contre la marchandisation de la santé.

Une manifestation européenne est organisée à Bruxelles, le 2 avril 2019.

Il faut garantir tous nos droits en matière de santé dans toute l’Europe.

À Sarlat, le Comité sera sur le marché le 6 avril 2019 au matin, face à la poste, pour engager le dialogue sur ces questions.

Nous réaffirmons la nécessité de protéger et généraliser le patrimoine social européen tel que notre sécurité sociale en France.

 

CHATELLERAULT – 86

Dans le cadre de la » JOURNÉE MONDIALE DE LA SANTÉ», le comité de défense du Groupe Hospitalier Nord-Vienne organise une Marche entre Loudun et Châtellerault du 4 au 7 avril 2019. (voir bulletin semaine 12)

 

Infos semaine 13 du 25 au 29 Mars 2019

Infos semaine 12 du 18 au 22 Mars 2019

Etats généraux des maternités au Blanc les 22 et 23 mars : 15 comité représentés, des tables rondes, du travail en ateliers, une ambiance sympathique et dynamique, un accueil chaleureux, voilà qui pourrait résumer ces 2 jours, mais il y a eu bien plus que ça : des témoignages sur les conséquences des fermetures des maternités, la recherche d’alternatives, l’expérience d’autres pays, les actions à mettre en œuvre pour mettre fin aux fermetures, écouter les futures mamans et leurs familles, faire respecter leurs choix, quels qu’ils soient pour mettre un enfant au monde mais pour tout ça un impératif, le maintien d’hôpitaux de territoire de plein exercice, puisque nous ne pouvons plus les appeler « hôpitaux de proximité », terme usurpé par Mme Buzyn.

Quelques échos dans les médias :

PHOTOS – Les « Etats généraux » des maternités ont démarré …

Au Blanc, des « Etats généraux » pour la défense des …

Maternités : deuxième jour des états généraux, ce samedi …

Rendez-vous pour l’acte 3 de la résistance face aux fermetures des maternités à St Vallier les 26, 27 et 28 mars et d’ici là de nombreuses initiatives seront prises !

Infos semaine 12 du 18 au 22 Mars 2019

Le CODEF : Lettre au Président de la République

Montceau les Mines, le 18 Mars 2019

Monsieur le Président de la République,

Il nous paraît utile de vous tenir au courant du résultat de la démarche que nous avons entreprise auprès de vous, lors de votre venue à Autun. Madame Jarrot, Présidente du Conseil de Surveillance de l’hôpital de Montceau les Mines, vous a remis en mains propres notre lettre vous exprimant notre volonté de dialogue avec le Directeur de l’ARS de Bourgogne Franche-Comté.

Nous avons reçu le vendredi 15 mars 2019 un courrier de la chef de cabinet de Madame Buzyn nous informant que vous lui avez transmis notre courrier dont “ elle a pris connaissance avec attention. Pour au final “signaler notre démarche au Directeur Général de l’ARS de Bourgogne Franche-Comté”.

Directeur que nous avons rencontré jeudi 14 mars accompagné des Maires de Montceau les Mines, Saint Vallier, Sanvignes et Blanzy. La boucle est bouclée. Sans résultat positif pour notre centre hospitalier.

Lettre au Président de la République

Collectif « Avortement en Europe, les femmes décident ! » – Communiqué de presse

Collectif « Avortement en Europe, les femmes décident ! »
COMMUNIQUÉ de PRESSE
Pour la suppression de la double clause de conscience
dans la loi de 1975 !

La clause de conscience spécifique sur l’avortement a été instaurée par la loi de 1975 : Article L2212-8 du Code de la Santé Publique qui stipule qu’« un médecin n’est jamais tenu de pratiquer une interruption volontaire de grossesse, mais il doit informer, sans délai, l’intéressée de son refus et lui communiquer immédiatement le nom de praticiens susceptibles de réaliser cette intervention »

Cette clause a servi, sous forme de compromis, à faire «passer» en 1975, la loi sur l’avortement, vu les farouches oppositions exprimées à l’époque.

Il existe aussi une clause de conscience générale à tous les médecins : « Hors le cas d’urgence et celui où il manquerait à ses devoirs d’humanité, un médecin a le droit de refuser ses soins pour des raisons professionnelles ou personnelles. » Article R4127-47 du Code de la Santé Publique.

On constate donc que l’IVG est considérée comme un acte médical à part puisque justifiant d’une clause de conscience spécifique.

Nous ne sommes plus en 1975 où il a fallu arracher le droit à l’avortement par une lutte acharnée. L’IVG, malgré les nombreux obstacles dressés, est devenue une pratique courante. En 2014, un sondage IFOP montrait que 75% des Français.e.s étaient pour l’avortement.

Il est donc largement temps de supprimer cette double clause de conscience spécifique d’un autre âge, tout en maintenant l’obligation de communiquer le nom d’autres praticiens.

C’est pourquoi, nous, Collectif « Avortement en Europe, les femmes décident ! », nous soutenons et soutiendrons toutes les initiatives parlementaires allant dans ce sens.

Communiqué de Presse 

Ruffec : Compte rendu de l’Assemblée Générale et du débat public du 14 Mars 2019

Bilan AG / Débat public du 14 Mars 2019

→ De l’ordre de 80 personnes, dont une dizaine d’élus locaux, étaient présents.
→ Les obligations de toute AG, rapport d’activité, rapport financier et élection du collectif de travail
ont été votés à l’unanimité des présents.
→ Le sujet du débat «Hôpital Public, Médecine de proximité, Sécurité Sociale … Egalité d’accès
aux soins ? Egalité face au coût des soins ? » a été organisé en 3 parties étroitement liées les unes
aux autres :
1. La sécurité sociale doit elle rester la base du financement de notre système de santé ?
Dans le débat, la réponse a été clairement oui.
La santé est un service public pas tout à fait comme les autres. Son financement est encore assuré en
grande partie par la Sécurité Sociale. Son budget est théoriquement indépendant du budget de l’Etat
… enfin … dans sa conception d’origine car depuis la CSG, la donne est quelque peu modifiée.
L’introduction de la CSG (impôt payé à l’Etat) pour remplacer progressivement la cotisation sociale
(payée à la Sécu) est un transfert de compétence de taille. A partir de là, nos gouvernants ont toutes
les cartes en main pour ne garder qu’un socle de soins très basiques, le reste étant couvert par des
complémentaires santé que chacun d’entre nous devra payer à prix d’or.

 

L’intégralité du Compte rendu