La psychiatrie en ébullition

Le gouvernement organise les assises de la santé mentale et de la psychiatrie les 27 et 28 septembre en visioconférence … et pendant ce temps, ferme des lits comme à Bailleul

Tract de la Fédération de Sud Santé Sociaux : appel à un rassemblement unitaire devant le ministère le 28 septembre

Appel à mobilisation des psychologues le 28 septembre

Intervention de Serge Klopp pour le Printemps de la psychiatrie à la conférence de presse « interorga » du 13 septembre

Les propositions du Collectif inter Hôpitaux pour la psychiatrie

Communiqué de l’API (association des psychiatres de secteur infanto-juvénile)

A Bailleul (Nord) on ferme

L’article de France Bleu du 15 septembre 2021

Sur le blog jeansanteenvironnent

Et si vous voulez vous faire peur sur la déshumanisation en cours de la psychiatrie, allez lire cet article sur actu.fr

 

 

 

Forum du 27 Mai + Mobilisation des psychologues le jeudi 10 Juin à 13h30 à Toulouse devant la Préfecture

Inscription au Webinaire « Arrêtons l’arrêté » du jeudi 27 Mai à 20h
Inscription sur Zoom
Le programme

 

MOBILISATION DES PSYCHOLOGUES
DES PSYCHOLOGUES MALTRAITÉS,
UNE POPULATION MALMENÉE

Ça suffit ! Nous demandons au Gouvernement et aux Pouvoirs Publics
d’arrêter de se moquer des psychologues !
Halte à la prolifération des mesures et annonces qui disqualifient les
psychologues, se construisent sans leur participation et sans leur avis !

La crise sanitaire a mis à jour les maux de notre société et découvre, entre autres, l’importance des psychologues. Or le Gouvernement s’emploie à nier leur place en imposant un accès sous prescription médicale qui pénalise le public, en limitant leur indépendance technique et en conditionnant leur exercice clinique.

 Depuis plusieurs mois émanent du Gouvernement une succession de rapports et réglementations qui, sous-couvert de préoccupation humaniste pour la santé mentale de nos concitoyens, dénigrent chaque fois davantage les psychologues et menacent de plus en plus leurs pratiques :
 rapport de l’IGAS méprisant les psychologues et ceux qui les forment ;
 rapport de la Cour des Comptes soutenant une expérimentation de remboursement scandaleuse tant par les tarifs dérisoires octroyés que par les conditions de travail inadmissibles .
 cahier des charges d’ARS qui interdit les soins à certaines structures et les limite drastiquement à d’autres ;
 et plus récemment, arrêté réduisant d’une manière caricaturale et inacceptable les compétences des psychologues qui interviennent auprès des enfants présentant certains troubles du développement.

L’accumulation de ces propositions suscite colère et opposition de la part de la grande majorité des organisations représentatives des psychologues et des enseignants-chercheurs
en psychologie qui soulignent avec force leurs effets néfastes pour la profession comme pour les usagers.
 Nous dénonçons la méthode, anti-démocratique, qui ignore ostensiblement les organisations représentatives de la profession et la réalité des pratiques professionnelles. Nous dénonçons l’intention, manifeste, qui consiste à vouloir contrôler la profession, la mettre sous tutelle, la paramédicaliser, la disqualifier, l’instrumentaliser pour répondre à une idéologie et une volonté politique. L’engagement des professionnels au service de la population, l’utilité et l’efficacité de leurs pratiques ne sont plus à démontrer depuis longtemps. Nous refusons le mépris et le déni qu’on leur oppose !

 Nous condamnons l’abandon du service public et demandons la création massive de postes de psychologues dans le secteur public. Pendant qu’on chante leurs louanges, les psychologues sont oubliés et délibérément écartés du Ségur : dans la FPH, aucune revalorisation des grilles de salaire n’est prévue, le très faible passage en hors classe bloque le déroulement de carrière. Les conditions de travail se détériorent : embauches sur emploi précaire, CDD de 3 mois par exemple, attaques sur la fonction FIR, évaluation subjective avec des objectifs impossibles à atteindre. La profession de psychologue hospitalier est ainsi clairement dénigrée, reléguée au rang de non essentiel.

 Nous demandons le retrait de l’ensemble des projets et mesures annoncées :
 retrait des différentes expérimentations en cours sur le remboursement des consultations et psychothérapies des psychologues, à des tarifs dérisoires qui ne permettent pas de vivre de son travail, et de plus sous contrôle médical ;
 retrait du cahier des charges de l’ARS Nouvelle Aquitaine et autres régions ;
 retrait des mesures administratives et des arrêtés imposant des techniques et méthodes exclusives, en particulier celui relatif aux enfants présentant des troubles          neurodéveloppementaux.

 Nous demandons l’accès libre aux psychologues dont la consultation doit être remboursée par la sécurité sociale, et rappelons que plusieurs pétitions dans ce sens rassemblent un nombre considérable de signatures. À la date d’aujourd’hui :
 20 896 signatures pour la pétition L’Accès direct aux Psychologues : un enjeu de santé public (CGT-UFMICT, FFPP, SIUEERPP, SNP) ;
 11 523 signatures pour la pétition Les psychologues doivent être au coeur du dispositif de soutien psychologique (collectif) ;
 10 194 signatures pour la pétition Pour un nouveau tarif et un accès libre aux psychologues dans les expérimentations (SNP).

 Nous exigeons le respect de la loi de 1985, le respect de l’autonomie des psychologues et de la pluralité de leurs méthodes et pratiques. Nous exigeons la reconnaissance de leur éthique et de leur déontologie élaborée par 21 organisations ou syndicats de psychologues dans un Code qui est régulièrement réactualisé. Nous rejetons catégoriquement la proposition de loi de quelques députés en vue de créer un Ordre des psychologues qui participerait à leur disqualification et mise sous tutelle.

Signalons la toute récente pétition Signez la lettre pour le retrait de la proposition de loi sur un Ordre des psychologues (collectif) : déjà 5609 signatures. Plusieurs communiqués (CeréDéPsy, SFP, AFPEN, AEPU, SNP, FFPP, AnPsyCT, FSU, UNSA, SNPPN, Appel des Appels, SIUEERPP, etc.) vont dans le même sens.

Appel à mobilisation Nous appelons à la mobilisation tous les psychologues, quel que soit leur champ de pratique, tous les étudiants et enseignants-chercheurs en psychologie, et toutes celles et ceux qui sont préoccupés par la qualité du travail des psychologues, pour faire entendre leur mécontentement.

Nous appelons à manifester le jeudi 10 juin 2021 à 13h30 à Toulouse devant la Préfecture Place Saint Etienne

Dans le cadre de cette mobilisation exceptionnelle nous demandons un rendez-vous commun auprès du Préfet et du Directeur de l’ARS Région Occitanie.

Avec l’ensemble des organisations représentatives des psychologues et des enseignants, nous attendons qu’un agenda s’ouvre sur une réflexion collective. Nous voulons que soient prises en compte les propositions de ces organisations, propositions qui répondent aux besoins du public et respectent les psychologues dans toute leur diversité.

Nous ne laisserons pas les Pouvoirs Publics décider pour nous, sans nous, et instrumentaliser notre profession !

 

Tract mobilisation des psychologues

 

Les psychologues, en colère, prévoient de manifester le 10 Juin