Communiqué de la Coordination Nationale du 22 Février 2019- Maternité de Bernay : De quelle sécurité parle t-on Mme Buzyn ?

MATERNITÉ DE BERNAY FERMÉE :

DE QUELLE SÉCURITÉ PARLE-T-ON MME BUZYN ?


Pendant le grand débat le gouvernement continue de brader la santé publique et le droit des femmes.

Alors qu’il apparaît que l’accès aux soins est une préoccupation majeure de la population, le gouvernement, sans concertation, envisage d’utiliser les ordonnances pour passer une nouvelle loi santé en dévoyant le concept de proximité.

Dans le même temps la fermeture brutale des maternités s’accélère que ce soit Thann, Creil, St Claude, Le Blanc, etc…

Le 15 janvier, lors de l’ouverture du grand débat à Bourgtheroulde Mr Macron, interpellé par plusieurs élus locaux à propos de la maternité de Bernay, s’était engagé à rouvrir ce dossier sous l’égide de sa Ministre de la Santé.

Le 18 février Madame Buzyn, lors d’un simulacre de table ronde et dans un Hôpital en état de siège policier, est venue annoncer la fermeture de cette maternité.

Elle a méprisé les élus et la population et n’a pas hésité à abuser de contrevérités.

Alors qu’il y a moins d’un an, selon l’Agence Régionale de Santé, ce service était un maillon incontournable du territoire il est maintenant rayé d’un trait de plume. Les femmes seront pour beaucoup d’entre elles à plus d’une heure d’une maternité, avec les risques d’accouchement au bord de la route ou dans le camion de pompier. C’est probablement cela sa définition de la sécurité.

Il nous faut à nouveau rappeler l’étude menée en Bourgogne* mettant en lumière les risques lorsque le délai de 30 minutes est dépassé pour atteindre une maternité.

Les Hôpitaux d’Evreux et de Lisieux n’auront pas plus de moyens. Si ces derniers sont confrontés eux aussi à des difficultés, on peut craindre le pire.

Hormis la maternité c’est la disparition d’un service de Gynécologie et d’un accès à l’IVG et en cette veille de journée internationale du droit des femmes ces fermetures à la chaîne sont un bien mauvais coup porté aux droits des femmes.

Bien Au-delà, c’est bien l’accès aux soins de proximité qui est remis en cause, ainsi qu’à l’ensemble des services publics que ce soit en ville ou en campagne.

Ne baissons pas les bras, soyons nombreux aux Etats généraux des maternités au Blanc les 22 et 23 mars.

 

*ADELF-EMOIS 2012 – Territoires de vie, santé pÉrinatale et adÉquation des services de santÉ : influence des temps d’accÈs À la maternitÉ la plus proche sur les rÉsultats de santÉ pÉrinatale en Bourgogne.

 

Le communiqué

Mais quelle mouche a piqué Madame Buzyn

Maternités : quelle mouche a piqué Madame Buzin ?
Elle ferme, elle ferme, elle ferme…Après Le Blanc,
c’est Creil, maternité de niveau 3 !

 

La volonté du gouvernement auquel appartient notre Ministre de la Santé est très précisément de réduire les dépenses de Santé Publique. Inutile de le nier, la situation des Hôpitaux Publics en est la plus claire démonstration.

Seuls les établissements à but lucratif se portent très bien. C’est, que Madame Buzyn le reconnaisse ou non, la conséquence directe de la politique qu’elle soutient et qui prolonge celle menée depuis plus de 20 ans avec la fermeture de plus de 30% des maternités

Un de moyens choisis pour réaliser ces économies consiste, ce n’est pas nouveau, à regrouper les Maternités. Et ainsi réduire le prix de revient d’un bébé.

Madame Buzyn s’en défend vivement. Une telle dénégation serait risible si pour de très nombreuses femmes la fermeture d’une Maternité n’avait pour conséquence l’inquiétude qu’entraine l’éloignement. Les données épidémiologiques justifient leurs craintes. La France première dans le Monde pour les résultats de son organisation sanitaire à la fin du 20°s. ne cesse de reculer. La mortalité maternelle y est du double des premières nations dans ce classement. C’est aussi le cas pour la mortalité périnatale.

L’éloignement des maternités du domicile des futures mamans élève les risques de pathologie (données scientifiques publiées).

Madame Buzyn tente de dissimuler les orientations budgétaires de son gouvernement par l’insuffisance de médecins disponibles. C’est malheureusement en partie vrai en raison du choix délibérément fait depuis quarante ans de réduire le nombre de médecins formés. Le gouvernement actuel s’enorgueillit d’avoir augmenté celui-ci, c’est vrai mais insuffisant. Afin de répondre à ce déficit organisé, les professionnels de la Périnatalité avaient organisé la gradation des soins et l’activité en réseau.

Tout cela est bousculé par une politique de gribouille, désastreuse et surtout injuste pour les populations les plus pauvres, les plus éloignées des grands centres urbains.

La Coordination Nationale des Comités de Défense des Maternités et Hôpitaux de proximité est bien décidée à s’opposer avec détermination à ces fermetures sans fin des Maternités et à la casse de nos Hôpitaux Publics.

 

Trop c’est trop, Madame Buzin,

 

Acte 1 de la riposte :
Rencontre Nationale le 26 Janvier à Bernay afin d’en définir les modalités.

 Le communiqué en pdf

Bernay : réunion sur les maternités le 26 janvier

Le Comité de Bernay (27) organise une réunion sur les Maternités le samedi 26 janvier à 14H., avec la participation de l’Urgentiste Gérald KIERZECK et Paul CESBRON, membre du Conseil d’administration de la Coordination Nationale et responsable du Comité de Creil.

Cette réunion, en plus de l’expression de témoignages, permettra d’avancer des propositions pour une action nationale de défense des maternités.

Des personnalités de la scène politique nous ont confirmé leur présence : Hervé Morin, Président de la région Normandie, Hervé Maurey, sénateur et Valéry Beuriot, maire de Brionne (et porte-parole de notre cause lors du Grand Débat face à Emmanuel Macron, le 15 janvier dernier). Nous attendons également une réponse de Benoit Hamon, représentant de sa formation politique « Génération », Sébastien Jumel, député de Seine Maritime et Céline Brulin, Sénatrice de Seine-Maritime, selon leur disponibilité.

Nous recevrons également le Dr Gerald Kierzek, médecin urgentiste à L’Hôtel-Dieu à Paris, auteur de l’ouvrage « 101 conseils pour ne pas atterrir aux urgences » et docteur animateur de « Bonjour La France » sur Europe 1. Pierre-Louis Basse, écrivain, auteur de « Je t’ai oubliée en chemin » dans lequel il évoque notamment le sort de la maternité de Bernay. Une délégation de la « Coordination Nationale de  La Santé » vient de nous confirmer sa présence avec notamment, Paul Cesbron, cofondateur de la coordination et fervent défenseur des couleurs de la maternité de Creil.

Des délégations associatives, collectives et syndicales seront également présentes :

Cpasdemainlaveille pour la maternité du Blanc,

Audace53 pour la maternité de Mayenne

REST pour la maternité de Thann

Comité de soutien à l’hôpital de Vernon

Paul Cesbron, porte parole de la maternité de Creil

Liberté, Égalité, Proximité pour la maternité de Bernay

Représentants de La Ligue des Droits de L’Homme (antenne de Pont-Audemer/Bernay)

Représentants de Force Ouvrière, fédération de Normandie.

A ce jour, nous attendons des réponses d’Altkirch,de Guingamp, d’Oloron, de Clermont de l’Oise, de Saint Claude, de Bar-Le-Duc et de Privas .

Planning de la journée :

De 10h à 12h : Accueil de toutes les délégations.

12h : Repas champêtre normand.

14h : Début de la conférence avec prise de parole des représentants politiques et des personnalités qui ont répondu présentes.

15 h : « Ma maternité est en danger » , prise de parole de chaque délégation sur leurs luttes respectives.

16h30 : Grand débat et concertation autour d’une action commune forte d’un point de vue national.

18h30: Grande marche symbolique dans les rues de Bernay .

Devant l’urgence au sujet des maternités et des hôpitaux de proximité et face au dénigrement des pouvoirs publics en place, faisons de ce jour un tournant unique dans l’histoire de nos luttes respectives !

Journalistes TV, presses papier, radios nationales ou locales, vous êtes tous conviés à cette grande journée de convergence des luttes.

Pour des questions logistiques, nous devons connaitre le nombre des participants. Merci de répondre de votre présence ou non : liberte.egalite.proximite@gmail.com

Le soutien du comité de Lure

Le Comité de Vigilance pour le maintien des services publics de proximité de Haute Saône, co-fondateur et membre de la Coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité et de la Convergence nationale des collectifs de défense et de développement des services publics

APPORTE TOUT SON SOUTIEN À LA LUTTE DE USAGERS, DES PERSONNELS ET DES ÉLUS DU SECTEUR DE BERNAY POUR DÉFENDRE À JUSTE TITRE LE MAINTIEN DE LEUR MATERNITÉ. Nous ne pourrons pas être physiquement des vôtres pour la JOURNÉE NATIONALE DU 26 JANVIER À 14H, mais nous l’appuyons totalement et solidairement

Nous soutenons tous les collectifs qui défendent les MATERNITÉS ou souhaitent rouvrir celles qui ont été fermées (Le Blanc, Thann, Altkirch, Creil…) mais nous pensons qu’il faut lutter en même temps pour la défense et l’amélioration de TOUS LES SERVICES PUBLICS DE SANTÉ (urgences, Smur, Chirurgie, radiologie, psychiatrie…).

En effet tout est lié, un service supprimé affaiblit l’ensemble, en entraîne d’autres dans la chute et contribue à accroître un
regroupement sur les grands centres, NÉFASTE POUR LES USAGERS (déplacements multiples, coûteux, antiécologiques et à risque) et POUR LES PERSONNELS, notamment ceux des centres supprimés qui doivent désormais se déplacer, mais aussi ceux des centres de regroupements qui voient affluer sans moyens supplémentaires des patients plus
nombreux.

POUR LE MAINTIEN ET LE DÉVELOPPEMENT DE LA MATERNITÉ DE BERNAY, ET DE TOUS LES HÔPITAUX ET MATERNITÉ DE PROXIMITÉ : c’est moins coûteux, c’est plus sûr, c’est plus proche des personnes, c’est plus en phase
avec un aménagement égalitaire et solidaire du territoire… C’est le bon sens et la garantie d’une meilleure humanité des soins.

Mayenne : la marée le 12 janvier pour défendre l’hôpital du nord Mayenne

A l’appel conjoint du syndicat FO du CHNM et d’AUDACE53, et avec le soutien d’un certain nombre de syndicats et d’associations comme l’ACCDM ou le Collectif pour la défense des services publics, les Mayennais se sont mobilisés en masse, plus de 2500 personnes) après la fermeture pendant 1 semaine de la chirurgie et pendant 2 semaines, de la maternité. (La maternité a rouvert ses portes le 11 janvier)

Comme si chacun avait bien compris que, malgré la réouverture, plus rapidement que prévu, cette interruption avait résonné comme un terrible avertissement pour notre hôpital.

Tout l’historique et plus de photos sur le site de Audace 53