Feurs le 1er octobre

Le Dr O.Nicolas, le Dr François Gibaud, médecin urgentiste au CHF-Site de Feurs et François Mollon, trésorier du CDSCHF étaient présents à Vierzon le 26 octobre pour débattre des problèmes que rencontrent les Hôpitaux Publics de Territoire et des
actions à mener pour conserver leur place et leurs missions.

C’est à cette occasion qu’a été décidée l’action décentralisée du 1er octobre

La mobilisation du 1er décembre à Feurs a rassemblé entre 300 et 400 personnes, de nombreux élus étaient présents, Mr J.Michel Merle, président de la CCFE a fait un passage rapide, sans prise de parole ou de position.

LE PRÉSIDENT DU COMITÉ, LE DR O.NICOLAS, REMERCIE LE PUBLIC ET TOUS LES ÉLUS PRÉSENTS (mairies de Feurs: Johan Cesa, (conseiller Régional), Balbigny,St Barthélémy-Lestra, St Marcel de Félines, St Clément les Places, Rozier en Donzy, ..)venus nombreux soutenir les valeurs du comité, ses actions et qui défendent un service public de proximité égalitaire pour tous les citoyens français.

Le public a été très réceptif aux différentes interventions et propos tenus par:

–> LE DR O.NICOLAS PRÉSIDENT DU CDSCHF: a rappelé la situation nationale des hôpitaux de proximité, celle du CHF, la difficulté à obtenir des RDV de médecins spécialisés, la nécessité des plateaux techniques pour une qualité des soins et l’attractivité des médecins. Il met en cause la responsabilité du CHU qui doit pourvoir les postes de médecins spécialistes. Il a rappelé aussi la volonté pour le comité de travailler à un projet médical harmonieux et constructif sur les deux sites, pour une réponse adaptée aux besoins des populations respectives des deux territoires.

–> le DR GEORGES KRUSZYNSKI, médecin cardiologue, a expliqué la difficulté des mois passés et la charge de travail, sans internes, a réaffirmé la compétence du service et sa conformité aux exigences de l’ARS, alors pourquoi lui diminué ses moyens et l’affaiblir? Trois nouveaux internes de médecine générale sont arrivés en novembre dans le service de cardiologie et lui-même continue d’assurer deux jours de consultations par semaine. La situation s’améliore mais il manque toujours de médecins cardiologues (le Dr Doudering incité par la direction de quitter Feurs pour Montbrison, part de Montbrison en
Janvier pour le privé) et les délais de RDV sont très longs. CFarticle du Progrès du 27/11. Le Dr Kruszynski explique sa vision du service public de proximité: « des soins de qualité pour tous » et renvoie au public, « la part de responsabilité citoyenne de chacun »:
Que veut-on pour nos enfants et petits-enfants, quelle société pour demain? » Il appelle à la mobilisation.

–> les élus: ME MARIE-LUCE ARNOUX, membre du Conseil d’Administration du CDSCHF, maire de Chambost-Longessaigne,
vice-présidente de la Communauté de Communes des Monts du Lyonnais, en charge des Solidarités Actives » qui a tenu à rappeler qu’elle était élue par la CCML pour la représenter. Sa démonstration du démantèlement des services publics en prenant l’exemple de la poste, a convaincu le public.

LE MAIRE DE MONTROTTIER, MR CHAVROT, également conseiller général a insisté sur les besoins pour la population du Rhône, de la proximité des services hospitaliers de Feurs, a rappelé le rôle et les fondements de la Sécurité Sociale. Maire depuis trente ans, il a mis l’accent sur le rôle des élus pour la sauvegarde du service public hospitalier, ce qui lui a fait dire « il manque un conseiller régional, très local aujourd’hui ».
LE MAIRE DE ST CLÉMENT LES PLACES, MR DANIEL FOL, a expliqué la menace qui pèse sur le fonctionnement des pompiers et l’importance de la proximité de l’hôpital pour répondre aux demandes: que deviendra ce type de services si les distances s’allongent? un gros risque de disparition.

–> les REPRÉSENTANTS DE PERSONNEL de Feurs: HERVÉ PERRET (CGT) a montré les conséquences pour les personnels de santé, pour l’offre et la qualité des soins de la politique de santé depuis ces dernières années et Montbrison et sur l’équilibre budgétaire de l’établissement, en déficit croissant. Il a rappelé les origines et la devise de la sécurité sociale, financeur principal de noshôpitaux: » chacun donne en fonction de ses moyens et reçois en fonction de ses besoins » et a redit son inquiétude devant la privatisation de la santé.
Il a redonné son sens au mot « politique »: « ce qui est relatif à l’organisation et à l’exercice du pouvoir dans une société
organisée », c’est dans ce sens là que nous devons défendre une vrai politique de service public et non pas penser et gérer l’hôpital par nos politiques comme une valeur marchande.

REPRÉSENTANT DE PERSONNEL DE MONTBRISON (FO): inquiet aussi pour les conditions et l’ambiance du travail sur Montbrison, la situation du CHF et a insisté sur l’avenir de la psychiatrie, de plus en plus fragilisée par le manque de médecins, de personnel, des prises en charge insuffisantes, dans une société qui voit une augmentation des souffrances psychologiques et pathologies psychiatriques.

Les intervenants sont tous allés dans le sens de la défense des droits des usagers dans nos campagnes, pour accéder au service public de proximité et bénéficier de soins de qualité, au même titre que les populations urbaines. Ils ont démontré les stratégies utilisées par les décideurs pour « casser » ce qui marche, pour démanteler les services et en même temps légitimer et justifier leurs actes aboutissant à la fermeture de lits, de services, sans états d’âme et forts de leur pouvoir.

LE PRÉSIDENT REMERCIE ÉGALEMENT LE DR FRANÇOIS GIBAUD POUR SON STAND « ARRÊT CARDIAQUE »mis à disposition pour le public afin de s’entrainer à la pratique de massage cardiaque sur un mannequin.
Il remercie encore la chorale de la Rabachole pour son sa mobilisation, son soutien et pour sa ré interprétation sur l’air de
l’amant de Saint-Jean et enfin le public venu nombreux, montrer l’intérêt porté à son hôpital de proximité.

IL SE FÉLICITE D’UN DÉBUT DE RAPPROCHEMENT FEURS-MONTBRISON EN LA PRÉSENCE DU REPRÉSENTANT DE PERSONNEL MONTBRISONNAIS ET REDIT SON SOUHAIT DE CONSTRUIRE UN PROJET ÉQUITABLE SUR LES DEUX SITES, POUR ASSOIR SOLIDEMENT LE CHF DANS LE CENTRE DE LA PLAINE DU FOREZ, AVEC UNE OFFRE DE SOINS ADAPTÉE AUX BESOINS DE LA POPULATION.

Un débat public avait été organisé le vendredi 29 novembre à St Laurent de Chamousset à l’initiative du député du Rhône, Mr Thomas GASSILLOUD ayant pour sujet: « ACCÈS AUX SOINS DANS LES TERRITOIRES, QUE FAUT-IL CHANGER? »

DES MEMBRES DU CDSCHF s’y sont rendus,dont le DR THIERRY MARTIN, le DR GEORGES KRUSZYNSKI. Ils ont pu s’exprimer malgré les interventions et nombreuses prises de parole.
Voicile document présenté par le Dr Martin à l’attention des inervenants qui reformule la question du débat en « COMMENT AVONS-NOUS FAIT POUR EN ARRIVER À UNE TELLE SITUATION? » et fait l’analyse de la situation actuelle: constat de la dégradation de la qualité des soins, en perdant les services spécialisés pour les transformer en services pluridisciplinaires. Il s’insurge contre la diminution des moyens humains et matériel, dont il renvoie la responsabilité à la direction et à l’ARS.

Nouvelle organisation de la cardiologie : article du Progrès du 27/11/18

Gironde : satisfaction du collectif La santé un droit pour tous

Le 7-12-18 à Talence, Bahia n’a pas eu de pot ! C’est une Victoire pour les Citoyen-ne-s, Leur Colère a vaincu l’opération de com baptisée « Cocktail première pierre »

Nous ne gagnons pas toujours, mais quand ça arrive ça fait plaisir et ça donne de l’énergie pour la suite.

Le contre cocktail d’hier soir a bien fonctionné; la colère des défenseurs de l’Hôpital Robert PICQUE (HRP) , aidés de quelques gilets jaunes, ont fait peur aux promoteurs de Bahia -fossoyeurs de l’HRP…ils ont annulé leur opération de com !

Le communiqué de presse

Vierzon le 1er décembre

Il y avait près de 500 personnes, médecins, usagers, agent hospitaliers et élus locaux, au rassemblement du 1er décembre à Vierzon.

En signe de solidarité,  les grilles de la cour de l’hôpital ont été ornées de 99 petits panneaux d’entrées de villes correspondant
aux 99 villes de France dont les hôpitaux sont en lutte pour le maintien d’un ou plusieurs services…

bdr

L’appel au rassemblement sur le blog Vierzonitude

Collectif citoyen urgences et santé en Sud Gironde se réunit le 11 décembre

Réunion du collectif : MARDI 11 DÉCEMBRE
* LIEU : MAIRIE DE LA RÉOLE, SALLE 5, 1ER ÉTAGE
* HORAIRE : 20H30.
A l’ordre du jour
Bilan des tractages et pétitions
* Débat rapide sur le Document POUR UN SERVICE PUBLIC SANITAIRE ÉGALITAIRE ET SOLIDAIRE DE PROXIMITÉ (DOCUMENT CI-JOINT PROPOSÉ PAR
LA COORDINATION NATIONALE DE DÉFENSE DES MATERNITÉS ET HÔPITAUX DE PROXIMITÉ)
Une réunion de travail pour une réflexion plus approfondie pourra être envisagée ultérieurement.
* Actions : Poursuite de la popularisation de notre collectif.

* Intervention auprès des Maires et autres élus
* Auprès de professionnels de santé
* Auprès des Syndicats
* Conférence de presse
* Action visible : Intervention, manifestation ??
* Autres propositions ?

* Etat des contacts en cours
* Proposition d’adhésion

* Organisation du Collectif : quelques tâches à se répartir (par exemple)

* Ecriture des comptes-rendus et courriers
* Gestion de la boîte mail
* Organisation des réunions
* Contacts avec la presse
* Contacts avec les professionnels de santé
* Contacts avec les syndicats et autres associations.
* etc…

* Autres questions

Moutiers : présentation le 12 décembre du projet médical d’établissement CHAM

Demain, mercredi 12 décembre, le projet médical d’établissement sera présenté lors du Conseil de Surveillance du CHAM à Albertville. Avant un vote prévu début janvier 2019.

Ce projet médical scellera les grandes orientations et l’avenir des établissements hospitaliers d’Albertville et de Moûtiers ainsi que les divers services, incluant entre autre les EHPADs des Cordeliers et de Claude Léger

Nos amis retraités CGT qui défendent justement le sujet des EHPADs nous ont indiqué vouloir être présents à Albertville.

Nous faisons donc appel aux bonnes volontés disponibles parmi les adhérents du Collectif pour l’Hôpital de Moûtiers afin de se joindre à eux.

RDV DONC DEMAIN AVANT 8H30 DEVANT LE BAR LE BON COIN (PLACE PROCHE DE LA CATHÉDRALE) EN VUE D’UN COVOITURAGE VERS ALBERTVILLE.

Communiqué du SNMH-FO : le gouvernement n’a que faire des vies humaines…

LE GOUVERNEMENT N’A QUE FAIRE DES VIES HUMAINES…

Depuis des mois, les médecins et personnels hospitaliers, avec leurs syndicats alertent la ministre sur les risques encourus par les patients du fait des fermetures de lits d’hospitalisation, de blocs opératoires, de maternités, du fait des restructurations à marche forcée. La ministre de la santé refuse de répondre à la demande d’audience contenue dans la lettre ouverte qui lui a été adressée par 1500 médecins hospitaliers. Le gouvernement reste sourd et continue sa politique, tout comme il reste sourd à ceux qui depuis un mois sont dans la rue et réclament du président de quoi vivre normalement.

Les risques encourus par les patients, les décès et pertes de chances sont maintenant connus par tous. Les retards de prise en charge diagnostiques et thérapeutiques tant en chirurgie qu’en psychiatrie et en médecine se multiplient. Les blocs opératoires, soins intensifs, maternités et autres lits d’hospitalisations fermés pour des raisons budgétaires sont la conséquence de cette politique.

Monsieur Macron et Madame Buzyn annoncent une réforme du système de santé appelée « Ma santé 2022 ». Le contenu véritable de cette réforme est révélé par l’objectif d’économies supplémentaires de 1 milliard d’euros par an pendant 5 ans correspondant à la suppression de 30.000 postes dans la fonction publique hospitalière. Un collègue témoigne : « dans mon CHU, le COPERMO (Comité interministériel de la Performance et de la Modernisation des établissements hospitaliers) nous a imposé la suppression de 400 postes pour obtenir des subventions nécessaires à l’équipement et la modernisation de l’hôpital. Maintenant que nous avons réalisé cet objectif, on nous en demande 400 supplémentaires dont des postes de PH. »

Le SNMH FO considère que l’action gouvernementale n’est en rien un redressement des hôpitaux mais bien au contraire une destruction organisée.

Une réforme des autorisations d’activité est annoncée pour déclasser une partie des hôpitaux non supports de GHT (Groupement Hospitalier de Territoire) et les transformer en hôpitaux dits « de proximité » qui n’auraient ni urgences, ni maternité, ni aucun plateau technique.

La suppression du concours de PH entrainera la disparition du statut et la mise sous contrat de performance économique de tous les médecins hospitaliers. Nous ne pourrions plus alors refuser des dispositions contraires à notre éthique, conscience et déontologie que voudraient nous imposer les directions et le gouvernement. Ce serait la fin de l’indépendance médicale constitutive d’une prise en charge conforme à la déontologie.

Les fermetures des structures hospitalières n’en seraient que décuplées. Aujourd’hui grâce à leur statut, les médecins peuvent
encore dire « NON ».

Le SNMH FO appelle tous les médecins à résister, à se réunir et discuter de ce dont ils ont besoin, à exiger que les moyens soient immédiatement accordés et mis en oeuvre pour soigner correctement la population.

Le SNMH FO soutiendra les actions indépendantes des médecins allant dans ce sens.

– Réouverture immédiate des lits et services fermés.

– Arret des restructurations et fermetures des lits, services et hôpitaux.

– Retrait du plan santé, retrait du plan d’économies

– Maintien du concours de PH et du statut

– Augmentation du nombre de médecins formés et des moyens alloués aux universités.

Le communiqué en pdf