Guingamp : le comité de défense met l’aide à domicile au coeur du 14 novembre

Car on oublie souvent les services de soins à domicile, le parent pauvre de la santé, voici dans notre bassin le 14 novembre l’ensemble des manifs dans les services de soin à domicile :

* TIJIKOUR (Plouaret-Prat) : rassemblement devant le siège à Plouaret de 12h30 à 14h30, 5 hent Bechenneg 22420 Vieux Marché

* ASAD ARGOAT :

– Guingamp 10h-11h30 devant le siège, 44 rue maréchal Foch 22200 Guigamp
– Bourbriac 12h30-14h devant les bureau, rue de Tournemine 22390 Bourbriac
– Belle isle en terre 15h-16h30 devant les locaux GP3A, crec’h ugen 22810 Belle isle en terre

* FUTUR LTS (Plestin, Lannion, Tréguier, Lézardrieux) :

– 13h30 devant les locaux de Lannion à Kermaria, 11 boulevard Louis Guilloux 22300 Lannion * ASAD GOELO-TRIEUX
– Pontrieux devant les locaux, heure à déterminer, 10 place de la
liberté 22260 Pontrieux
– Paimpol, 12h30-14h, centre dinan
– Plouha 13h30-15h, devant le siège, 2 rue jeanne d’arc 22580 Plouha

* SAD CORONG(Maël-Carhaix, Callac) : 14h devant le siège à Maël Carhaix, rue de la poste 22349 Maël-Carhaix

LA SITUATION EST GRAVE RÉAGISSONS!

Le secteur de l’aide et des soins à domicile c’est:

➢226 000 salarié(e)s à 95% féminin percevant en moyenne après 15 ans d’ancienneté un salaire brut de 972 euros!
➢41% de salariés non qualifiés!
➢80% de temps de travail partiel subis et imposés!

Qui peut travailler dans ces conditions aussi difficiles?

Qui peut accepter de remplir nos missions de service au public sans une véritable reconnaissance de nos qualifications et compétences?

Qui peut se sentir respecté quand le stress, la fatigue et la flexibilité sont devenus la norme?

Surcharge de travail, turn-over, pour les salariés en poste = épuisement, burn-out

NOUS EXIGEONS

–Une convention collective décente
–Une revalorisation des salaires
–Une augmentation des remboursements des frais kilométriques
–Reconnaissance de la pénibilité
–Des formations qualifiantes pour tous-tes
–Application de l’avenant 36 (paiement de tous les kms professionnels)
–Stop aux coupures

–Une augmentation de l’enveloppe ARS pour les SSIAD
–De vraies négociations des CPOM pour les SAAD( Contrat Pluriannuel des Objectifs et des Moyens)
–Plus de postes administratifs

NOUS REFUSONS DE CONTINUER A REMPLIR DES MISSIONS D’INTÉRÊT PUBLIC EN ÉTANT MÉPRISÉ(E)S PAR LE DÉPARTEMENT ET L’ARS.

Montbrison : Mobilisation du 12 Octobre 2019

Bonjour à tous,

Comme nous vous en avions informé, le Comité a participé samedi 12 octobre à la Chaîne Humaine organisée par le Collectif des Usagers Montbrisonnais pour la Défense du Service Public Hospitalier du Forez, désireux de nous associer à la défense du maintien de l’Ehpad de Montbrison,au sein du service public.

Sa situation au centre-ville et son activité économique formant un atout pour le CHF.

Le comité souhaite défendre les activités favorables à l’économie du CHF pour protéger l’avenir de nos territoires.

Des Foréziens nous ont accompagnés dans ce rassemblement et nous les remercions encore chaleureusement de leur présence et de leur soutien.

Environs 450 à 500 personnes ont formé cette chaîne, soutenant le Collectif. Quelques résidents accompagnés de leur famille se sont joints aux manifestants.

Nos pancartes identifiant le Comité en tant que soutien du Collectif étaient présentes sur le site de l’Ehpad, portant les mêmes revendications que celles du Collectif, celle de la Coordination Nationale était aussi représentée dans cette défense du service public toujours de plus en plus attaqué par les nouvelles mesures prises par le gouvernement.

D’anciens élus, les syndicats, des gilets jaunes ont apporté également leur soutien à cette initiative.

 

Tl7, France 3, Radio Bleue, le Progrès relayaient l’évènement.

 

Le Collectif est satisfait de cette mobilisation et poursuit son action.

Nous vous communiquons ci dessous les deux articles du Progrès et de France Bleu.

Une chaîne humaine autour de l’EHPAD – Le Progrès du 12 10 19

Près de 300 personnes rassemblées pour conserver un EHPAD public en centre ville

L’article reprend parallèlement, l’avis du collectif Montbrisonnais et celui du président du Conseil du Département, Mr Georges Ziegler.

 

Celui-ci s’exprime également sur TL7 à ce sujet, reprenant les mêmes arguments.

Dans le même journal de TL7, l’interview de Marie-Jo Arthaud, représentant le Collectif des Usagers pour la défense du Service Public Hospitalier du Forez : elle argumente d’autres possibilités de donner à nos ainés un cadre de vie décent, digne de leurs besoins de confort, de bien-être et de respect d’une vie sociale au sein de la société.

Ci joint le lien pour retrouver ces informations

 

 

La mobilisation continue en réitérant pour le Collectif, sa demande de RDV à Christophe Bazile, maire de Montbrison et président du Conseil de Surveillance du CHF, non honorée jusqu’à présent, de même la demande de RDV avec l’ARS.

Nous continuons notre mobilisation et à vous informer.

Vous souhaitant bonne lecture.

 

Pour le Comité de Défense et de Soutien du CHF, son président le Dr Olivier Nicolas, les membres du Comité.

Bulletin semaine 42

Plusieurs initiatives de convergence ont eu lieu ces derniers jours, autour de la problématique des urgences mais également pour la sauvegarde de l’hôpital public, les deux étant complémentaires. Organisations syndicales, collectifs, organisations de défense de l’hôpital public, adresse au Président de la République d’usagers, de professionnels, de personnalités… Bref, il semble que l’alerte que la Coordination Nationale lance depuis plus de deux ans, avec d’autres, rencontre aujourd’hui un large écho. Cela montre aussi, hélas, que la situation s’est beaucoup dégradée et qu’il est plus que temps d’y mettre un grand coup de frein et d’imposer, dès le vote du PLFFS 2020 les moyens d’une politique de santé qui réponde aux besoins de toutes et tous partout.

Continuons à diffuser notre appel partout, à en faire la base de larges rassemblements dans tous les territoires.

La Coordination Nationale apporte son soutien à la manifestation du 15 octobre en lien avec les pompiers.

L’édito et le bulletin

Toujours des mobilisations dans les hôpitaux et les EHPAD

Puy l’évêque (Lot)
mobilisation à l’EHPAD les lavandes
L’article de la Dépêche du 7 octobre

Rennes : l’hôpital psychiatrique
L’insupportable est atteint : la lettre ouverte de Sud-Santé-Sociaux

Auch
Les médecins urgentistes s’apprêtent à rejoindre le personnel en grève
L’article de la Dépêche du 8 octobre

Toulouse
C’est au tour des urgences de l’hôpital Ducuing de se mettre en grève
L’article de la Dépêche du 8 octobre

Les Infirmières de bloc dans l’action pour une meilleure reconnaissance professionnelle.
L’article de la Dépêche du 8 octobre

Grève aux urgences : le mouvement se durcit – l’article de La Dépèche du 11 octobre
Les cliniques rejoignent le mouvement – l’article de La Dépêche du 11 octobre

Angers
La grève s’étend au CHU : l’article du courrier de l’Ouest du 8 octobre

Rodez
La CFDT se mobilise pour les EHPAD – l’article de La Dépêche du 9 octobre

 Montech-Escatalens (Tarn et Garonne)
Les personnels de l’EHPAD mobilisés dans le cadre de la journée d’action du 8 octobre – l’article de La Dépèche du 9 octobre

Agen
A l’appel de la CFDT les personnels se sont rassemblés devant l’ARS – l’article de La Dépèche du 9 octobre
Mobilisation des personnels du pôle Néracais de l’hôpital Agen-Nérac à l’appel de la CGT – l’article de La Dépêche du 10 octobre

Privas : Communiqué du comité

L’agence régionale de santé a dévoilé son projet pour l’hôpital de Privas le 25 septembre 2019 – réactions et commentaires de l’association des usagers.

 

Il y va de la responsabilité d’une association de ne pas souffler sur les braises et de saluer les bonnes intentions.

Cependant elle se doit de questionner et ne saurait rester indifférente face à certains propos rapportés dans l’article du Dauphiné libéré du jeudi 26 septembre 2019 et à certains projets très imprécis et aléatoires.

Tout d’abord sur le fait d’espérer la rémission  d’une faillite financière, humaine et sanitaire.

Ceci fait poser question :

1 S’agit-il du pardon des fautes accomplies par les dirigeants successifs de l’hôpital et de l’Agence Régionale de Santé qui ont participé à cette situation par une mauvaise gestion financière et humaine et par un manque d’anticipation pour le recrutement nécessaire de professionnels spécialisés ?

2 Ou alors est-ce une atténuation momentanée d’un mal en suivant des prescriptions ou  des préconisations qui ne garantiront pas la guérison malgré des injections financières qui d’ailleurs seront limitées dans la durée ?

Ensuite sur l’intention de consolider la chirurgie s’agira-t-il de chirurgie ambulatoire exclusivement ? Sans hospitalisation  possible en service de chirurgie: qu’adviendra t-il du dit service ?

Qu’adviendra-t-il de la chirurgie du week-end et de nuit ?

Qui bénéficiera  d’une hospitalisation de jour en médecine ?

Qu’en sera-t-il des consultations médicales en collaboration avec Aubenas et Montélimar ?

Cela veut-il dire qu’il n’y aura pas de consultations à temps plein à Privas ?

De nombreux professionnels devraient rejoindre l’équipe de gériatres « recrutés » :

Cela nous renvoie à la crainte du président du département de  l’Ardèche Laurent Ughetto de voir réduire l’hôpital à la seule gérontologie.

 

On nous annonce la reconstruction de l’EPHAD de Privas , sa réorganisation  avec 80 places et 60 lits de longue durée.

L’EPHAD Rivoly de La Voulte sur Rhône gérée aussi par le CHVA rassemblera les soins de suite et de réadaptation(SSR)  actuellement à Privas et d’autres crées par L’Armée du Salut .

S’agira-t-il d’un partenariat public privé ?

Comment le CHVA va t’il  faire face aux obligations de rentabilité  et pallier à terme  la perte de la perfusion financière  annoncée en réduisant  son nombre de prestations ?

 

Sur la création d’un centre de périnatalité quelques précisions s’imposent :

Il n’y aura à Privas qu’un avant et après l’accouchement, autrement dit des consultations uniquement.

On nous dit que les futures mamans iront accoucher à Aubenas ou à Montélimar dont on sait  les maternités surchargées. Que se passera-t-il  si on ne peut  les accueillir ?

Accoucher aux urgences est ce plus et mieux sécurisé que dans une maternité ?

 

Il est dit que les femmes proches du terme pourront être  accueillies en « hôtel hospitalier » prés de Montélimar ou d’Aubenas : TRES BIEN !!!

-Qui va payer la construction de ces « hôtels » ?

– A quelle distance de l’hôpital seront ils construits ?

-Comment seront ils  gérés et par qui ?

-Quelle sera la prise en charge du séjour? Aucune ? Sécurité sociale? Complémentaire?

-Quelle en sera la durée possible ?

 

3 Quant à l’hélicoptère de Valence qui pourra venir chercher une parturiente privadoise en cas d’urgence :

  • Qui va décider de l’urgence ?
  • Comment déterminer le temps d’attente de hélicoptère ?
  • Quel en sera le coût et la prise en charge ?

 

Enfin lorsqu’on nous dit qu’à Die cela fonctionne bien malgré des accidents et des difficultés recensés et que l’on rajoute que des naissances sur la route il y en a partout même à Lyon, comment ose t’on  s’en glorifier ?

 Est-ce normal  qu’une telle chose arrive ?

De plus mettre sur le même plan ce qui est accidentel à Lyon, alors que la maternité existe et ce qui se produit ailleurs, par défaut de structure d’accueil lié à une fermeture de service est lamentable ; mais ce n’est pas pour l’argent c’est pour la sécurité que l’on ferme la maternité nous dit-on !!!

A Die, comme ailleurs, la mort d’un bébé, un accouchement au bord de route est-ce quantité négligeable et permet de dire que tout se passe bien?

Cela doit-il passer en pertes et profits ?

 

Quant à la maison de santé pluri- professionnelle en projet ; ouverte ou construite avec l’assentiment de l’ARS et de MME Le Préfet, elle relève d’un partenariat  publique privé.

-Qui  en paiera  la construction, si c’est la solution retenue, et quel sera son fonctionnement ?

Les spécialistes de cette maison de santé exerceront à l’hôpital et en libéral.

-Y aura-t-il des dépassements d’honoraires ?

 

Une question s’impose:

Que sera t’il offert aux médecins spécialistes pour qu’ils viennent s’installer à la maison de santé alors qu’aucun (soi-disant) ne s’est montré intéressé par un poste à l’hôpital.

L’hôpital n’est plus certifié par la haute autorité de santé  nous dit le directeur de l’ARS ce qui signifie que l’hôpital doit se mettre aux normes dans certaines procédures relevant de la sécurité.

Avertissement de l’ARS : l’hôpital a 12 mois pour effectuer une REMONTADA !!!

      Sinon quoi ???

Le CHVA a un an pour redresser la barre insiste le directeur de l’ARS

    Sinon quoi ?

 Hélas aucune réponse  à ces questions n’est apportée dans l’article du journal; mais restons confiants et disons : chiche !!!!!

Enfin pour conclure sur le constat désobligeant publié  dans le Dauphiné nous porterons un regard objectif et réaliste sur un fait particulier :

Lorsqu’un travail de sape, et de discrédit est pratiqué depuis des années à tous les niveaux de responsabilité, la résignation n’a rien de surprenant ; par contre elle est inquiétante à 5 mois des municipales.

L’emploi répété du mot « sacrifice » par un élu a contribué à cette résignation.

De plus aucun de ceux  qui se sont battus pour le maintien de la maternité et de tous les services du CHVA n’a fait preuve d’irresponsabilité au contraire.

C’est  avec la volonté de répondre aux besoins de la population et de défendre le service publique de santé, chaque jour plus menacé qu’ils se sont engagés en totale responsabilité.

Pour cela les syndicats et les personnels du  CHVA et des EPHAD qui s’y sont appliqués.

Sans oublier les citoyens qui les ont soutenus, doivent  être remerciés et encouragés.

 

LE BUREAU DE L ‘ASSOCIATION DES USAGERS POUR LA DEFENSE DE L ‘HOPITAL DE PRIVAS

Privas – Lettre ouverte – 25 09 19

 

Douarnenez : Communiqué de solidarité avec les personnels des EHPAD

Communiqué

Solidarité avec les personnels des EHPAD !

Le manque de personnels et les conditions de travail dans les EHPAD entraînent une dégradation de la prise en charge des résidents et des maltraitances involontaires envers eux. Les conditions de travail imposées aux personnels, à la fois humiliantes et nuisibles à leur santé physique et psychique, ainsi que la modicité des salaires, ne peuvent que rebuter celles et ceux qui souhaitent travailler dans les EHPAD. Devant cet état de choses intolérable, le Comité des Usagers de l’Hôpital de Douarnenez est pleinement solidaire des justes revendications des personnels des EHPAD de Douarnenez, d’Audierne, de Châteaulin et de Pont-Croix et appelle la population de Douarnenez, des communes voisines, et du Cap Sizun, à soutenir les personnels en lutte et à participer au rassemblement, organisé par la CGT, devant le Centre Hospitalier Michel Mazéas, à Douarnenez, le mardi 8 octobre, à 15 h. Nous sommes tous concernés.

 

——————————————————————————————

Pour le Comité des Usagers de l’Hôpital de Douarnenez

(membre de la Coordination nationale des comités de défense

des hôpitaux et maternités de proximité)