Feurs le 1er octobre

Le Dr O.Nicolas, le Dr François Gibaud, médecin urgentiste au CHF-Site de Feurs et François Mollon, trésorier du CDSCHF étaient présents à Vierzon le 26 octobre pour débattre des problèmes que rencontrent les Hôpitaux Publics de Territoire et des
actions à mener pour conserver leur place et leurs missions.

C’est à cette occasion qu’a été décidée l’action décentralisée du 1er octobre

La mobilisation du 1er décembre à Feurs a rassemblé entre 300 et 400 personnes, de nombreux élus étaient présents, Mr J.Michel Merle, président de la CCFE a fait un passage rapide, sans prise de parole ou de position.

LE PRÉSIDENT DU COMITÉ, LE DR O.NICOLAS, REMERCIE LE PUBLIC ET TOUS LES ÉLUS PRÉSENTS (mairies de Feurs: Johan Cesa, (conseiller Régional), Balbigny,St Barthélémy-Lestra, St Marcel de Félines, St Clément les Places, Rozier en Donzy, ..)venus nombreux soutenir les valeurs du comité, ses actions et qui défendent un service public de proximité égalitaire pour tous les citoyens français.

Le public a été très réceptif aux différentes interventions et propos tenus par:

–> LE DR O.NICOLAS PRÉSIDENT DU CDSCHF: a rappelé la situation nationale des hôpitaux de proximité, celle du CHF, la difficulté à obtenir des RDV de médecins spécialisés, la nécessité des plateaux techniques pour une qualité des soins et l’attractivité des médecins. Il met en cause la responsabilité du CHU qui doit pourvoir les postes de médecins spécialistes. Il a rappelé aussi la volonté pour le comité de travailler à un projet médical harmonieux et constructif sur les deux sites, pour une réponse adaptée aux besoins des populations respectives des deux territoires.

–> le DR GEORGES KRUSZYNSKI, médecin cardiologue, a expliqué la difficulté des mois passés et la charge de travail, sans internes, a réaffirmé la compétence du service et sa conformité aux exigences de l’ARS, alors pourquoi lui diminué ses moyens et l’affaiblir? Trois nouveaux internes de médecine générale sont arrivés en novembre dans le service de cardiologie et lui-même continue d’assurer deux jours de consultations par semaine. La situation s’améliore mais il manque toujours de médecins cardiologues (le Dr Doudering incité par la direction de quitter Feurs pour Montbrison, part de Montbrison en
Janvier pour le privé) et les délais de RDV sont très longs. CFarticle du Progrès du 27/11. Le Dr Kruszynski explique sa vision du service public de proximité: « des soins de qualité pour tous » et renvoie au public, « la part de responsabilité citoyenne de chacun »:
Que veut-on pour nos enfants et petits-enfants, quelle société pour demain? » Il appelle à la mobilisation.

–> les élus: ME MARIE-LUCE ARNOUX, membre du Conseil d’Administration du CDSCHF, maire de Chambost-Longessaigne,
vice-présidente de la Communauté de Communes des Monts du Lyonnais, en charge des Solidarités Actives » qui a tenu à rappeler qu’elle était élue par la CCML pour la représenter. Sa démonstration du démantèlement des services publics en prenant l’exemple de la poste, a convaincu le public.

LE MAIRE DE MONTROTTIER, MR CHAVROT, également conseiller général a insisté sur les besoins pour la population du Rhône, de la proximité des services hospitaliers de Feurs, a rappelé le rôle et les fondements de la Sécurité Sociale. Maire depuis trente ans, il a mis l’accent sur le rôle des élus pour la sauvegarde du service public hospitalier, ce qui lui a fait dire « il manque un conseiller régional, très local aujourd’hui ».
LE MAIRE DE ST CLÉMENT LES PLACES, MR DANIEL FOL, a expliqué la menace qui pèse sur le fonctionnement des pompiers et l’importance de la proximité de l’hôpital pour répondre aux demandes: que deviendra ce type de services si les distances s’allongent? un gros risque de disparition.

–> les REPRÉSENTANTS DE PERSONNEL de Feurs: HERVÉ PERRET (CGT) a montré les conséquences pour les personnels de santé, pour l’offre et la qualité des soins de la politique de santé depuis ces dernières années et Montbrison et sur l’équilibre budgétaire de l’établissement, en déficit croissant. Il a rappelé les origines et la devise de la sécurité sociale, financeur principal de noshôpitaux: » chacun donne en fonction de ses moyens et reçois en fonction de ses besoins » et a redit son inquiétude devant la privatisation de la santé.
Il a redonné son sens au mot « politique »: « ce qui est relatif à l’organisation et à l’exercice du pouvoir dans une société
organisée », c’est dans ce sens là que nous devons défendre une vrai politique de service public et non pas penser et gérer l’hôpital par nos politiques comme une valeur marchande.

REPRÉSENTANT DE PERSONNEL DE MONTBRISON (FO): inquiet aussi pour les conditions et l’ambiance du travail sur Montbrison, la situation du CHF et a insisté sur l’avenir de la psychiatrie, de plus en plus fragilisée par le manque de médecins, de personnel, des prises en charge insuffisantes, dans une société qui voit une augmentation des souffrances psychologiques et pathologies psychiatriques.

Les intervenants sont tous allés dans le sens de la défense des droits des usagers dans nos campagnes, pour accéder au service public de proximité et bénéficier de soins de qualité, au même titre que les populations urbaines. Ils ont démontré les stratégies utilisées par les décideurs pour « casser » ce qui marche, pour démanteler les services et en même temps légitimer et justifier leurs actes aboutissant à la fermeture de lits, de services, sans états d’âme et forts de leur pouvoir.

LE PRÉSIDENT REMERCIE ÉGALEMENT LE DR FRANÇOIS GIBAUD POUR SON STAND « ARRÊT CARDIAQUE »mis à disposition pour le public afin de s’entrainer à la pratique de massage cardiaque sur un mannequin.
Il remercie encore la chorale de la Rabachole pour son sa mobilisation, son soutien et pour sa ré interprétation sur l’air de
l’amant de Saint-Jean et enfin le public venu nombreux, montrer l’intérêt porté à son hôpital de proximité.

IL SE FÉLICITE D’UN DÉBUT DE RAPPROCHEMENT FEURS-MONTBRISON EN LA PRÉSENCE DU REPRÉSENTANT DE PERSONNEL MONTBRISONNAIS ET REDIT SON SOUHAIT DE CONSTRUIRE UN PROJET ÉQUITABLE SUR LES DEUX SITES, POUR ASSOIR SOLIDEMENT LE CHF DANS LE CENTRE DE LA PLAINE DU FOREZ, AVEC UNE OFFRE DE SOINS ADAPTÉE AUX BESOINS DE LA POPULATION.

Un débat public avait été organisé le vendredi 29 novembre à St Laurent de Chamousset à l’initiative du député du Rhône, Mr Thomas GASSILLOUD ayant pour sujet: « ACCÈS AUX SOINS DANS LES TERRITOIRES, QUE FAUT-IL CHANGER? »

DES MEMBRES DU CDSCHF s’y sont rendus,dont le DR THIERRY MARTIN, le DR GEORGES KRUSZYNSKI. Ils ont pu s’exprimer malgré les interventions et nombreuses prises de parole.
Voicile document présenté par le Dr Martin à l’attention des inervenants qui reformule la question du débat en « COMMENT AVONS-NOUS FAIT POUR EN ARRIVER À UNE TELLE SITUATION? » et fait l’analyse de la situation actuelle: constat de la dégradation de la qualité des soins, en perdant les services spécialisés pour les transformer en services pluridisciplinaires. Il s’insurge contre la diminution des moyens humains et matériel, dont il renvoie la responsabilité à la direction et à l’ARS.

Nouvelle organisation de la cardiologie : article du Progrès du 27/11/18

Gironde : satisfaction du collectif La santé un droit pour tous

Le 7-12-18 à Talence, Bahia n’a pas eu de pot ! C’est une Victoire pour les Citoyen-ne-s, Leur Colère a vaincu l’opération de com baptisée « Cocktail première pierre »

Nous ne gagnons pas toujours, mais quand ça arrive ça fait plaisir et ça donne de l’énergie pour la suite.

Le contre cocktail d’hier soir a bien fonctionné; la colère des défenseurs de l’Hôpital Robert PICQUE (HRP) , aidés de quelques gilets jaunes, ont fait peur aux promoteurs de Bahia -fossoyeurs de l’HRP…ils ont annulé leur opération de com !

Le communiqué de presse

Granville le 1er octobre : une rue Ambroise Croizat ?

Dans le cadre des manifestations nationales du 1er décembre, organisées par la coordination des comités d’usagers des hôpitaux et de certains élus, le comité d’usagers du CHAG a choisi de rendre hommage à Ambroise Croizat, fondateur de la Sécurité Sociale.
A la sortie de la guerre, en 1945, dans une France dévastée, A. Croizat et ses amis ont su imposer une protection sociale, universelle et solidaire.
Depuis, les gouvernements successifs, et maintenant, le gouvernement Macron-Buzin, s’attaquent au principe de solidarité et au financement de la « Sécu » qu profit des assurances privées.
C’est détruire l’esprit même de la sécurité sociale : « Cotiser selon ses moyens, recevoir selon ses besoins », ce qui permet à tout patient de bénéficier des mêmes soins quelque soit le montant de ses revenus. C’est le contraire de la charité, c’est un droit acquis par le travail (pris sur le salaire brut)

Le discours de la présidente

Vierzon le 1er décembre

Il y avait près de 500 personnes, médecins, usagers, agent hospitaliers et élus locaux, au rassemblement du 1er décembre à Vierzon.

En signe de solidarité,  les grilles de la cour de l’hôpital ont été ornées de 99 petits panneaux d’entrées de villes correspondant
aux 99 villes de France dont les hôpitaux sont en lutte pour le maintien d’un ou plusieurs services…

bdr

L’appel au rassemblement sur le blog Vierzonitude

Moutiers : présentation le 12 décembre du projet médical d’établissement CHAM

Demain, mercredi 12 décembre, le projet médical d’établissement sera présenté lors du Conseil de Surveillance du CHAM à Albertville. Avant un vote prévu début janvier 2019.

Ce projet médical scellera les grandes orientations et l’avenir des établissements hospitaliers d’Albertville et de Moûtiers ainsi que les divers services, incluant entre autre les EHPADs des Cordeliers et de Claude Léger

Nos amis retraités CGT qui défendent justement le sujet des EHPADs nous ont indiqué vouloir être présents à Albertville.

Nous faisons donc appel aux bonnes volontés disponibles parmi les adhérents du Collectif pour l’Hôpital de Moûtiers afin de se joindre à eux.

RDV DONC DEMAIN AVANT 8H30 DEVANT LE BAR LE BON COIN (PLACE PROCHE DE LA CATHÉDRALE) EN VUE D’UN COVOITURAGE VERS ALBERTVILLE.

LE BLANC : le comité tourangeau à la rencontre de la marche vers Paris

Les nouvelles vu par le comité tourangeau

Depuis des mois le COMITÉ DE SOUTIEN DE L’HÔPITAL DU BLANC se bat pour la réouverture de la maternité sans réussir à être entendu par les autorités. Même leur maire n’arrive pas à être reçue.

Avec leur comité de défense C pas demain la veille, ils organisent une marche sur Paris débutée le 1er décembre jusqu’au 16 décembre pour être reçus à l’Elysée.
La lutte pour la défense des hôpitaux publics est une lutte d’ensemble. Nous nous battons ici contre les suppressions de lits et de postes à l’Hôpital de Tours; là-bas ils se battent pour garder la maternité et ensuite leur hôpital dans un endroit de désert médical.

C’est en fait une seule et même lutte pour empêcher le démantèlement des hôpitaux publics. Le collectif 37 Notre santé en danger a participé à leur marche le dimanche 9 décembre.

Nous avons trouvé un comité déterminé et organisé avec des participants de tous les âges, du plus petit de quelques mois qui n’avait pas pu naître à la maternité du Blanc pour cause de fermeture aux plus âgés.

La marche se terminait hier devant le château de Chambord.

Les pancartes demandaient notamment l’égalité entre mamans et bébés des villes et mamans et bébés des champs.
IL EST TOUJOURS TEMPS DE SE JOINDRE À EUX POUR UNE OU PLUSIEURS ÉTAPES JUSQU’AU 16 DÉCEMBRE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LÉGITIME COLÈRE ! Communiqué de la Coordination Nationale.

L’actualité sociale est marquée par la révolte de nombreux habitants rassemblés sur l’étincelle des augmentations de taxes qui, face au blocage de la situation, expriment très souvent leur refus d’injustices et d’abandons organisés par le modèle dominant.
On ferme les services publics de proximité, dont les urgences et les SMUR, les maternités, les services de chirurgie, les labos…, on réduit les transports publics (suppressions de lignes ferroviaires, de guichets, du fret, des trains de nuit…) et donc on pousse les habitants à utiliser encore plus les voitures : risques accrus, perte de temps, coûts économiques et écologiques… et en plus ils paient de plus en plus de contraventions et de taxes…
Nos comités partagent la révolte contre l’étranglement des territoires par les intérêts financiers, les politiques de concentration et le démantèlement des services publics, créant de l’injustice, abandonnant des millions d’habitants qui perdent les moyens d’accéder rapidement aux services de soins et médecins.
De plus, ces restructurations et concentrations affectent les coûts financiers et environnementaux des transports de toutes sortes : secours, ambulances, hélicoptères, déplacements des familles…
Les exonérations des cotisations patronales fragilisent la Sécurité Sociale. Le choix des augmentations de taxes, au lieu des prélèvements fiscaux indexés sur les richesses, aboutit à l’appauvrissement d’une grande majorité.
Le mouvement des « gilets jaunes » porte en fait principalement sur le niveau de vie, les bas salaires… Beaucoup d’entre eux, par exemple, ne peuvent plus se payer de complémentaire santé.
Nos comités demandent :
– Le maintien des hôpitaux, maternités et EHPAD publics et les moyens de leur fonctionnement
– Le maintien d’un bon réseau de transports publics à faible coût
– La redistribution des 14 milliards d’excédents de la Sécurité Sociale en 2018 pour les hôpitaux, maternités, EHPAD publics, pour la politique familiales et les retraites.
– La prise en charge de la santé à 100% par la Sécurité Sociale, de la prévention à la perte d’autonomie en passant par le soin.

Le communiqué en pdf