Bulletin Semaines 34-2022

Ressources externes

Données Lettre

Ne pas supprimer !

Édito (ou point fort de la semaine) : 

Mon frère me rapportait ce qui venait d’arriver à sa belle sœur. Elle mème, ingénieure trouvait qu’elle avait en cet été des trous de mémoire et des absences.

Elle en discute avec un ami médecin. Celui-ci, à l’écoute de ses difficultés lui conseille de voir un ami à lui, neurochirurgien. Rendez vous pris dès le lendemain, les inquiétudes se précises et le chirurgien l’adresse à un confrère pour un examen rapide. Deux jours après l’examen confirme un AVC et une intervention est programmée. Ouf ! Soulagement, après huit jours d’inquiétude notre belle-sœur est ressortie de l’intervention sans séquelles détectables aujourd’hui et va pouvoir reprendre son cours de vie familiale et professionnel.

Je ne peux m’empêcher de comparer avec cette famille qui vient d’interpeller notre commission des usagers. Le père de famille avait des absences, puis des maux de tête. Comme il avait Parkinson, ses chutes ont été mises au compte de cette maladie. Pourtant elle était stabilisée avec le traitement. Dans le doute, lors d’une hospitalisation, le médecin fait une radio pulmonaire et découvre une tache noire. Inquiétude, et si un cancer avait métastasé au cerveau ? Il recommande un examen. Un mois après cet examen est ...programmé pour après les congés. Les services sont surchargés à l’hôpital cet été.

Si comme c’est à craindre, une métastase cancéreuse est découverte, elle sera prise en charge plusieurs mois après sa manifestation.

Les progrès en connaissance, compétences médicales et techniques ne sont réellement mis en œuvre que pour une partie de la population qui a un bagage culturel, des réseaux et les moyens financiers, si nécessaire.

Pour les autres, c’est une santé mystérieuse et lointaine, sans moyens où la réussite du soin est largement entravée par les conditions concrètes de mise en œuvre. Et encore cette famille n’avait pas à franchir l’attente d’une réponse du 15 pour pouvoir rencontrer un médecin, devenue obligatoire depuis !

Henri Célié (sud Aveyron).

Sommaire :

L’écho des comités :

Pendant l' été, ils restent actifs pour la défense de l'hôpital public

GUINGAMP - 22

Le 10 août 2022, l’ARS avait indiqué, concernant l’hôpital de Guingamp, la nécessité d’approfondir les travaux […] qui seront menés en pleine concertation avec les acteurs locaux. Le tout dans un calendrier cohérent avec l’adoption du projet médico-soignant partagé du territoire et du projet régional de santé et devront aboutir à l’été 2023.

Pour l’hôpital de Guingamp, l’ARS se garde de mentionner le devenir du service de chirurgie et encore moins celui du service de maternité, mentionnant simplement la filière périnatalité.

DOURDAN - 91

Le maire LREM avec la complicité de l'ARS veut faire installer en centre-ville une IRM privée par le groupe Ramsay santé au détriment du projet médical de l'hôpital de Dourdan.

Le Centre Hospitalier Sud-Essonne, conformément au projet médical voté lors du conseil de surveillance en septembre 2021, a déposé une demande d'IRM sur le site de Dourdan auprès de l'ARS en décembre 2021.

Cette demande d'autorisation a le soutien de tout le CHSE, réaffirmé de façon unanime par sa nouvelle Commission Médicale d’Établissement en janvier 2022.

Or, un grand groupe privé, RAMSAY SANTE, a lui aussi déposé un projet d'IRM situé dans un futur centre de radiologie en face de la maison de santé de Dourdan dans des locaux appartenant au département de l’Essonne. Cette demande d’installation dans la ville est cautionnée par la mairie de Dourdan.

Plus d’infos sur notre site

La pétition à signer

COUSERANS - 09

Le comité de défense du Centre Hospitalier Ariège Couserans se joint à l’action entreprise par la Coordination avec d’autres organisations contre l’État pour carence fautive dans l’offre de soins

Le courrier

Autres infos locales :

MANTES LA JOLIE - 78

Un été tendu aux urgences

L’article de Actu 78

CHATEAU DU LOIR - 72

Fermeture des urgences du dimanche 28 août au mardi 30 août

L’article sur Actu.fr

Dossiers :

PSYCHIATRIE

Commentaires éclairants sur les projets de remplacement des examens cliniques par un robot à « intelligence artificielle »

https://www.latribune.fr/opinions/tribunes/une-ia-remplacera-t-elle-bientot-votre-psychiatre-928486.html

DE NOS PARTENAIRES

17 organisations dont la Convergence des services publics viennent d’adopter un communiqué : Face à l’urgence sociale et écologique, construire une large convergence

Le communiqué

Culture et santé :

La nouvelle objectivité est de retour ! 

À voir l'exposition au Centre Pompidou: Allemagne, année 1920, la nouvelle objectivité/ August Sanders.

(L'exposition se termine bientôt début septembre) 

https://www.centrepompidou.fr/fr/programme/expositions-musee

Exposition Félix Guattari St Alban

https://video.ploud.fr/videos/watch/56deb612-4c1b-4447-ad72-cd69cc101494


Ce message n'est pas un spam, mais une information militante
Pour vous désabonner, envoyer un mail à 

cda12550@coordination-defense-sante.org

 

Pavé mis à jour le 2 Mai 2019

Images + infos semaine + pdf

  • Semaines: 34
  • Dates: du 22 au 29 août 2022

Ressources internes

@ Lettres précédentes
@ Lettres 2020
@ Lettres 2019
 

Bulletin Semaines 33-2022

Ressources externes

Données Lettre

Ne pas supprimer !

Édito (ou point fort de la semaine) : 

« La multiplication des franchises ( médicaments, transports sanitaires), les dépassements d'honoraires, l'augmentation constante du forfait hospitalier, la multiplication coûteuse des frais annexes( parkings, hôtels... ) les restructurations, les fermetures de lits et de services amplifiées par les récents groupements hospitaliers de territoire ( GHT) obligatoires, la pénurie organisée des professionnel.le.s de santé conduisent notre système dans le mur et induisent de plus en plus de difficultés d'accès aux soins. Partout les personnels sont surchargés, désabusés, sous tension. Ils n'ont plus le temps d'être à l'écoute des besoins du malade et encore moins à celle des familles »

Voici ce que nous écrivions dans un tract de la Coordination nationale des Comités de défense des Hôpitaux et Maternités de Proximité daté de …... décembre 2017 sous le titre : catastrophe sanitaire annoncée .

Que n'avons nous pas entendu alors et depuis ! Fausses informations, catastrophisme, quand ce n'était pas et aujourd'hui encore : vous faites du tort à l'hôpital public.

Et bien nous y sommes ! L'hôpital public s'effondre, il ne répond pas aux besoins de santé de la population. Un seul exemple en plus de tous ceux rapportés dans ce Bulletin sans prétendre bien entendu à l'exhaustivité.

Ce matin une amie octogénaire m'annonce qu'elle est hospitalisée à l' hôpital de Saint Nazaire. En vacances en camping dans la région, elle a fait une chute et s'est cassée le col du fémur hier. Elle souffre beaucoup et m'apprend qu'elle ne sera opérée que jeudi prochain soit une semaine après son accident ! Elle connaît la musique : voici une dizaine d'année, elle s'était cassé l'autre col du fémur , elle avait été opérée dans les 24 heures et s'était parfaitement remise.

Entre temps, il s'est passé …. ce qui est décrit dans le premier paragraphe : voilà ce qu'il en coûte et à qui il en coûte !

Jean-Luc Landas.

Sommaire :

L’écho des comités :

 

Pendant l' été, ils restent actifs pour la défense de l'hôpital public 

LUÇON

À l'appel de l' Association de Défense des Services Publics du pays de Luçon ( ADSP ) 75 personnes ont samedi dernier signé la pétition pour un hôpital de proximité répondant aux besoins de santé de la population du pays de Luçon. Tout au long de la journée de riches échanges ont eu lieu avec des habitant.e.s et des estivant.e.s, des élu.e.s au « village des services publics » monté au centre de Luçon avec le soutien de la commune et du Conseil Départemental de Vendée. La partie récréative était assurée par un clown qui a séduit les enfants et les grands et un fakir qui a suscité l'admiration de toutes et tous : allongé sur une planche à clous et surmonté par un homme de 130 kilos ! 
Jean-luc Landas, membre du Bureau national , y apportait le soutien de la Coordination Nationale.

GUINGAMP

l'ARS s'octroie un sursis d'un an pour statuer sur l'avenir de l'hôpital . Pour le comité de défense, l'ARS joue la montre, il appelle à continuer à se battre pour le maintien de toutes les activités

le communiqué

GISORS

fermeture estivale du service de chirurgie : le comité s'inquiète 

communiqué 

LUÇON, MARMANDE

les rassemblements hebdomadaires continuent chaque vendredi devant l'hôpital

CREIL

11 AOÛT

Réunion du conseil d'administration du comité de défense des hôpitaux de Creil et Senlis.

Une réunion estivale pour préparer une rentrée offensive afin d'obtenir le retour d'une maternité à Creil après le jugement du tribunal administratif qui nous donne raison.
Après le décès de notre dernier président, Paul Cesbron, nul n'avait repris le flambeau.
Gallia Basmaison a aujourd'hui été élue, par le conseil d'administration, présidente intérimaire pour organiser la bataille de la rentrée.
Grand merci à elle.
Une assemblée générale de notre comité se tiendra le 7 septembre à 18h30, lieu a préciser.
On ne lâche rien !

MONTLUCON

Des précisions de Pierrette Guichon, présidente du comité 

  • Il est important de signaler que c’est le collectif créé à partir d’une concertation avec le comité de défense de l’hôpital public de Montluçon et le maire de Montluçon que s’est organisée la réunion avec les maires des différentes localités citées dans l’article. Cette démarche est commune et non issue d’une décision individuelle.
  • La manifestation du 17 septembre a été approuvé par l’ensemble des participants.
    À noter qu’une pétition (https://chng.it/d7j2SpTVF5)circule sur Change. Org pour soutenir le mouvement et est à plus de 18700 signatures et plus de 1200 personnes adhérents au collectif. L’information à la population se fait par les médias locaux (plus si possible!! ) et distribution de flyers.
  • La détermination de la cheffe de service ,des personnels et usagers ne permettra pas d’abandonner les soins aux enfants malades de Montluçon! Le collectif « les enfants orphelins du soins de Montluçon » avec le CDHP et les élus se mobilisent pour refuser de mettre la vie de nos enfants en danger!!

L’État doit prendre ses responsabilités et faire appliquer les préceptes de l’ARS quant aux besoins de la population.

SARLAT

Quand l' ARS dit les urgences « réorganisées », ça veut dire fermées ! 

l'article 

le comité agit : il fait signer une pétition exigeant le maintien d'un service d'urgence et d'un SMUR opérationnel 

lapétition

Et les 15 lits du service de gériatrie ferment pour le mois d'août !

Depuis le début du mois d'août, c'est carrément tout un service qui a été fermé. Celui de court séjour en gériatrie n'accueille plus personne.Les 15 lits sont fermés, c'est une première. Là aussi c'est parce qu'il manque un médecin. Le généraliste à la tête du service a pris des vacances, rien de plus normal. Mais l'hôpital n'a trouvé personne pour le remplacer. En attendant, et jusqu'au 29 août, les patients qui doivent y passer, après une opération par exemple, sont envoyés dans d'autres services ou d'autres établissements. Et les coordinateurs essayent de les laisser proche de chez eux. Certains patients pourraient aussi rejoindre le service de médecine générale de Sarlat, déjà débordé après la fermeture des urgences.

Autres infos locales 

LAVAL

les fermetures répétées des urgences la nuit et le manque de lits à l’hôpital de Laval (Mayenne), mettent en danger le personnel et la population .La CGT 53 et Force ouvrière ont déposé un signalement auprès du procureur de la République.

l'article 

HAYANGE

>L'annonce d'un service transféré dans quelques mois
fait naître l'inquiétude sur l'avenir de l'hôpital 

l'article

Dans cet article sont rapportés les propos du maire d' Hayange figure locale du Rassemblement National dont il oublie de rappeler le programme « santé » de sa candidate à la dernière élection présidentielle 

« La priorité nationale : c’est l’un des axes majeurs du programme de Marine Le Pen pour 2022. Dans ce cadre, la présidente du Rassemblement national souhaite axer le système de protection sociale vers les personnes de nationalité françaiseet les étrangers en situation régulière travaillant en France depuis plusieurs années. Le décryptage des propositions de Marine Le Pen pour l’élection présidentielle met en lumière sa traduction concrète : restreindre l’accès des étrangers à certaines prestations et aides de l’État dans le but de faire des économies, dont le RSA (revenu de solidarité active), les allocations familiales et l’AME (aide médicale de l’État) ».

voici pour le moins une « vision » à l'opposé de l'accès aux soins et la protection sociale pour toutes et tous, sans exclusive, que nous défendons en tout point du territoire.

SENS

le personnel des urgences à bout de souffle 

l'article 

DORDOGNE

régulation des entrées aux urgences : le centre 15 débordé 

l'article 

JURY 

un service de psychiatrie menacé de fermeture : les soignant.e.s l'occupent 

une très nette amélioration des conditions de travail et de rémunération est nécessaire et indispensable pour former et embaucher du personnel... Et éviter la démission de ceux en poste !

l'article 

DEUX-SÈVRES

Il ne sait plus quoi inventer, un nouveau gadget ministériel

après le triage paramédical, le SMUR sans médecin, le gestionnaire des lits supprimés, la cabine de téléconsultation à la mairie ou au supermarché, la régulation des entrées au service des urgences fermées …. une unité mobile de téléconsultation ! Pour tout le département !!!! 

Ne dites plus Monsieur le Ministre, mais Père Ubu 

L'article

ORLÉANS 

des centaines de lits d'hospitalisation fermées, les urgences au bord de l'effondrement, 

le personnel et les médecins n'en peuvent plus 

l'article

 

Dossiers

Libre expression

le billet de Pascal Grandet , Président d' AUDACE 53 

article Urgences 

Dossiers

DANS UNE CLINIQUE PRIVÉE D'ÎLE DE FRANCE QUI NE MANQUE PAS D'ASTUCE 

des anesthésistes fictifs pour continuer d'opérer en dépit des règles de sécurité 

l'article 

PSYCHIATRIE

la situation catastrophique de la pédopsychiatrie à Nantes 

Depuis des années les professionnel.le.s, les syndicats de personnel,les familles de patient.e.s, les associations comme le collectif nantais pour le droit à la santé et à la protection sociale pour toutes et tous dénoncent une situation catastrophique : des délais de consultation de plusieurs mois, des hospitalisations d'adolescent.e.s par centaines ( 250 en 2021 ) en psychiatrie adulte dans des structures qui ne peuvent assurer des soins adaptés, les centres médicopsychologiques débordés qui ne peuvent assurer le suivi post hospitalisation. La chef de service, Présidente de la Société Française de Pédiatrie affirme : c'est de la maltraitance institutionnelle. Ces derniers mois la pandémie COVID et les confinements ont fait exploser les patholgies psychiatriques chez les enfants et les adolescent.e.s. aggravant encore la situation. Les personnels n'en peuvent plus : 5 postes sont vacants dans l'unité de pédopsychiatrie. Impossible de recruter pour faire un travail qui n'a pas de sens. C'est un rattrapage phénoménal qu'il est nécessaire d'accomplir, pas des mesurettes.

DÉSERTS SANITAIRES

le plan d'urgence de la Coordination Nationale 

il faut de nombreux personnels de santé 

pour répondre aux besoins de la population

le plan

SÉCURITÉ SOCIALE 

Une proposition qui fait débat, tout comme son financement 

Pour une Sécurité sociale de l’alimentation

Thomas Guénolé, politologue, et Frédéric Pierru, sociologue au CNRS

L’inflation a dépassé au total les 5.8 % en mai-juin 2022 selon l’Insee, qui précise que cela est essentiellement dû à la hausse des prix de l’énergie et de l’alimentation. Déjà en 2018, avant même l’impact socioéconomique des confinements, plus de 20% des Français étaient trop pauvres pour faire trois repas par jour, selon le baromètre Ipsos pour le Secours populaire. En automne 2021, toujours selon le Secours populaire, 10% des Français ont même eu besoin de la soupe populaire pour pouvoir manger à leur faim. Plus largement, approximativement 10 millions de Français vivent aujourd’hui sous le seuil de pauvreté selon l’Insee, et éprouvent donc au quotidien des difficultés graves à s’alimenter convenablement. Parmi ces millions d’êtres humains se trouvent, hélas, des millions d’enfa

Que l’on soit de gauche, de droite ou d’ailleurs, cet affamement est évidemment inacceptable et appelle une réponse sociale à la hauteur de l’urgence. Cette réponse, c’est d’oser créer la Sécurité sociale de l’alimentation (SSA). 

Le dispositif nécessaire et suffisant serait très simple. Comme les allocations familiales, cette « SSA » serait sous condition de revenus : elle serait destinée aux 10 millions de Français pauvres. Comme le propose l’ONG Ingénieurs sans frontières, les personnes couvertes paieraient leurs dépenses alimentaires avec leur Carte vitale et le panier ainsi offert serait de 150 euros par mois. Pour garantir la qualité de la nourriture, protéger l’environnement, subventionner l’agroécologie locale en circuits courts, et assurer un revenu décent aux paysans qui s’y investissent, la SSA ne couvrirait que les achats dans des associations pour le maintien d’une agriculture paysanne : les AMAP. Le coût total s’élèverait à 18 milliards d’euros. Ce n’est objectivement pas cher payé en échange du fait que plus aucun adulte et plus aucun enfant ne souffre de la faim en France. Cela n’augmenterait le budget total de la Sécurité sociale que de 4%. Au demeurant, à titre d’exemple (car une grande variété de modalités de financement est imaginable), une taxe de seulement 1,5% sur le chiffre d’affaires de nos entreprises de commerce suffirait à financer le dispositif dans son intégralité. 

Les effets vertueux seraient immédiats et colossaux. Les 10 millions d’adultes et d’enfants qui souffrent de la faim en France n’en souffriraient plus. Le marché de l’agroécologie deviendrait massif et solvable. Le métier de paysan, même à petite échelle, deviendrait financièrement viable. 

Les retombées positives d’un tel dispositif concerneraient aussi la santé publique et la réduction des inégalités sociales de santé, c’est-à-dire devant la maladie et la mort (prématurée), qui sont, dans notre pays, particulièrement élevées en comparaison de nombre de nos voisins européens. La pandémie de Covid-19 a particulièrement mis en évidence que le coronavirus ne frappait pas au hasard. La Seine-Saint-Denis, qui concentre les populations confrontées à des conditions de vie précaires, a connu une nette surmortalité due, entre autres, à la prévalence de personnes souffrant d’obésité, laquelle est à l’origine de nombreuses maladies chroniques (hypertension, diabète, cancers, etc.). La « malbouffe » est certes régulièrement dénoncée mais en vain : la France, comme les autres pays développés, connaît une épidémie d’obésité chez les enfants et les adolescents, donc les adultes de demain. 

Aujourd’hui, un Français sur deux est en surpoids ou souffre d’obésité. L’épidémie d’obésité touche en tout premier lieu les régions les plus frappées par la désindustrialisation et le chômage. La mise en place de la SSA ferait donc coup triple puisqu’elle serait non seulement un levier décisif d’émancipation de la filière agricole vis-à-vis de l’agrobusiness, mais aussi un moyen d’action sur la quantité et la qualité de nourriture accessible à tous les Français. Le marché de la malbouffe, privé du grand débouché de la clientèle pauvre forcée soit à l’acheter soit à souffrir de faim, cesserait d’envahir les rayons des supermarc

La Sécurité sociale n’est pas née d’emblée telle que nous la connaissons. En 1945, La « Sécu » ne rembourse que très peu de soins, la médecine commençant seulement à être efficace, et verse essentiellement des indemnités journalières aux assurés sociaux tombés malades. Catégoriser la famille ou la retraite comme des « risques sociaux » relève d’un choix politique : rien n’est moins « naturel » que de penser la famille nombreuse comme un risque. Est « risque social », appelant la mise en place de mécanismes de solidarité entre salariés, ce que la société considère comme tel. La société française s’est beaucoup transformée depuis l’après-guerre. Les « risques » qu’affrontent les individus ont donc été en partie renouvelés : par exemple, l’émergence quatrième âge, réussite que l’on doit au système de retraites en répartition et au système de soins, a fait apparaître le « risque dépendance ». L’insécurité alimentaire est un autre défi qu’il nous faut mettre en sécurité sociale. 

Nous sommes bien conscients, à la suite des travaux de Bernard Friot, que la présente proposition, adoptant ne stratégie gradualiste, n’est qu’une étape vers un objectif plus ambitieux, c’est-à-dire plus universaliste et fidèle à l’esprit qui a présidé à la création du régime général en 1946. 

Si elle a des limites, la présente proposition de sécurité sociale de l’alimentation vise d’abord à acclimater l’idée que la « mise en sécurité sociale » peut concerner tout ce que la société est prête à reconnaître comme relevant de droits politiques, au-delà de ce que la houleuse histoire de la Sécurité sociale a consacré comme « risques sociaux » (vieillesse, maladie, etc.). Elle se veut aussi pédagogique qu’elle veut répondre à une urgence bien réelle. Entreprendre cette réforme sociale, humaine, pourrait être à l’Assemblée nationale l’occasion d’un très vaste consensus. 

Culture et santé

ta douleur

Camille

le lien


Ce message n'est pas un spam, mais une information militante
Pour vous désabonner, envoyer un mail à 

cda12550@coordination-defense-sante.org

 

Pavé mis à jour le 2 Mai 2019

Images + infos semaine + pdf

  • Semaines: 33
  • Dates: du 15 au 21 août 2022

Ressources internes

@ Lettres précédentes
@ Lettres 2020
@ Lettres 2019
 

Bulletin Semaines 32-2022

Ressources externes

Données Lettre

Ne pas supprimer !

Édito (ou point fort de la semaine) : 

Dans un article du Monde paru cette semaine on peut lire : La responsabilité du numerus clausus dans la pénurie actuelle de médecins fait aujourd’hui consensus. « C’était insensé, totalement absurde, lâche Jean-François Mattei, qui est arrivé au ministère de la santé en 2002. C’est moi qui ai amorcé sa remontée. »« Je suis celui qui a certainement le plus augmenté le numerus clausus », renchérit Xavier Bertrand, en dénonçant « un raisonnement complètement technocratique, guidé par une logique imposée notamment par les comptables de Bercy ».

Tout est dit. En ce qui concerne la santé et l’hôpital, les décisions de nos gouvernants ces 20 dernières années, des ministres successifs aux présidents de la République en passant par les premiers Ministres, ont manifestement été dictées par des considérations d’ordre économique et financier bien plus que par des objectifs sanitaires.

Les gestionnaires et les idéologues ont été entendus alors que les soignants et les associations de patients n’ont même pas été écoutés. Le drame c’est que cette situation perdure, la dernière illustration étant le rapport Braun sur les urgences.

Rolland Vachon.

Sommaire :

L’écho des comités :

 

CHERBOURG-VALOGNES

Après la sélection des patients aux urgences voilà la sélection des femmes en gynécologie.

Le message de soutien-du-comite-aux-sages-femmes/

FEURS-MONTBRISON

La situation est toujours critique aux urgences du Centre Hospitalier du Forez avec des fermetures partielles des services d'urgences.

Le Comité reste vigilant et envisage d'intensifier ses actions si les engagements de l'ARS, des politiques, particulièrement récemment, ceux tenus publiquement à la veille des élections législatives, ne sont pas tenus.

LONGWY

Luçon

Le comité demande DES MOYENS HUMAINS ET FINANCIERS
POUR REPONDRE AUX BESOINS DE LA POPULATION !

Nouvelle mobilisation VENDREDI 12 AOÛT 2022 18H
devant l’hôpital de Luçon

Montluçon

Sous-effectif et conditions de travail difficiles : La cheffe du service de pédiatrie jette l’éponge. Le service est menacé de fermeture.

OLORON SAINTE-MARIE

Le service de Urgences aux prises avec des fermetures à répétition en août et probablement jusqu’à la fin de l’année.

MANOSQUE

Le comité dénonce les fermetures totales ou partielles de services d’urgence et le tri des patients en amont de ces services

Le communiqué

Dossiers :

URGENCES

Le mois de juillet a été compliqué : services fermés ou saturés, allongement des délais, pertes de chance – Analyses et explications

radiofranc-le-grand-entretien-du-lundi-08-aout-2022

PSYCHIATRIE

Une forêt de 55 hectares, un château, 101 lits d’hospitalisation, pas de blouses pour les soignants, pas d’enfermement pour les patients : la clinique de la Chesnaie près de BLOIS est à vendre. Soucieux de préserver la philosophie du dispositif de soin en vigueur dans l’établissement le personnel propose une reprise sous forme de société coopérative d’intérêt collectif.

Au-delà de cette démarche c’est la position de l’ARS du Centre – Val de Loire qui est posée.

Vers quel projet de reprise penchera-t-elle : à but lucratif et centré sur le médicament ou à but non lucratif et centré sur la psychiatrie institutionnelle ?

tribune-pour-la-clinique-de-la-chesnaie

Une étude fait voler en éclat les explications sur les causes de la dépression.

L’article

L’hôpital en perdition

Une vidéo de Jacques COTTA retraçant les difficultés rencontrées par une patiente

La vidéo

Culture et santé :

https://www.youtube.com/watch?v=OKnzci1etLI


Ce message n'est pas un spam, mais une information militante
Pour vous désabonner, envoyer un mail à 

cda12550@coordination-defense-sante.org

 

Pavé mis à jour le 2 Mai 2019

Images + infos semaine + pdf

  • Semaines: 32
  • Dates: du 8 au 14 août 2022

Ressources internes

@ Lettres précédentes
@ Lettres 2020
@ Lettres 2019
 

Bulletin Semaines 31-2022

Ressources externes

Données Lettre

Ne pas supprimer !

Édito (ou point fort de la semaine) : 

Pour le nouveau ministre de la Santé et de la prévention en déplacement à Nantes, il n’y a pas de services d’urgence fermés, juste une régulation ! Même le syndicat SAMU Urgences de France, dont il était tout récemment le président, s’alarme !

Comment ne pas s’inquiéter du développement extensif de mesures qui ne devraient être qu’exceptionnelles, de la généralisation de la mise en œuvre de protocoles « dégradés ? Aux urgences, en psychiatrie, en maternité ...

Les EPMU (Équipes paramédicales d’urgence, en clair, un SMUR sans médecin) se multiplient et affectent tout particulièrement les zones les plus éloignées des grands centres urbains (Sarlat, Oloron-Sainte-Marie …).

Des femmes, de plus en plus nombreuses, ne peuvent accoucher dans les maternités où elles se sont inscrites. Médiapart rapporte un « délestage » qui se serait mal passé : un enfant serait mort après que deux maternités aient refusé d’accueillir la mère pour son accouchement (l’article, pour celles et ceux qui sont abonné.e.s).

C’est l’été et pourtant, les luttes continuent pour un service public hospitalier de qualité, pour l’accès aux soins tout simplement, et pour ne citer que celles où les comités adhérents de la Coordination Nationale participent, énumérons quelques villes : Sarlat, Marmande, Draguignan, Nice, Luçon qui organise un village des services publics le 13 août.

La lutte paie et on apprend par exemple la réouverture des urgences pédiatriques 24h/24 et 7 jours sur 7 à Douai.

C’est l’été : profitez en pour vous reposez car la rentrée sera chaude !

Michèle Leflon.

Sommaire :

L’écho des comités :

 

MONTCEAU LES MINES - 71

Comment aider l'ARS à mener à bien sa politique de destruction de notre système de santé ?

Le communiqué du CODEF

CRÉTEIL - 94

Dépôt au CHSCT d’une plainte pour danger immédiat

Les urgences psychiatriques d’Henri Mondor sont abandonnées : la direction répond par une procédure dégradée … sans infirmier.e !

Le document

SARLAT - 24

Une pétition pour le SMUR

Le lien

OLORON SAINTE MARIE - 64

Fermeture des urgences les week-ends d’août

En l’absence de médecin, le SMUR sera remplacé par une équipe paramédicale de garde

NICE - 06

Les urgences du CHU de Nice à l’agonie

Un rassemblement le 1er août a réuni une centaine de personnes devant l'hôpital Pasteur : soignants et usagers. Le comité de défense hôpital santé publique 06 était présent et sa présidente y a pris la parole.

Elle avait publié un article dans le Patriote Côte d'Azur annonçant ce rassemblement et faisant le point sur la situation des hôpitaux de PACA

L'article

LUÇON - 85

Village des services publics – 13 août

NANTES- 44

Le ministre en visite au CHU

L’article de France bleu

DRAGUIGNAN - 83

41ème semaine de fermeture pour les urgences de Draguignan

La mobilisation continue !

Autres infos locales :

DOUAI - 59

Victoire pour les urgences pédiatriques

Les urgences pédiatriques de l’hôpital de Douai étaient depuis le 10 septembre 2021 fermées les samedis dimanches jours fériés et les nuits.

Les mobilisations ont permis une réouverture partielle de ce service

Ce 5 août 21 ème rassemblement …une BELLE VICTOIRE a été annoncée les urgences pédiatriques fonctionnent à nouveau 24h sur24.

Dossiers :

MATERNITÉS

Fermeture des maternités et crise du secteur de la santé périnatale

Communiqué de commun des organisations de sage-femmes

SÉCURITÉ SOCIALE

Proposition de loi

Le groupe Communiste Républicain Citoyen et Ecologiste au Sénat a présenté à la presse sa proposition de loi en faveur du remboursement à 100% des dépenses de santé par l'Assurance maladie

L’exposé des motifs

URGENCES

Le syndicat SAMU-Urgences de France alerte sur le risque d'une "situation explosive" à l'hôpital

L’article de France Info du 3/08/22

Le communiqué de Sudf du 3/08

Culture et santé :

Il manque juste les copines sur le radeau de la méduse !

https://www.youtube.com/watch?v=L9oEcWFjF3M


Ce message n'est pas un spam, mais une information militante
Pour vous désabonner, envoyer un mail à 

cda12550@coordination-defense-sante.org

 

Pavé mis à jour le 2 Mai 2019

Images + infos semaine + pdf

  • Semaines: 31
  • Dates: du 1e au 7 août 2022

Ressources internes

@ Lettres précédentes
@ Lettres 2020
@ Lettres 2019
 

Bulletin Semaines 30-2022

Ressources externes

Données Lettre

Ne pas supprimer !

Édito (ou point fort de la semaine) : 

L'été est bien entamé et les fermetures de services d’Urgences continuent.

Alors que le service public se dégrade de jour en jour, l'hospitalisation privée réclame des moyens publics pour payer son personnel.

Quelle indécence !!!

Où était-il le secteur privé pendant la pandémie de Covid ?

C'est le service public qui a tout assumé pendant cette période.

Alors qu'il était soumis aux règles de la T2A

Nous allons vite arriver sur la période de discussion du PLFFS

Certains politiques se bougent après d'autres ; tant mieux ;

Il faudra voir le positionnement de chacun ;

La rentrée s'annonce mouvementée : les signataires du Ségur projettent des actions en septembre, la CGT aussi.

Joseph Maatouk.

Sommaire :

L’écho des comités :

 

LURE

Le Comité de vigilance de LURE a édité une plaquette pour la rencontre de mai pour la défense des services publics. Pour aider les comités

Lien

OLORON Sainte Marie

Fermeture des urgences d'Oloron ; le comité a été averti par la presse.

Article

https://www.francebleu.fr/infos/sante-sciences/les-urgences-de-l-hopital-d-oloron-sainte-marie-encore-fermees-ce-week-end-du-30-juillet-1659170151

CODEF

Non à la manipulation de l'opinion

Communiqué

SARLAT

Action du comité pour la défense des Urgences

article et pétition

L’hommage à Gilles

AUTUN

L'avenir de la maternité d'Autun

De la part d'Evelyne COMBIER

le rapport « Mission de diagnostic et de propositions relative au groupement hospitalier de territoire de Saône-et-Loire Bresse Morvan» de l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) qui propose la réorganisation de l’offre de soins hospitalière sur le nord de la Saône et Loire, est paru et accessible au public

Toutefois le résumé est clairement en faveur du maintien de la maternité d'Autun

Il nous faudra cependant être vigilants car le maintien de la maternité est soumis certaines conditions

MONTLUÇON

Un collectif s'est créé pour la sauvegarde de la pédiatrie à Montluçon

Autres infos locales :

MANOSQUE

Dans le cadre de l'initiative nationale de la NUPES "Allo Ségur" et du démarrage de la commission d'enquête populaire sur l'hôpital,

ce vendredi 29 juillet à 17h00 devant les urgences de l'hôpital de Manosque, le Député Léo Walter sera présent et recueillera vos témoignages

pour montrer ce qu'est la réalité dans nos hôpitaux !

AULNAY SOUS BOIS

Fermeture des Urgences faute de médecins

article

BLAYE

Urgences fermées

Dossiers :

LA FRANCE INSOUMISE

LFI engage une action pour faire le point sur la situation des hôpitaux

https://youtu.be/CuMI9uGWieY

SUD SANTE

émission de radio

PSYCHOLOGUES

un article de Roland GORI

PROTECTION SOCIALE

L'avis des patrons sur la protection sociale

Article

Culture et santé :

https://www.youtube.com/watch?v=_CRXkLGFUMQ


Ce message n'est pas un spam, mais une information militante
Pour vous désabonner, envoyer un mail à 

cda12550@coordination-defense-sante.org

 

Pavé mis à jour le 2 Mai 2019

Images + infos semaine + pdf

  • Semaines: 30
  • Dates: du 25 juillet au 31 juillet 2022

Ressources internes

@ Lettres précédentes
@ Lettres 2020
@ Lettres 2019