Communiqué de presse de la Coordination Nationale : des fermetures inacceptables !

Le Président de la République a annoncé ne fermer aucun hôpital ! En réalité il en vide certains, en ferme d’autres, ainsi que des maternités.
Depuis un mois, les mauvaises nouvelles se multiplient : la fermeture définitive des maternités de Bar Le Duc, de Thann, d’Altkirch, celles temporaires mais sans garantie de réouverture de Dinan et de Privas, la fermeture des urgences de nuit à Sisteron, des suppressions de lignes de SMUR et même une fermeture totale temporaire à Lens. Où demain ?

Le dossier de presse de l’ARS Grand Est annonçant les fermetures des maternités alsaciennes est caricatural, s’appuyant sur une tribune d' »experts », personnalités certes assurément très compétentes dans leur domaine spécialisé, mais sans doute très éloignés des besoins des femmes enceintes et de leurs familles, des besoins globaux, qui seraient mieux connus par une concertation démocratique, incluant les professionnels de proximité et les populations. La gradation des soins sert précisément à prévoir ce qui sort du physiologique, pour permettre d’y rester dans les 85% de grossesses qui ne présentent pas de complications.

Le manque de professionnels de santé, en particulier de médecins, est aggravé par la politique actuelle. L’hôpital public ne fidélise plus ses personnels et les fait fuir, vers le privé ou vers une totale réorientation professionnelle. L’absence de véritable réponse de la Ministre de la Santé à la grève des personnels des urgences, qui gagne de plus en plus d’hôpitaux malgré la période estivale, traduit le désengagement du gouvernement pour l’hôpital public. C’est une stratégie assumée pour favoriser le secteur privé et les profits de ses actionnaires au détriment du service public, au détriment de la sécurité sociale et laissant de côté toute une partie de la population, en difficulté pour accéder aux soins, pour des raisons géographiques ou financières. Qui va payer les hôtels annoncés pour permettre aux femmes enceintes de passer les derniers jours de leur grossesse à proximité d’une maternité ou les dépassements d’honoraires lorsqu’il n’y aura plus d’autre choix que le privé pour les soins ?

Alors que l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) vient de faire savoir qu’il était impératif de réduire le trafic routier, la ministre de la santé met les femmes enceintes, les malades et leurs familles sur les routes !

Cela est insupportable ! Notre pays n’en peut plus, et les gilets jaunes l’ont largement exprimé, de ces politiques où l’on réduit chaque jour davantage les dépenses publiques pour enrichir quelques uns. L’hôpital public est notre bien commun, financé par NOS cotisations, sa proximité la garante de la sécurité pour les populations. La Coordination Nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité apporte son soutien à tous ses comités dans l’action pour défendre et développer le service public hospitalier, à tous les élu.e.s, à tous les citoyen.ne.s, à tous les personnels hospitaliers qui revendiquent une politique de santé répondant aux besoins des populations. Ici et là, les mobilisations permettent de faire reculer la casse organisée, comme à Remiremont ou à Gérardmer. Tous ensemble, nous arriverons à être entendus !

Le communiqué en pdf

Die : rapport d’enquête après la mort in utéro d’un enfant

Commentaires du Dr Paul Cesbron

1 Les jugements de valeurs portés par l’Agence à l’encontre de cette famille sont inadmissibles: que sait cette administration lointaine de la vie de cette femme?

Nous ne pouvons pas tolérer une telle arrogance.

2 Près de trois heures ( deux heures cinquante-sept) sépare l’appel au Service de transport d’urgence et la naissance de l’enfant. Les raisons invoquées par l’Agence ne font qu’aggraver sa responsabilité.

3 Il s’agissait d’un hématome rétro-placentaire (H.R.P. appelé aussi décollement prématuré d’un placenta normalement inséré, D.P.P.N.I.), non massif, n’ayant pas entrainé de troubles graves de la coagulation, ni de retentissement hémodynamique préoccupant. De telles conditions laissent à penser que la non perception des mouvements fœtaux, même si elle exprimait (peut-être) le retentissement du décollement placentaire sur la vitalité du bébé, elle ne permettait pas d’affirmer la proximité de sa mort. Elle n’a été constatée qu’après l’arrivée de l’hélicoptère avec la sage femme et du matériel.

La fermeture de la Maternité de Die est sans doute en dernière analyse responsable de la mort de cet enfant.

4 Question subsidiaire:  Qu’en est-il du remboursement à 100% des frais d’hôtellerie dans ces nouvelles annexes hospitalières, destinées à réduire les coûts hospitaliers?

Article sur le site profession sage femme.com

Le communiqué de presse de l’ARS d’Auvergne Rhône Alpes

Convergences pour les services publics

Convergences pour les services publics auquel participe la Coordination Nationale est cosignataire d’un appel national pour un référendum contre la privatisation d’Aéroports de Paris..

Pour l’information des comités et de leurs membres, voici cet appel dont l’enjeu en terme, à la fois de démocratie et de défense des services publics est majeur.

L’appel

Concarneau : communiqué sur les Urgences/SMUR et courrier à la ministre

Communiqué SMUR-Urgences juillet 2019

Le Comité de défense de l’Hôpital de Concarneau annonce la mise en place d’un groupe de travail sur les conséquences de l’organisation actuelle et à venir du SMUR et des urgences sur le site de Concarneau.

Ce groupe de travail a pour mission d’évaluer les risques sanitaires pour la population et de mesurer le niveau de responsabilité, sur le plan pénal, des organisateurs (locaux, régionaux et nationaux) de la permanence de soins d’urgence sur l’ensemble du Territoire.

Dans un premier temps, le comité informe la population qu’il est possible d’interpeller le Président de la Commission des Usagers de l’Hôpital en cas de problème grave lié au délai d’intervention du SMUR à l’adresse suivante :

Centre hospitalier de Cornouaille, Direction des relations et droits des usagers,

14 bis avenue Yves Thépot BP 1757 29107 QUIMPER cedex

Dans ce cas, nous conseillons d’en adresser une copie au comité de défense de l’hôpital.

Lettre à la ministre

L’article du Télégramme du 12 juin

L’article de Ouest France du 2 juillet

La Réole : rassemblement du 28 juin

A La Réole, Vendredi 28 juin 2019, une cinquantaine de personnes ont répondu à l’appel lancé par le Collectif Citoyen Urgences et Santé en Sud-Gironde afin de :

  • Marquer notre soutien aux personnels des Urgences de Langon et de Marmande, en grève pour obtenir les moyens d’accomplir correctement leur mission
  • Remettre officiellement à M. Marty, Maire de La Réole et Président du Conseil de Surveillance du Centre Hospitalier Sud-Gironde, la pétition réclamant la Réouverture d’un vrai Service d’Urgences 24h/24 et 7j/7 à La Réole, qui a été signée ces dernier mois par près de 1000 personnes.
  • A l’issue d’une heure de discussion, M. Marty, Maire de La Réole et Président du Conseil de Surveillance du Centre Hospitalier du Sud-Gironde, s’est engagé à :

o   Ecrire un courrier à Madame la Ministre de la Santé pour soutenir la revendication de la réouverture du Service des Urgences de La Réole 24h/24 et 7j/7

o   Autoriser le Collectif Citoyen à faire état publiquement de son soutien.

o   Participer dès la rentrée de Septembre à une réunion de travail réunissant des représentants du Collectif, des élus et des professionnels de Santé visant à analyser la situation, proposer des solutions afin d’améliorer la prise en charge des urgences à La Réole et promouvoir la réouverture du Service des Urgences 24h/24 et 7j/7.

Nous avons également , comme prévu, transmis la pétition à M. Laforcade, Directeur Général de l’A.R.S. Nouvelle Aquitaine

  • Fort de ce soutien le Collectif envisage donc aujourd’hui de :

o   Poursuivre son action d’information et de recueil de témoignages auprès du grand public,

o   Renforcer son lien avec les personnels soignants en lutte,

o   Interpeller à nouveau les autres élus locaux du secteur, afin d’obtenir leur soutien actif,

o   Interpeller le député M. Lavergne et/ou la Secrétaire d’Etat Mme Dubos pour leur demander de relayer les attentes de la population et nos revendications auprès du Gouvernement,

o   Préparer la réunion de travail proposée sans perdre de vue que la réflexion doit sortir des logiques comptables ou de chiffres d’activité, mais se baser uniquement sur les attentes et besoins réels de la population et ne pas transiger sur notre revendication prioritaire, la réouverture du Service des Urgences de La Réole 24h/24 et 7j/7.

Le CR de la rencontre avec Mr Marty
Le communiqué de presse du 4 juillet

Bordeaux/Talence : communiqué de l’association LaSantéUnDroitPourTous

Communiqué de Presse du  3 juillet 2019

Nous venons d’apprendre que deux secrétaires d’Etat vont venir aujourd’hui à Talence visiter le chantier de Bahia.

Nous sommes quelque peu étonnés de ces visites répétées…Bahia deviendrait il un modèle national sous surveillance étroite, destiné à être reproduit ailleurs ?

Nous saisissons l’occasion de cette visite pour leurs poser les cinq questions actuelles, relatives à ce dossier, que nous estimons essentielles. Les cinq questions

Dans le même temps, nous les invitons à revenir dans les mois et années qui viennent  pour surveiller les travaux …de démolition de l’Hôpital Robert PICQUE !

Elles  auront alors l’occasion de répondre à ce qui est abordé à la question n°3 : que vont devenir les bâtiments rénovés en 2000-2001 qui donnaient entière satisfaction, notamment pour les urgences (c’est un des dossiers chauds de cet été…) ?.

Les plus de 32 millions d’Euros injectés dans cette rénovation vont-ils partir en fumée ? Récapitulatif des travaux en 2001 et deuxième document.

Le communiqué